23/01/2013

Dupetit au Grand Canyon

vernissage Guy François.JPG

Guy-François Banyuls Junior, pour parler comme les américains, puisque tous les espiranencs savent qu’il y a un Guy-François Banyuls senior, n’en est pas, loin de là, à son coup d’essai, et ses expos ont déjà plusieurs fois illuminé les murs de l’espace muséal de l’hôtel de ville.

D’ailleurs, quatre de ses panoramiques, qui représentent Espira aux quatre saisons, ont été acquis par la commune et accueillent désormais les visiteurs qui entrent à l’hôtel de ville.

Aujourd’hui, Guy-François, de retour des « States », nous a offert sa vision de son  voyage en Amérique du Nord, et ses photographies donnent à l’espace muséal un petit air de Monument Valley.

Au cours de ce voyage illustré, on découvre ainsi les grands espace magnifiés par les westerns, des photos aériennes des mégapoles et leurs gratte-ciel, d’étonnants gros plans géologiques et aussi d'impressionnantes vues sur grands tirages du célébrissime Grand Canyon.

Au cours du vernissage, le maire d’Espira, Gérard Bile, ne manqua d’ailleurs pas, malicieusement, d’évoquer  la proximité du petit canyon des terres espiranenques de Guy-François, qui a fait probablement naître en lui l’idée de voir plus grand et de saisir l’immensité à la fois majestueuse et écrasante du Grand Canyon.

Il ajoutait, plus sérieusement, que Guy-François, avec son œil de photographe, son regard aiguisé, ses sens toujours en éveil,  voyait  ce que nous ne voyons pas en regardant pourtant la même chose. Les yeux de l'artiste sont de remarquables explorateurs et l'objectif de son appareil saisit instantanément la fugacité et la beauté d’un paysage souvent mouvant, comme ce livre de grandes images  suscite le rêve  en nous transportant plus particulièrement sur les terres mythiques des légendaires tribus indiennes, comme les Navajos, et dans les territoires épiques et variés de l’Arizona.

Guy-François, qui est désormais un photographe reconnu, continue son œuvre et son parcours, pendant que les photos de son expo sur l’Amérique ont  éclairé jusqu’au début de 2013 les cimaises de l’espace muséal.et quand il aura fait à nouveau provision de nouvelles images, il reviendra, pour réalimenter le rêve, susciter la contemplation  et donner des envies d’évasion.

Les commentaires sont fermés.