09/05/2013

A l'école, on vide les greniers

vide-greniers.jpg

Pour apporter aide et soutien aux activités pédagogiques et péri-éducatives des élèves, l’association des parents d’élèves de l’école  privée du Sacré Cœur propose, dimanche 13 mai, un grand vide-greniers sur le mail et l’esplanade de l’espace Jean Teulière.

C’est toute la journée, dès potron-minet, à 6 heures, jusqu’à la fin de l’après-midi, à 17 heures. Et on peut séjourner sur le site, puisque buvette et restauration sont assurées sur place par l’équipe organisatrice.

On appelle, pour réserver un emplacement, le 06.17.66.00.30, on fouille caves et greniers à la recherche de la perle rare ou du trésor caché, on prépare un peu de monnaie et on affûte son argumentaire pour les incontournables marchandages.

05/05/2013

Une commune informée en vaut deux

bulletin maire adjoints 3-13.JPG

Les bulletins municipaux se suivent et ne se ressemblent pas ! Après les deux précédents, consacrés aux écoles et aux associations, le dernier, distribué dans les boîtes aux lettres par les conseillers municipaux eux-mêmes, est consacré tout entier au grand défi du XXIème siècle, le développement durable, la protection de notre environnement et la gestion de déchets.

Il s’agit, à travers cet outil d’information citoyen, de rappeler aux les résidants d’Espira que, comme le dit Julien Green, nous ne sommes que des passagers sur notre terre, et qu’il convient de la laisser en état de vie à nos enfants. Cet impératif catégorique est devenu celui de la communauté d’agglomération Perpignan Méditerranée et donc celui de la commune,  à travers le projet d’ un « archipel durable ».

On trouve alors dans le bulletin tous les renseignements et toutes les informations nécessaires pour œuvrer ensemble à ce projet, de la présentation des instances et des structures qui se vouent à cette tâche, jusqu’à quelques conseils pratiques et quelques leçons de choses sur l’état actuel de notre territoire, les risques et les mesures mises en place.

Ce bulletin fait ainsi partie d’un dispositif global pour sensibiliser chacun à la nécessité du tri sélectif, à la réduction des déchets et à leur recyclage et à la protection d l’environnement dans le souci d’un développement durable qui préserve l’avenir.

Et pour compléter ce bulletin « collector » avec en couverture une photo panoramique du village, l’un des éléments du quartet sur les saisons du photographe local, Guy-François Banyuls, on peut demander auprès des services communaux, sur simple appel ou simple visite au secrétariat de la mairie, l’agenda «  terre vivante » du jardinier Bio, dont il doit rester encore quelques exemplaires.

Comme c’est le printemps, on ne doute pas que celui-ci soit d’une grande utilité.

19/04/2013

Jour de finales à la porte del'agly

 

finales espira 4-13.png

Malgré un froid à contretemps et une tramontane descendue au grand galop de la Serre d’Espira, il y n’y avait pas moins d’un millier d’aficionados à s‘être donné rendez-vousce dimanche 6 avril  au stade de la Porte de l’Agly, au carrefour de la route de Bayonne et de la route de Montpins qui mène vers le péage de l’autoroute.

Il y avait là des audois venus du Nord et du pays du cassoulet, des méditerranéens des plages biterroises, les héraultais d’Olonzac, et des Catalans de tous les coins du département, venus des Aspres, de la côté radieuse, ou encore  d’Argelès de la Marenda.

A tous ces joueurs et éducateurs, s’ajoutaient parents et amis, arbitres et élus du comité du pays catalan en nombre et plusieurs membres du conseil municipal du  village, menés par l’adjointe aux sports Monique Dauré.

C’était jour de finales au stade de la Porte de l’Agly, finales du championnat du Languedoc-Roussillon pour les catégories cadets et juniors, organisée par la commission mixte unissant les forces vives des deux comités et présidée avec tact, finesse et autorité par le maureilhanais Gilbert Graschaire, et par le rivesaltais Ange Correas.

C’est l’ESC-BAC-ASP qui était chargé de l’organisation des trois finales, et du repas d’avant-match pour accueillir dirigeants des 6 équipes, arbitres, délégués sportifs, officiels des deux comités et élus de la commune, dans sa maison du rugby riche d’histoire et de souvenirs.

