11/07/2013

La tactique du gendarme

gendarmerie.JPG

Ce n’est pas un fantasme, ni un retour du refoulé : le sentiment d’insécurité, peut-être nourri par sa surmédiatisation, est prégnant, et les incivilités et les actes de délinquance qui affectent la vie des résidants excèdent la population du village, où elle aspire à trouver la paix et la tranquillité que l’on dit être l’apanage de la vie à la campagne, loin des risques et des déviances de la vie urbaine.

C’est un peu pour rassurer cette population, et pour expliquer le sens de ses missions que la gendarmerie est venue à la rencontre des citoyens espiranencs, au cours d’une réunion qui a trouvé un public nombreux, aussi attentif qu’inquiet, et dont les questions traduisaient parfois l’exaspération face à des faits et actes de délinquance qui semblent se multiplier et pouvoir être accomplis en toute impunité. C’est d’abord à ce ressentiment qu’ont voulu répondre les représentants de la maréchaussée, le lieutenant Harran et l’adjudant-chef Guisset, de la brigade de Rivesaltes. Ils sont venus à la rencontre des citoyens espiranencs à la sale Joan Cayrol, accompagnés du policier municipal, en présence du maire du village et de nombreux élus.

Ils ont essayé de répondre aux questions et ressentiments de citoyens excédés par les incivilités, par une recrudescence des cambriolages, et plus récemment à cause des incessantes ruptures des réseaux numériques et téléphoniques dus, à ce qu’on sait, à des voleurs de câble ( le cuivre, paraît-il, se négocie cher)impénitents, dont le sentiment d’impunité provisoire semble aller de pair avec une morgue qui semble se rire des efforts des forces de l’ordre et de la colère des citoyens. Les gendarmes, ont-ils affirmé avec force, sont constamment sur le terrain et œuvrent sans relâche. Ils avancent, lentement, certes, aux yeux des victimes de cette délinquance, mais avec persévérance, et des progrès réels dans la  résolution des certaines affaires.

Les espiranencs excédés par cette délinquance, qui s’étaient rendus en nombre à ce rendez-vous, ont exprimé leur inquiétude et leur colère. Mais ils ont écouté pour être rassurés, ont obtenu certaines réponses, ont entendu avec attention les conseils de bon sens. Ainsi, les représentants des forces de l’ordre ont exposé leur manière de travailler, qui fait appel aux techniques les plus sophistiquées. Ils ont aussi donné quelque ficelles pour mieux se protéger, ont suggéré aux citoyens de se fédérer, de mettre en place une participation citoyenne, de créer en quelque sorte une veille collective, une collaboration vicinale, une communication avec les services communaux et les élus, pour signaler les incidents, les comportements suspects. Ils ont recommandé  aux citoyens d’utiliser le service de pré-plainte en ligne, et de se faire connaître à la mairie lors de départs en vacances, le domicile faisant ainsi l’objet d’une surveillance accrue. Ils ont aussi beaucoup insisté sur la prévention des risques, qui est primordiale, en recommandant précaution et vigilance. Les gendarmes ont répondu patiemment à toutes les questions, en reconnaissant que tout n’était pas possible, que certains problèmes restaient pour le moment sans solution. , que le risque zéro n’existait pas. Ils ont aussi mis en garde contre les tentations de l’auto-défense, lourde de conséquences.

S’il n’est pas certain que les espiranencs présents soient sortis rassurés et convaincus, voire apaisés, il est sûr que cette rencontre a été appréciée de tous, que d’autres sont souhaitées, que des liens ont été tissés, que des mesures concrètes sont avancées, que des projets citoyens sont ébauchés. Cela suffira-t-il pour dissuader les malfaiteurs, à défaut de les effrayer ?

Les commentaires sont fermés.