18/04/2013

L'école Jean Alio au musée de Céret

 

Alio musée Céret.JPG

L’école a une longue histoire, et s’il n’est pas avéré que Charlemagne en fut l’inventeur, cette histoire a mérité un musée, qui recrée l’ambiance de l’école de naguère, celle des premières écoles religieuses , puis celle des « hussards noirs de la république » et de ces petites écoles rurales ou citadines qui ont apporté savoir, éducation et  progrès, et cette mixité sociale si nécessaire à l’édification d’une société.

Le pays catalan a donc son musée de l’école à Perpignan, et celui-ci accueille toute l’année les classes du département, pour une visite guidée.

Aussi, des écoliers espiranencs ont fait le court voyage vers la Fidelissima pour se plonger dans l’ambiance de l’école de leurs aïeux. La classe de Mme Barrère, directrice de l'école publique Jean Alio, et celle de M. Piscitello, professeur à cette même école, ont été accueillis par M. Robert Piquet, président des délégués départementaux de l'éducation nationale, assisté par M. Luc Hernandez, délégué départemental de l’éducation nationale à  Espira, et le musée de l'école a ouvert ses portes aux jeunes élèves entre surprise, perplexité  et émerveillement.

Ils se sont plongés  ainsi vers le passé et évoqué avec nostalgie les rentrées scolaires d’antan, les premiers instituteurs, le tableau noir sur lequel on apprenait à tracer, d’un doigt hésitant, les lettres de son prénom, à l'estrade, prés du bureau du maître ou de la maîtresse, où l’on récitait d'une voix tremblante les premiers poèmes, et ont pu soupeser les vieux  cartables , souvent usés par les grands frères et sœurs , et déjà trop lourds. .

Les deux groupes d’élèves se sont « mis en rang » avant de rentrer en classe. Il y a eu d’abord l’inspection  des mains, puis la leçon de morale, l’écriture à la plume, l’étude d’une carte de France de 1789, la découverte de la déclaration des droits de l'homme et du citoyen, enfin le tracé du portrait de Jules Ferry qui a institué la gratuité de l'école publique, laïque et obligatoire.

Les élèves ont pu ainsi vivre dans  l'ambiance d'une classe d’autrefois, où l’idéal républicain et le patriotisme étaient symbolisés par la présence en majesté du buste de Marianne et du drapeau tricolore. Ils ont alors compris par l’exemple comment l'école d'autrefois a posé les bases de  l'enseignement contemporain.  

A La fin de ce voyage fascinant dans le temps, avant de retourner vers l’école du XXIème siècle, ses ordinateurs, ses calculatrices  et ses tableaux interactifs, ils ont remercié leur cicérone, M. Fernand Blanchon, maître d'école au musée qui les a ravis le temps d’une journée dans un passé fondateur.

Les commentaires sont fermés.