08/08/2013

Bonjour chez vous

011.JPG

C’est une nouvelle convivialité qui peu à peu se construit dans les villages, que ce soit dans les nouveaux quartiers, qu’on appelait naguère les lotissements, ou dans les anciens, au cœur du vieux village et de ses rues historiques.

Et l’été est propice à un rassemblement amical et festif des résidants de ces quartiers, autour d’une grillade de souches et de sarments où cuisent roustes et saucisses,  d’un peu de vin d’ici et d’autres gourmandises et rafraichissements.

Ainsi, le quartier « Duverney », en face   du cimetière, est bien vivant et est habité par une jeunesse joyeuse et ingénieuse.

Et ils étaient une bonne cinquantaine à s’être rassemblés pour ce rendez-vous annuel devenu traditionnel, enfants et parents, et à deviser depuis l’entrée du crépuscule jusqu’à une heure très avancée de la nuit, tant ils avaient de choses à se dire de projets à évoquer, d’histoires à se raconter, de rires à partager.

Deux édiles municipaux s’étaient joints à la fête, Monique Dauré, adjointe au maire, en charge de la culture, et cette fête des voisins se rattache désormais à la culture populaire, et André Goizé, conseiller municipal.

Les deux élus ont su apprécier la convivialité régnante, et ont trinqué – avec toute la modération qu’il se doit- avec leurs hôtes d’un soir à une vie villageoise joyeuse et paisible.

07/08/2013

En route vers le collège

dictionnaires 2013.jpg

Chaque année scolaire va sur sa fin qu’il est déjà temps de penser à la rentrée prochaine, passés les quelques jours de vacance de l’été pour se préparer à nouveau aux rudes mais enrichissantes et exaltantes tâches de la scolarité

Et comme chaque année, donc,  la traditionnelle remise des dictionnaires aux jeunes élèves espiranencs qui vont quitter avec un peu de nostalgie l’école primaire de leur village pour aller découvrir la nouvelle vie de collégien au chef-lieu de canton, ou même pour certains à la capitale des rois de Majorque,  a permis de réunir, à l’école Jean Alio,  l’équipe pédagogique, les parents et les élèves pour cette distribution de cet inappréciable cadeau, qui accompagnera chaque élève tout au long de sa vie scolaire et au-delà.

C’est le maire d’Espira, Gérard Bile qui s’est chargé lui-même de cette distribution, accompagné et aidé dans cette tâche par Monique Dauré et Christiane Monnier, adjointes, et  Philippe Denat, conseiller municipal.

Dans la cour ombragée et accueillante de l’école, le maire  souligna la qualité de l'enseignement dispensé dans l'école, félicita chaleureusement la directrice et les professeurs pour cela et se déclara heureux de la participation des parents à la vie de l'établissement, condition indispensable selon lui au bon équilibre de l'enfant.

Cette année, une nouveauté a marqué la petite cérémonie : le superbe dictionnaire de français, de la marque universelle qui sème à tout vent, très apprécié, était accompagné de son  homologue en anglais qui sera fort utile  pour faire ses premiers pas dans la langue de Shakespeare, voir les films anglo-saxons en VO, ou comprendre les commandements parfois abscons des arbitres anglophones lors des matchs du tournoi des 6 nations.

Un peu plus tard dans la journée, les enfants du village fréquentant l'école privée du Sacré Cœur étaient accompagnés par leur professeur  à l’hôtel de ville  pour recevoir les mêmes cadeaux lors d’une cérémonie similaire, en présence des mêmes élus de la commune, à qui s'était jointe la conseillère municipale Nicole Saubebelle.

Et tout ce petit monde est reparti avec deux précieux viatiques dans sa besace.

30/07/2013

Quand le grain lève

grain burkina.JPG

Les enfants sont d’un naturel curieux, généreux et ouvert aux autres et au monde. Et l’école cultive ce naturel, en particulier grâce aux divers jumelages entre établissements, et aux diverses collaborations et correspondances qui se créent, quelles que soient les distances qui séparent les êtres et les lieux.

Ainsi, récemment, à l’école primaire publique Jean Alio, les élèves des classes de CP de Mmes Albafouille et Melgar ont accueilli l’association « Le grain », qui œuvre pour la construction d’écoles au Burkina Faso. Celle-ci, représentée par l’espiranenc Jean-Claude Olive et ses amis Alain Rière et Gérard Pujol entre autres, était accompagnée de M. Boyer, inspecteur de l’éducation nationale de la circonscription de la Vallée de l’Agly, et aussi et surtout de Mady Savadogo, inspecteur d’académie et Xavier Ilbondo, conseiller pédagogique, qui avaient fait le voyage depuis Ouagadougou, pour venir à la fois saluer les écoliers français, les remercier de leur aide et de leur soutien à leurs petits amis burkinabé, leur apporter une correspondance abondante, puisque les écoles catalanes et burkinabé correspondent à travers la mer depuis déjà deux ans, et leur parler de la vie d’un écolier africain, très différente à bien des égards de celle d’un petit catalan.

Cette amicale et enrichissante rencontre, en présence du maire d’Espira, Gérard Bile et de son adjointe en charge des écoles, Christiane Monier, s’est finie par des chansons, les deux ambassadeurs burkinabé interprétant des chants de chez eux, et les jeunes catalans leur répondant par un vibrant «  Au Texas », qui pour n’être pas un chant du terroir, n’en est pas moins porteur d’un riche folklore et d’une culture nouvelle et enthousiaste .

