27/07/2013

Petit rappel sur le vide-greniers

vide-grenier.jpg

On rappelle que dimanche 28 juillet, à l’espace Jean Teulière, il y a le vide-greniers des Ass’xurits. Il reste encore des emplacements pour exposants. Les inscriptions sont prises par la mairie jusqu'à vendredi 16h, mais samedi, les retardataires  ont la possibilité d'appeler le président des Ass’xurits, Arnaud Mathieu au 06.84.02.11.28 pour s'inscrire.

25/07/2013

De la cave au grenier, les Ass'xurits sont prêts

vide-greniers.jpg

Les vide-greniers, qui sont légion en Catalogne-Nord, sont devenus en peu de temps une tradition incontournable dans nos villages, rassemblent même, parfois, plus de monde que les fêtes votives ou que d’autres aplecs pourtant bien établis dans l’histoire et donnent alors au village une ambiance de fête bienvenue en ces temps parfois moroses.

 

A Espira, deux associations se chargent chaque année d’attirer le chaland à l’espace Jean Teulière. Il s’agit d’abord de la plus ancienne association du village, le club de rugby de l’ESC, et, paradoxalement et symboliquement, l’une des plus jeunes, tant par sa date de naissance que par l’âge de ses adhérents. Il s’agit alors des Ass’xurits, cette joyeuse bande de jeunes qui se vouent à l’animation et à la conservation de leur village.

Donc, après le vide-grenier de printemps, organisé par les rugbymen, voici venu le temps du vide-grenier de l’été, organisé par les Ass’xurits. C’est le dimanche 28 juillet, toute la journée, de l’aube au crépuscule, comme le dit la tradition. C’est toujours tout au long des allées de l’Espace Jean Teulière, sur l’esplanade, et on débordera sur le boulodrome, voire sur la place Edmond Jaupart.

La frénésie des achats pouvant faire oublier l’heure, les Ass’xurits assurent restauration et buvette, pour venir se sustenter et se rafraîchir entre deux ruées sur les trésors cachés que recèle tout vide-greniers.

L’emplacement linéaire est de 4 mètres pour quiconque veut exposer ce qu’il à vendre, et il en coûte 5 euros pur les résidants espiranencs, et 10 pour les « forasters ». Comme l’Espace Jean Teulière n’est pas infini, les places sont donc limitées, et c’est pourquoi on s’inscrit au plus vite en se rendant à l’hôtel de ville ou en s’adressant aux services communaux, qui se feront un devoir et un plaisir de prendre les inscriptions.

En attendant, fouillez vos caves et revisitez vos greniers !

23/07/2013

Parés à plonger

Plongee-Sous-Marine-Saint-Tropez-PACA-Var-83.jpg

Comme chaque année pour les mois de juillet et d’août, c’st le retour du Grand Bleu au village. En effet, à l’initiative de la Maison des jeunes et de la culture et de son dynamique animateur Nicolas Alvès, les baptêmes de plongée avec bouteille sur la Côte vermeille, dont le nom lui seul est déjà une invitation au voyage, reprennent.

Donc, en partenariat avec 2 clubs associatifs de plongée, tous deux agréés à la FFESSM, les jeunes espiranencs peuvent partir en toute sécurité dans les profondeurs bleues au milieu des si précieux coraux, à la chasse au mérou, à la murène  ou à la baleine blanche, et découvrir les splendeurs  sous-marines de la côte catalane.

La première plongée a déjà eu lieu le premier dimanche de juillet, mais il est prévu, en fonction de la demande, d’organiser régulièrement, tous les samedis matins, une petite expédition pour les capitaines Nemo en herbe.

On s’inscrit ou on se fait connaître très vite auprès de Nicolas, on l’appelle au 04.68.29.41.08, on lui envoie un petit émail à l’adresse suivante, contact@mjc-espira.com ,  ou on se rend tout simplement à la MJC, rue du 4 septembre. Il en coûte 10 euros tout compris, du covoiturage à la location du matériel.

Les plongées se déroulent de façon individuelle, chaque plongeur en duo avec le moniteur, et elles s’effectuent donc en toute sécurité. Elles s’adressent à tous, à partir de 8ans, sans distinction de genre ou de compétences, mais bien sûr sans contre-indication médicale.

En outre, cette année, grâce au succès croissant de ces sorties sous-marines, la MJC devrait faire l'acquisition d'une mini-caméra embarquée étanche de qualité, afin de pouvoir filmer ces purs moments de découverte des beautés sous-marines et d’appréhension d’une expérience rare.

On ajoutera, en guise d’aide-mémoire, que l'adhésion annuelle à la MJC est toujours de 16 euros pour les mineurs et demandeurs d'emploi, et de 21 euros pour les adultes. Grâce à cette adhésion, on a un accès illimité à l'espace Cyber-Local de la MJC et on bénéficie de tarifs préférentiels pour les sorties estivales de plongée ou hivernales de ski par exemple.

De la même manière, les cours d'informatique sont également disponibles sans réserve, à raison  de 2 cours par semaine pour 60 euros seulement pour l’année, adhésion comprise.

Nicolas, qui est lui-même un plongeur confirmé, laissera toutefois  le soin d’encadrer les postulants au baptême (de plongée..) à des initiateurs diplômés ou à un moniteur fédéral. Il sera toutefois présent à chaque sortie et accompagnera les apprentis plongeurs à chacune de leur plongée afin de filmer l’aventure. Chacun pourra alors revivre à satiété et ad libitum ce voyage à 20.000 (enfin, presque…) lieues sous les mers, en allant visionner les vidéos sur le site de la MJC.

