18/02/2013

Deux Espiranencs dans le Tournoi

Certains pourront chipoter, parce que ce n’est pas le GRAND Tournoi des 6 nations, celui des Saint-André, Dussautoir, Mas  et autres Michalak. Mais quand même ! c’est le Tournoi des 6 nations féminin, qui va opposer la grande équipe de France féminine à ses homologues anglo-saxonnes et italienne au cours du mois de février et de mars.

Et deux espiranencs sont , si l’on peut dire , en première ligne.

numérisation0001.jpg

La première, c’est au sens propre : Elodie Portaries, qui vient à peine de passer le cap de ses vingt ans, va donc se retrouver au poste de piler avec le maillot de l’équipe de France, et même si elle a quitté depuis quelques années L’Esc-Bac-Asp qui l’a vu grandir pour rejoindre les rangs de Montpellier, elle n’a jamais oublié son club d’origine , ses copains de l’école de rugby et ses éducateurs,  au premier rang desquels Jeanne Thomas, la correspondante de notre titre à Baixas, et qui à l’époque était la président de l’école de rugby du club des Avens.

Les espiranencs qui ont joué avec elle ou qui l’ont vu jouer pousseront avec elle et lui souhaitent un avenir glorieux en bleu et blanc : et finalement, cela ne la dépaysera pas trop, puisque les couleurs de son club formateur sont les mêmes que celles qu’elle portera chez les Bleues de France.

numérisation0002.jpg

Le deuxième espiranenc engagé dans l’aventure est un peu plus âgé : il s’agit d’Henri Estirac, que beaucoup d’espiranencs , et en particulier ceux de sa génération, qui viennent d’entrer dans la soixantaine, connaissent bien. Henri a usé ses culottes courtes sur les bancs de l’école du Sacré Cœur, avant de passer au « couvent », le collège Notre Dame des Anges, puis comme beaucoup de jeunes à cette époque est « monté » à Paris pour une carrière dans les PTT. Il s‘y est trouvé si bien qu’il y est resté. Lui qui a fait ses premiers pas de rugbyman à l’ESC, avant même la création de l’entente des Avens, et a passé ses premiers drops dans la cour de l’école qui jouxtait sa maison, a continué à pratiquer le rugby, joueur, éducateur, puis dirigeant. Et depuis quelque temps, il est l’intendant de l’équipe de France féminine et accompagnera donc Elodie dans l’aventure du Tournoi.

Les espiranencs pensent à eux, leur souhaitent un tournoi brillant et victorieux et les remercient de porter haut les couleurs du village.

Les commentaires sont fermés.