03/05/2013

L'assemblée du Souvenir

ag souvenir 3-13.JPG

Dire que le Souvenir français rassemble et se rassemble est presque un pléonasme. C’est cependant ce que cette association mainteneuse de la mémoire de la nation a fait, en convoquant son assemblée générale annuelle, à la salle Joan Cayrol, comme à l’accoutumé.

Devant une assistance d’une centaine de militants de l’association, et en  présence de plusieurs élus de la commune conduits par le maire Gérard Bile, le président Joseph Albafouille a ouvert l’assemblée. Il  a d’abord remercié le colonel Guerrero, délégué départemental desPO, d’honorer l’assemblée de sa présence,  puis a laissé la parole à Norbert Marco et à Pierre Cuillé, respectivement secrétaire et trésorier du comité local. Le premier a présenté un bilan riche en activités et interventions, tandis que le second a démontré, comme d’habitude, que l’association, qui, certes, ne gère pas un lourd budget, a toujours des finances aussi saines.

Gérard Bile est ensuite intervenu pour rappeler l’utilité même la nécessité du Souvenir français dans un univers où l’obsolescence des choses est presque immédiate. Enfin, le colonel Guerrero a remercié le comité local, l’a félicité de sa vitalité, l’a encouragé à poursuivre ses actions, tant dans le domaine de l’entretien des monuments que dans celui du maintien et de la transmission de la mémoire, et en particulier dans le domaine de la collaboration avec les jeunes générations des écoles du village.

Cela a d’ailleurs été le point d’orgue de l’assemblée : l’école Jean Alio, représentée par sa directrice, Mme Barrère, et l’un de ses professeurs, Mme Guix, a été distinguée et s’est vue remettre une récompense sous la forme d’une coupe pour son travail sur la Grande Guerre. L’occasion a été bonne pour Mme Guix de remercier alors Vincentine Palloure, espiranenque de toujours, ancienne « institutrice » comme elle le dit encore et petite-fille d’un « poilu » victime du conflit, pour son aide si précieuse lors de ce travail.

Et comme toute assemblée finit, non par des chansons, mais par le partage des nourritures terrestres, c’est autour du buffet campagnard concocté par les membres de l’association eux-mêmes, que la réunion s’est continuée, sur le mode de la conversation conviviale et enjouée.

Les commentaires sont fermés.