Donc, on travaille son souffle, on se repasse «  le Grand Bleu », et on embarque pour la Côte vermeille et ses merveilles.

22/07/2013

Le Bateau-Lavoir au village

vernissage 2013 018.jpg

Le Bateau-Lavoir, c’est cet atelier –aujourd’hui on dirait un loft- qu’a occupé Picasso dans sa jeunesse, ouvert à tous les vents de Paris et du génie, et que fréquentaient ses amis peintres, qui ont comme lui franchi les portes de la célébrité, et cet atelier était une sorte de musée vivant, où l’on découvrait des œuvres qui allaient vite devenir inestimables.

Certes, il faut savoir garder mesure et humilité : l’espace muséal d’Espira n’est pas ( pas encore ?) le Bateau-Lavoir, mais l’exposition qu’il vient d’accueillir a montré aux espiranencs que le talent est universel et qu’il peut se dévoiler dans un petit village du sud de la France : l’atelier d’art espiranenc, animé par Aurore Banyuls et présidé par Thérèse Revol, qui toute l’année, à la maison de l’abbaye, s’adonne à la passion infinie de la peinture a exposé les travaux de ses artistes, toiles et tableaux, de toutes les couleurs, sur tous les motifs, selon toutes les techniques.

Et le vernissage final a réuni les amoureux de la forme et de la lumière qui ont découvert ce qui se cache parfois trop : le talent singulier de ceux et de celles qui modestement se considèrent comme des amateurs,, des retraités s’adonnant à la peinture, des artistes du dimanche.

Mais le douanier Rousseau et le facteur Cheval n’en faisaient-ils pas de même ?

20/07/2013

Voici venu le temps des assemblées

006.JPG

C’est un peu comme les giboulées de printemps, sauf que ça arrive souvent au début de l’été : c’est le temps des assemblées générales des associations du village.

Pour le rugby, c’est un cas un peu particulier: les trois associations qui le composent, l’ESC, le BAC et l’ASP, font leur petite assemblée l’un après l’autre, à la maison du rugby construite en bordure du « Temple », avant la grande assemblée de la plus ancienne et plus solide entente du rugby catalan.

Et c’est les espiranencs qui ont ouvert le bal, en présence de Monique Dauré, adjointe aux sports, ont réservé rapports, commentaires, débats  et récompenses à la grande assemblée générale et se sont contentés de reconduire le bureau espiranenc pour la saison à venir, avec le toujours jeune et sémillant Lionel Capa comme président.

Certes, il y a quelques aléas et quelques vicissitudes, mais c’est dans l’air du temps, et le rugby étant un sport viril mais correct, il en est donc de même dans ses assemblées générales où si tout ne finit pas par des chansons, tout ne finit pas non plus par des marrons !

19/07/2013

Les Rapariens toujours prêts

004.JPG

Ils ont répondu nombreux à l’appel du 18 juin ! Sur l’amicale injonction de « Présidente Pilar », les militants du Foyer du troisième âge «  Al Raparou » ont couru à toutes jambes à la salle Joan Cayrol pour les agapes de fin de saison, qui servent d’AG,  régler leur cotisation, trinquer avec les copains et les copines, accueillir en chansons M. le maire et ses conseillers, puis esquisser quelques pas de danse, éclectiques bien sûr, du quadrille au rock and roll en passant par le tango et le madison.

001.JPG

Après un bel après-midi de convivialité, les Rapariens, plus dynamiques que jamais, se sont donné rendez-vous pour la rentrée où les attend un programme copieux et alléchant, des petits lotos entre amis aux excursions plus ou moins lointaines et plus ou moins aventureuses.

002.JPG

18/07/2013

Le sport c'estaussi à l'école

        

alio usep 2013.JPG

    Si le sport est d’abord un plaisir, un divertissement,  c’est aussi un moyen privilégié d’éducation et de formation, tant physique que mentale et citoyenne. Et donc  les écoles du village, en collaboration avec l’USEP qui s’occupe de tout ce qui est sport pour les écoles primaires, multiplie sorties, rencontres, compétitions en privilégiant les côtés éducatif et ludique.

Ainsi, récemment, à l’école publique Jean Alio, la classe de CM2 de Maryvonne Guix  a effectué deux sorties, la première  au chef-lieu de canton voisin, à Rivesaltes, pour des rencontres d’ « ultimate », ce jeu au nom aussi américain qu’inquiétant mais qui utilise ce bon vieux frisbee, et la seconde sur les plages de Sainte Marie de la Mer , pour du biathlon.

La première journée a fait se rencontrer les écoles de Rivesaltes, de Cases de Pène et l’école Jean Jaurès de Perpignan, avec des ateliers le matin, et des matchs d’ultimate l’après-midi.

La deuxième journée, avec un temps maussade, et des « roufaques » à foison- mais c’est un temps de saison en Catalogne depuis déjà un certain temps- des rencontres autour du biathlon ont mis aux prises les écoles de Torreilles, de Canet, de Saint Cyprien, de Salses et nos petits espiranencs. Le matin, des ateliers spécialisés ont permis aux jeunes athlètes de s’exercer aux boules, au basket, au hand, au foot, au hockey au tennis et au lancer du poids. L’après-midi a été dévolu à la course, une course longue entrecoupée  à chaque passage par divers ateliers.

Tout ce petit monde a mouillé le maillot espiranenc  avec ardeur et enthousiasme, dans la plus grande convivialité et la parfaite organisation de l’USEP, le seul bémol étant attribué à Madame la pluie, invitée souvent bienvenue, mais pour le cas un peu gênante.