07/02/2013

Sur les traces des grands ancêtres

 

images[3].jpg

Si l’on trouve , autour d’Espira, et en particulier dans le lit de l’Agly et sur ses rives, nombre de fossiles qui nous ramènent aux temps les plus anciens, c’est bien sûr à Tautavel, à la caune de l’Arago, qu’il faut aller découvrir les vestiges de notre plus ancien ancêtre : c’est ainsi que les élèves de CE2 de l’école privée du Sacré Cœur, conduits par leur professeur Christine Baco, ont fait le court chemin qui mène d’Espira à Tautavel pour une journée à la découverte de leurs lointains ancêtres, et ainsi mieux appréhender l’histoires – relativement récente – de l’être humain et s’y situer.

C’est par des visites guidées et dans des ateliers interactifs que les enfants ont découvert ce patrimoine à la fois si lointain, dans le temps, et si proche, dans l’espace, et ont commencé à acquérir les nécessaires références culturelles nécessaires pour que le monde dans lequel ils vivent prenne sens. Ils ont taillé la pierre, allumé le feu, exploré le site , assisté, comme s’ils y étaient , à des reconstituions « grandeur nature » de l’ère préhistorique, et sont redescendus, pleins d’usage et raison,  des rives du Verdouble vers celles de l’Agly, pour se mettre au travail de jeunes archivistes et de jeunes préhistoriens , avant de faire la leçon à leurs parents émerveillés par leurs paléontologues en herbe et de se replonger dans « Rahan », la bande dessinée qui semble avoir pris naissance au pied de la Tour del Far.

Les commentaires sont fermés.