03/10/2011

L'enfance est majuscule

enfants (1).gif  Le vice-président catalan de l'association « Enfance Majuscule », vouée à la protection de l’enfance – et plusieurs événements tragiques récents montrent, s’il en était encore besoin, que cette protection est nécessaire et vitale- est un espiranenc bien connu, Jean-Pierre Labruyère, qui habite à deux pas de la Maison des Jeunes dont il est le dynamique président. Il a facilement convaincu le maire du village, Gérard Bile, d’organiser une réunion publique d’information, sous forme de soirée-débat, consacrée à la protection de l’enfance et à la prévention de la maltraitance.

Cette réunion, sous le patronage du maire d’Espira et d’Eric Agusti, président du comité « Enfance Majuscule »  des Pyrénées-Orientales, se tiendra le mardi 4 octobre 2011, à 18 heures, à la salle Joan Cayrol. La soirée commencera par une conférence animée par des professionnels qui s’occupent au quotidien des problèmes liés à la maltraitance des enfants, Robert Launé, officier de police judiciaire, formateur au CNFPT de Montpellier, assesseur au tribunal pour enfants de Perpignan et Valérie Delhaye-Lambert, avocate au Barreau de Perpignan et présidente de l’UDAF des Pyrénées-Orientales. Le titre de la conférence, “ La protection de l’Enfance.....entre déni et tabou”, indique bien les difficultés de la problématique de l’enfant en danger  et le projet de l’association. Comme dans toute réunion, une discussion entre le public et les intervenants, à l’issue de la conférence,  permettra d’approfondir, de préciser et de prolonger la réflexion et de répondre aux nombreuses questions qui ne manquent pas de se poser.

Si tous les  maires des communes voisines, des représentants de la gendarmerie et des  pompiers, les chefs des établissements scolaires publics et privés du village et leurs équipes éducatives, sont bien sûr conviés à cette manifestation, c’est surtout à toute la population que s’adresse l’invitation lancée par « Enfance majuscule », tellement le sujet est sensible et douloureux. Et  le pari de remplir la salle Joan Cayrol mardi 4 octobre est pour l’association, plus qu’un espoir : un devoir.

Les commentaires sont fermés.