16/11/2011

Protéger et servir l'enfance

espira, espiranencs, salle joan cayrol, enfance, enfance majuscule, pédagogie, associationL’enfant qui souffre n’a pas le temps d’attendre : l’association « Enfance Majuscule », qui sait hélas trop bien cela, s’est donné pour vocation et mission de servir et protéger ces enfants en danger, avec célérité, discrétion et professionnalisme, même si elle est constituée exclusivement de bénévoles ,qui certes ont, pour la plupart,  dans leur métier étaient confrontés à ces souffrances, mais y donnent tout leur temps libre et toute leur bonne volonté.

A Espira, l’association est représentée par Jean-Pierre Labruyère qui est le maître d’œuvre d’une conférence qui s’est tenue récemment  à la salle Joan Cayrol, avec Eric Agusti, président départemental de l’association et Robert Launé, ancien policier et juge au tribunal pour enfants. Si le public était on ne peut plus clairsemé, on pouvait remarquer la présence du premier magistrat de la ville, Gérard Bile, et des infirmières du village, qui sont souvent, par leurs métiers et  fonctions respectives, confronté à ces graves problèmes.

Les conférenciers, ont à tour de rôle avec pédagogie présenté la problématique  de la maltraitance infantile qui est devenue un grave problème, en augmentation avec l’apparition de novelles maltraitances pour lesquelles Internet joue un rôle négatif non négligeable, avec par exemple l’apparition de jeux dangereux sinon mortels dans les écoles, et ont relié cette maltraitance à la délinquance juvénile qui en est souvent un corollaire, puis ont décliné les dispositifs qui sont au service de chacun pour lutter contre des fléaux. Ces nouvelles maltraitances qui s’ajoutent aux anciennes exigent prévention, formation et si besoin répression. Si l’association « enfance majuscule », agréée par les services gouvernementaux, ne s’occupe pas de la répression qui reste l’apanage des services de la police et de la justice, elle propose aux communes et à leurs édiles de les informer, de les accompagner dans leur politique de prévention et d’information, et de les encourager à signaler les actes de maltraitance dont ils ont connaissance, de par leur fonction. Il importe ainsi de savoir que la non-signalement d’un cas connu de maltraitance est un délit puni par la loi.

Au cours de la discussion qui a suivi les exposés, le public peu nombreux mais attentif et très concerné par ces nouveaux comportements déviants a pu relier ces maltraitances et de ces délinquances aux influences d’une société en crise : c’est l’urgente nécessité de toute une  éducation à la citoyenneté, la patiente construction du lien social  et une vigilance incessante qui apparaissaient alors comme les premières armes de ce combat douteux et pourtant vital.

espira, espiranencs, salle joan cayrol, enfance, enfance majuscule, pédagogie, associationespira, espiranencs, salle joan cayrol, enfance, enfance majuscule, pédagogie, associationespira, espiranencs, salle joan cayrol, enfance, enfance majuscule, pédagogie, association

Les commentaires sont fermés.