30/01/2012

Du nouveau dans la collecte des déchets

camion poubelle a.jpg

Tous les espiranencs le savent bien, le village a rejoint la communauté de l’Archipel PMCA. Désormais, c’est donc « l’agglo » qui est en charge de la collecte des déchets ménagers, qu’il s’agisse des poubelles vertes consacrées aux ordures ménagères ou des poubelles jaunes dévolues au tri sélectif.

Cette collecte vient d’être réorganisée pour répondre à plusieurs exigences. Il s’agit en effet en même temps d’œuvrer au développement durable, de pratiquer en ces temps de crise des économies, à la fois pour la commune et les résidents, d’améliorer la qualité du service et de veiller à la sécurité au bénéfice des agents de la collecte comme des habitants de la commune.

C ’est ainsi qu’a été proposé l’autocollant « Stop pub ! », qui, fixé sur les boîtes à lettres, indique qu’on ne désire pas recevoir de courrier publicitaire, dont la masse équivaut à 40 kgs par an et par habitation. En outre, des composteurs vont progressivement être proposés aux résidents des quartiers pavillonnaires qui disposent d’un jardin. Cela va permettre, dans ces zones pavillonnaires ( ce que l’on a coutume de désigner par le nom générique de « lotissements ») d’économiser une tournée de collecte hebdomadaire. Dans ces quartiers, la collecte des déchets ménagers ne se fera désormais que le vendredi,, sauf en période estivale, tandis que le tri sélectif continuera a s’effectuer tous les mercredis. Quant au ramassage dans le centre-ville, où l’habitat dense ne contient guère de jardins, le calendrier reste inchangée, avec deux journées, le lundi et le vendredi, pour la collecte des poubelles vertes.

Enfin, la collecte se fera en veillant à la sécurité optimale, puisque l’ancienne façon, collecter à droite, traverser la rue, collecter à gauche, porter les bacs à l’épaule pour les vider dans les bennes, courir derrière le camion, ou s’écarter parce que celui-ci fait marche arrière, cette façon, source de casse, de blessures, d’accidents, devenue obsolète, est définitivement révolue.

C’est donc de nouvelles et bonnes habitudes à prendre, pour le bien-être de tous. Reste à formuler un vœu ( pieux ? c’est la période pour le faire !) : malgré tous les efforts des « designers », les conteneurs ne sont pas encore tout à fait des chefs d’œuvre absolus de l’art mobilier contemporain. On ne saurait trop alors prier instamment les citoyens de ne pas les installer à demeure sur le trottoir ou devant leur porte : ces conteneurs étant par définition et nécessité mobiles, il n’est ni difficile ni inopportun de les rentrer chez soi, d’un vendredi à l’autre.

Les commentaires sont fermés.