28/03/2012

Un cinquantenaire émouvant

011.JPG

Ils ont été une petite centaine à répondre à l’appel du comité local de la FNACA, la fédération des anciens combattants en Algérie, Marco et Tunisie, et à se rendre en cortège, derrière les drapeaux de la nation, au monument aux morts du cimetière pour commémorer le cessez le feu en Algérie et célébrer dans le recueillement et la solennité son cinquantième anniversaire..

004.JPG

Après un dépôt de gerbe par le maire, Gérard Bile, Roger Capa , président du comité local, assistés de Norbert Marco, conseiller municipal,  une minute de silence, commandé par Joseph Albafouille, président du Souvenir français et lui-même ancien soldat du contingent en Algérie, qui était sur e théâtre des opérations lors de ce cessez-le-feu, , a été observée, avant une vibrante Marseillaise chantée par l’assistance.

006.JPG

007.JPG

Puis, Roger Capa a lu l’ordre du jour du 19 mars 962, par lequel le général Ailleret, chef d’état-major, annonçait aux troupes françaises la signature du cessez-le-feu. Il annonça ensuite que la commune, cette année, pour marquer l’événement et son cinquantenaire, allait offrir une rose aux épouses des anciens d’Algérie décédés, e appela alors Mmes Abelanet, Ernandes et Martre qui reçurent ainsi des mains du maire l’offrande  en hommage de la commune.

012.JPG

On retourna ensuite à la salle Joan Cayrol, où furent offertes d’autres roses aux veuves de soldats qui n’avaient pu se déplacer au cimetière, avant de distinguer trois anciens du contingent en Algérie, Alfred Amiel, Sauver Navarro et Pierre Palloure, qui reçurent des mains de leur président médailles et diplômes de la FNACA. Après l’éloge des récipiendaires, prononcé avec sa faconde légendaire,  l’ami Roger rappela les prochains rendez-vous du comité, le repas festif du 31 mars et l’exposition consacrée à la guerre d’Algérie, à l’espace muséal de l’hôtel de ville, du 7 au 15 mai prochains.

020.JPG

022.JPG

023.JPG

Il revint alors au maire de prononcer la dernière allocution. Il rappela que ce 19 mars  restait une date lourde de sens : elle était porteuse de joie et d’espoir pour les uns, les soldats et leurs familles, mais aussi de douleur, de détresse et d’angoisse pour tous ceux qui allaient devoir quitter le sol algérien où ils étaient nés et avaient grandi pour un exil plein d’incertitudes en métropole.

013.JPG

014.JPG

Il souhaita alors que cette date marque tout simplement la fin d’une guerre éprouvante qui a mis longtemps à dire son nom.

Et pour conclure, il annonça qu’à la demande du comité local de la FNACA et de son président, le prochain rond point du village se nommerait « rond point du 19 mars 1962 ».

017.JPG

Il a alors été temps de se rassembler autour d’une table conviviale préparée par la commune pour mettre un terme à cette commémoration sur une note plus légère.

016.JPG

Les commentaires sont fermés.