Et le lien n’est pas rompu, le Grain a commencé à lever, et dès la rentrée prochaine, d’autres élèves, d’autres classes continueront des deux côtés de la Méditerranée, à correspondre et à bâtir un avenir, qui, s’il n’est pas toujours assuré d’être radieux, est quand même, grâce aux bonnes volontés ainsi à l’œuvre, porteur d’espérances et de promesses dot certaines sont réalisées ou en voie de l’être.

29/07/2013

Petits clowns

cirque sacré.JPG

Le dernier trimestre, aux écoles maternelles et primaires, est propice aux sorties et aux activés pédagogiques et péri-pédagogiques, et aussi à la présentation publique des projets construits tout au long de l’année scolaire.

C’est ainsi qu’à l’école privée du Sacré Cœur, on a, depuis 8 ans maintenant, établi une collaboration avec l’école de cirque cérétane, «  Couleurs du Monde », dont le nom est à lui seul, dans ses trois mots, tout un programme qui ne peut que susciter l’enthousiaste approbation  des enfants.

Les animatrices de cette école, Chloé et Delphine, ont travaillé toute l’année avec les élèves des classes de CP d’Emmanuelle Bourrat et de Sandrine Pommies. Les enfants s’y sont donné à cœur joie et ont tour à tour joué avec sérieux et passion les acrobates, les équilibristes, les fildeféristes et enfin les rois du cirque, c’est-à-dire les clowns.

Le spectacle qu’ils ont donné à la salle Joan Cayrol devant un parterre de parents, d’enseignants et d’élus communaux émerveillés et emportés avec ravissement dans ce voyage de retour vers l’enfance a trouvé l’adhésion et reçu l’éloge de tous et s’est terminé, comme tous les spectacles de crique et comme le proclament tous les « Monsieur Loyal » qui règnent  sur la piste aux étoiles, « sous vos applaudissements ».

27/07/2013

Petit rappel sur le vide-greniers

vide-grenier.jpg

On rappelle que dimanche 28 juillet, à l’espace Jean Teulière, il y a le vide-greniers des Ass’xurits. Il reste encore des emplacements pour exposants. Les inscriptions sont prises par la mairie jusqu'à vendredi 16h, mais samedi, les retardataires  ont la possibilité d'appeler le président des Ass’xurits, Arnaud Mathieu au 06.84.02.11.28 pour s'inscrire.

25/07/2013

De la cave au grenier, les Ass'xurits sont prêts

vide-greniers.jpg

Les vide-greniers, qui sont légion en Catalogne-Nord, sont devenus en peu de temps une tradition incontournable dans nos villages, rassemblent même, parfois, plus de monde que les fêtes votives ou que d’autres aplecs pourtant bien établis dans l’histoire et donnent alors au village une ambiance de fête bienvenue en ces temps parfois moroses.

 

A Espira, deux associations se chargent chaque année d’attirer le chaland à l’espace Jean Teulière. Il s’agit d’abord de la plus ancienne association du village, le club de rugby de l’ESC, et, paradoxalement et symboliquement, l’une des plus jeunes, tant par sa date de naissance que par l’âge de ses adhérents. Il s’agit alors des Ass’xurits, cette joyeuse bande de jeunes qui se vouent à l’animation et à la conservation de leur village.

Donc, après le vide-grenier de printemps, organisé par les rugbymen, voici venu le temps du vide-grenier de l’été, organisé par les Ass’xurits. C’est le dimanche 28 juillet, toute la journée, de l’aube au crépuscule, comme le dit la tradition. C’est toujours tout au long des allées de l’Espace Jean Teulière, sur l’esplanade, et on débordera sur le boulodrome, voire sur la place Edmond Jaupart.

La frénésie des achats pouvant faire oublier l’heure, les Ass’xurits assurent restauration et buvette, pour venir se sustenter et se rafraîchir entre deux ruées sur les trésors cachés que recèle tout vide-greniers.

L’emplacement linéaire est de 4 mètres pour quiconque veut exposer ce qu’il à vendre, et il en coûte 5 euros pur les résidants espiranencs, et 10 pour les « forasters ». Comme l’Espace Jean Teulière n’est pas infini, les places sont donc limitées, et c’est pourquoi on s’inscrit au plus vite en se rendant à l’hôtel de ville ou en s’adressant aux services communaux, qui se feront un devoir et un plaisir de prendre les inscriptions.

En attendant, fouillez vos caves et revisitez vos greniers !

22/07/2013

Le Bateau-Lavoir au village

vernissage 2013 018.jpg

Le Bateau-Lavoir, c’est cet atelier –aujourd’hui on dirait un loft- qu’a occupé Picasso dans sa jeunesse, ouvert à tous les vents de Paris et du génie, et que fréquentaient ses amis peintres, qui ont comme lui franchi les portes de la célébrité, et cet atelier était une sorte de musée vivant, où l’on découvrait des œuvres qui allaient vite devenir inestimables.

Certes, il faut savoir garder mesure et humilité : l’espace muséal d’Espira n’est pas ( pas encore ?) le Bateau-Lavoir, mais l’exposition qu’il vient d’accueillir a montré aux espiranencs que le talent est universel et qu’il peut se dévoiler dans un petit village du sud de la France : l’atelier d’art espiranenc, animé par Aurore Banyuls et présidé par Thérèse Revol, qui toute l’année, à la maison de l’abbaye, s’adonne à la passion infinie de la peinture a exposé les travaux de ses artistes, toiles et tableaux, de toutes les couleurs, sur tous les motifs, selon toutes les techniques.

Et le vernissage final a réuni les amoureux de la forme et de la lumière qui ont découvert ce qui se cache parfois trop : le talent singulier de ceux et de celles qui modestement se considèrent comme des amateurs,, des retraités s’adonnant à la peinture, des artistes du dimanche.

Mais le douanier Rousseau et le facteur Cheval n’en faisaient-ils pas de même ?