31/07/2013

Les diagonales du foot

président foot.jpg

Ce n’est pas la reprise au Barça, mais presque : le BECE-FC Vallée de l’Agly, le club qui s’occupe du ballon rond au village,  reprend les entraînements, malgré la canicule qui s’installe, les vacances qui battent leur plein, et l’appel au farniente qui s’ensuit.

C’est donc  le vendredi 2 août  à 19 h 30 que les seniors reprennent le chemin des entrainements au stade de la « Porte de l’Agly » d’Espira. Tous les joueurs de cette catégorie sont donc invités, sinon convoqués pour cette séance inaugurale. Il convient de savoir que cette saison, l’équipe première évoluera  en PHA , tandis que  la réserve montera d’un cran pour évoluer en promotion de 1ere division. Il est fortement conseillé d’amener baskets et crampons. Les entrainements seront menés par Jean Postéraro, « coach » de l’équipe 1. Ils se tiendront les lundis, mercredis et vendredis, et  l’heure sera fixée lors de la première réunion. Pour les joueurs n’ayant pas encore récupéré les renouvellements de licence, les documents seront à leur disposition sur place lors de ce premier rendez-vous. Il est d’ailleurs vivement recommandé de  récupérer rapidement ceux-ci car le 1er match de Coupe de France devra probablement se jouer avant la fin du mois d’Août.

Quant aux jeunes de 18 et 19 ans désireux de jouer au ballon rond et intéressés par sala pratique du football, ils  sont invités à rejoindre le groupe pour ces séances d’entrainement. Pour tous renseignements complémentaires, on téléphone au président, au  06 58 80 45 79, ou au secrétaire, au  06 77 19 95 00, ou bien encore on se connecte sur le site Internet du club : becefc.fr .

Et bien sûr, on affûte ses crampons !

( en photo, Alain Piquemal, le président espiranenc qui s'est retiré sur les sublimes hauteurs de Rasiguères et qui goûte aux joies dela retraite tout en soignant quelques petits accidents et en continuant à s'occuper de son club de ballon rond, lui qui a aussi été un assidu du ballon ovale!)

30/07/2013

Quand le grain lève

grain burkina.JPG

Les enfants sont d’un naturel curieux, généreux et ouvert aux autres et au monde. Et l’école cultive ce naturel, en particulier grâce aux divers jumelages entre établissements, et aux diverses collaborations et correspondances qui se créent, quelles que soient les distances qui séparent les êtres et les lieux.

Ainsi, récemment, à l’école primaire publique Jean Alio, les élèves des classes de CP de Mmes Albafouille et Melgar ont accueilli l’association « Le grain », qui œuvre pour la construction d’écoles au Burkina Faso. Celle-ci, représentée par l’espiranenc Jean-Claude Olive et ses amis Alain Rière et Gérard Pujol entre autres, était accompagnée de M. Boyer, inspecteur de l’éducation nationale de la circonscription de la Vallée de l’Agly, et aussi et surtout de Mady Savadogo, inspecteur d’académie et Xavier Ilbondo, conseiller pédagogique, qui avaient fait le voyage depuis Ouagadougou, pour venir à la fois saluer les écoliers français, les remercier de leur aide et de leur soutien à leurs petits amis burkinabé, leur apporter une correspondance abondante, puisque les écoles catalanes et burkinabé correspondent à travers la mer depuis déjà deux ans, et leur parler de la vie d’un écolier africain, très différente à bien des égards de celle d’un petit catalan.

Cette amicale et enrichissante rencontre, en présence du maire d’Espira, Gérard Bile et de son adjointe en charge des écoles, Christiane Monier, s’est finie par des chansons, les deux ambassadeurs burkinabé interprétant des chants de chez eux, et les jeunes catalans leur répondant par un vibrant «  Au Texas », qui pour n’être pas un chant du terroir, n’en est pas moins porteur d’un riche folklore et d’une culture nouvelle et enthousiaste .

Et le lien n’est pas rompu, le Grain a commencé à lever, et dès la rentrée prochaine, d’autres élèves, d’autres classes continueront des deux côtés de la Méditerranée, à correspondre et à bâtir un avenir, qui, s’il n’est pas toujours assuré d’être radieux, est quand même, grâce aux bonnes volontés ainsi à l’œuvre, porteur d’espérances et de promesses dot certaines sont réalisées ou en voie de l’être.

29/07/2013

Petits clowns

cirque sacré.JPG

Le dernier trimestre, aux écoles maternelles et primaires, est propice aux sorties et aux activés pédagogiques et péri-pédagogiques, et aussi à la présentation publique des projets construits tout au long de l’année scolaire.

C’est ainsi qu’à l’école privée du Sacré Cœur, on a, depuis 8 ans maintenant, établi une collaboration avec l’école de cirque cérétane, «  Couleurs du Monde », dont le nom est à lui seul, dans ses trois mots, tout un programme qui ne peut que susciter l’enthousiaste approbation  des enfants.

Les animatrices de cette école, Chloé et Delphine, ont travaillé toute l’année avec les élèves des classes de CP d’Emmanuelle Bourrat et de Sandrine Pommies. Les enfants s’y sont donné à cœur joie et ont tour à tour joué avec sérieux et passion les acrobates, les équilibristes, les fildeféristes et enfin les rois du cirque, c’est-à-dire les clowns.

Le spectacle qu’ils ont donné à la salle Joan Cayrol devant un parterre de parents, d’enseignants et d’élus communaux émerveillés et emportés avec ravissement dans ce voyage de retour vers l’enfance a trouvé l’adhésion et reçu l’éloge de tous et s’est terminé, comme tous les spectacles de crique et comme le proclament tous les « Monsieur Loyal » qui règnent  sur la piste aux étoiles, « sous vos applaudissements ».

28/07/2013

Les éclaireurs d'Espira s'aventurent en montagne

éclaireurs.JPG

Les Eclaireuses et Eclaireurs de France du groupe d’Espira de l’Agly vont installer leur camp d’été        au centre des Eclaireuses et Eclaireurs de France (EEDF) du Cambre d'Aze, à St Pierre Dels Forcats      pour 2 semaines, du 28 juillet au 10 août 2013.

15  enfants, âgés de 6 à 14 ans seront encadrés par 2 responsables qualifiés et une équipe de bénévole très impliquée dans le fonctionnement des éclés.

Bien plus qu’un séjour de vacances traditionnel, les Eclaireuses et Eclaireurs de France, association laïque de scoutisme, proposent aux jeunes, avec ce camp d’été, d’être de véritables acteurs de leurs vacances, en les associant à la préparation, l’organisation et à la programmation des activités mises en place durant le séjour.

Le camp d’été est l’aboutissement du travail éducatif conduit tout au long de l’année par les équipes adultes encadrantes autour des valeurs de l’association : laïcité, coéducation, démocratie, solidarité et écocitoyenneté.

Cette éducation par l’action se poursuit au travers des activités et l’organisation de la vie du séjour. Grands jeux, veillées, jeux de pistes, repas trappeur, activités de plein air et découverte de la région seront au programme cet été.

Pour tout contact, on s’adresse à la responsable du groupe espiranenc, Paulette Massé, au  06.07.65.63.57 ou on lui envoie un émail à l’adresse suivante : eedfagly@orange.fr.

27/07/2013

Haut les choeurs

008.JPG

C’est une belle et harmonieuse soirée qu’a offert le chœur de la Boulzanne aux quelques    ( encore trop peu nombreux, mais Stendhal parlait des « happy few » qui font ensuite grande audience) mélomanes réunis pour un concert vocal intime.

Au cours de cette soirée, les choristes, venus de tous les coins de la vallée de l’Agly et d’au delà, ont enchanté les auditeurs par leur interprétation fervente et inspirée d’un répertoire varié et riche.

Que le premier chant interprété qui a fait résonner d’émotion les grands voûtes romanes de l’église Sainte Marie soit le célébrissime chant basque « Agur Jaunak » n’est pas un hasard : c’est un hommage rendu à toute la musique du monde et à la sensibilité propre à chaque région et à chaque peuple aux racines profondes et aux traditions multi-séculaires, et c’est aussi un vibrant salut aux gens, à l’humanité et à la jeunesse , puisque traduit du basque, «  Agur Jaunak ! », cela veut dire  : «  Salut, jeune homme ! ».

Si les auditeurs n’étaient pas légion, leur enthousiasme a transporté les artistes et leurs applaudissements , eux, ont donné un air  de Zénith des grands soirs à l’église Sainte Marie.

Petit rappel sur le vide-greniers

vide-grenier.jpg

On rappelle que dimanche 28 juillet, à l’espace Jean Teulière, il y a le vide-greniers des Ass’xurits. Il reste encore des emplacements pour exposants. Les inscriptions sont prises par la mairie jusqu'à vendredi 16h, mais samedi, les retardataires  ont la possibilité d'appeler le président des Ass’xurits, Arnaud Mathieu au 06.84.02.11.28 pour s'inscrire.

25/07/2013

De la cave au grenier, les Ass'xurits sont prêts

vide-greniers.jpg

Les vide-greniers, qui sont légion en Catalogne-Nord, sont devenus en peu de temps une tradition incontournable dans nos villages, rassemblent même, parfois, plus de monde que les fêtes votives ou que d’autres aplecs pourtant bien établis dans l’histoire et donnent alors au village une ambiance de fête bienvenue en ces temps parfois moroses.

 

A Espira, deux associations se chargent chaque année d’attirer le chaland à l’espace Jean Teulière. Il s’agit d’abord de la plus ancienne association du village, le club de rugby de l’ESC, et, paradoxalement et symboliquement, l’une des plus jeunes, tant par sa date de naissance que par l’âge de ses adhérents. Il s’agit alors des Ass’xurits, cette joyeuse bande de jeunes qui se vouent à l’animation et à la conservation de leur village.

Donc, après le vide-grenier de printemps, organisé par les rugbymen, voici venu le temps du vide-grenier de l’été, organisé par les Ass’xurits. C’est le dimanche 28 juillet, toute la journée, de l’aube au crépuscule, comme le dit la tradition. C’est toujours tout au long des allées de l’Espace Jean Teulière, sur l’esplanade, et on débordera sur le boulodrome, voire sur la place Edmond Jaupart.

La frénésie des achats pouvant faire oublier l’heure, les Ass’xurits assurent restauration et buvette, pour venir se sustenter et se rafraîchir entre deux ruées sur les trésors cachés que recèle tout vide-greniers.

L’emplacement linéaire est de 4 mètres pour quiconque veut exposer ce qu’il à vendre, et il en coûte 5 euros pur les résidants espiranencs, et 10 pour les « forasters ». Comme l’Espace Jean Teulière n’est pas infini, les places sont donc limitées, et c’est pourquoi on s’inscrit au plus vite en se rendant à l’hôtel de ville ou en s’adressant aux services communaux, qui se feront un devoir et un plaisir de prendre les inscriptions.

En attendant, fouillez vos caves et revisitez vos greniers !