Comme à l’accoutumé, le club s’en est sorti avec son efficacité et son brio habituel, avec le maître queux José en chef de rang, et toute son équipe de soldats de l’ombre (et soldates !)tant aux fourneaux qu’à la buvette, au guichet ou dans les vestiaires, jusqu’à l’entrée de la nuit, balais en mains, pour commencer le nettoyage des installations laissées à leur disposition par la commune.

C’est  une journée à  marquer d’une pierre blanche (ou d’un flocon blanc, vu le froid et la pluie hivernaux en plein printemps) dans  l’histoire du club, et qui a octroyé deux titres sur trois aux équipes catalanes, l’US Thuir en juniors « Balandrade » et Salanque Côte Radieuse, en juniors « Phliponneau », ce qui est un exploit inédit jusqu’ici, et qui montre que le travail fait dans les clubs porte lentement mais sûrement ses fruits.

18/04/2013

L'école Jean Alio au musée de Céret

 

Alio musée Céret.JPG

L’école a une longue histoire, et s’il n’est pas avéré que Charlemagne en fut l’inventeur, cette histoire a mérité un musée, qui recrée l’ambiance de l’école de naguère, celle des premières écoles religieuses , puis celle des « hussards noirs de la république » et de ces petites écoles rurales ou citadines qui ont apporté savoir, éducation et  progrès, et cette mixité sociale si nécessaire à l’édification d’une société.

Le pays catalan a donc son musée de l’école à Perpignan, et celui-ci accueille toute l’année les classes du département, pour une visite guidée.

Aussi, des écoliers espiranencs ont fait le court voyage vers la Fidelissima pour se plonger dans l’ambiance de l’école de leurs aïeux. La classe de Mme Barrère, directrice de l'école publique Jean Alio, et celle de M. Piscitello, professeur à cette même école, ont été accueillis par M. Robert Piquet, président des délégués départementaux de l'éducation nationale, assisté par M. Luc Hernandez, délégué départemental de l’éducation nationale à  Espira, et le musée de l'école a ouvert ses portes aux jeunes élèves entre surprise, perplexité  et émerveillement.

Ils se sont plongés  ainsi vers le passé et évoqué avec nostalgie les rentrées scolaires d’antan, les premiers instituteurs, le tableau noir sur lequel on apprenait à tracer, d’un doigt hésitant, les lettres de son prénom, à l'estrade, prés du bureau du maître ou de la maîtresse, où l’on récitait d'une voix tremblante les premiers poèmes, et ont pu soupeser les vieux  cartables , souvent usés par les grands frères et sœurs , et déjà trop lourds. .

Les deux groupes d’élèves se sont « mis en rang » avant de rentrer en classe. Il y a eu d’abord l’inspection  des mains, puis la leçon de morale, l’écriture à la plume, l’étude d’une carte de France de 1789, la découverte de la déclaration des droits de l'homme et du citoyen, enfin le tracé du portrait de Jules Ferry qui a institué la gratuité de l'école publique, laïque et obligatoire.

Les élèves ont pu ainsi vivre dans  l'ambiance d'une classe d’autrefois, où l’idéal républicain et le patriotisme étaient symbolisés par la présence en majesté du buste de Marianne et du drapeau tricolore. Ils ont alors compris par l’exemple comment l'école d'autrefois a posé les bases de  l'enseignement contemporain.  

A La fin de ce voyage fascinant dans le temps, avant de retourner vers l’école du XXIème siècle, ses ordinateurs, ses calculatrices  et ses tableaux interactifs, ils ont remercié leur cicérone, M. Fernand Blanchon, maître d'école au musée qui les a ravis le temps d’une journée dans un passé fondateur.

14/04/2013

Carnet bleu

 

dessin-bebe-007[1].gif

Tout le monde au village connaît Pierre Banyuls, qui illumine de sa classe au poste de demi d’ouverture, les dimanches de l’ESC-BAC-ASP , s’inscrivant ainsi ns la lignée de son grand-père Pierre, l’ancien maire, qui lui aussi en son temps avait fait briller les couleurs de son club, l’ESC, à l’aile d’une ligne de trois-quarts lancée par ses cousins Tétin et Pierrot Durand.

Pierre illumine aussi les murs, puisqu’avec son père Maurice d’abord, et tout seul désormais, il exerce le métier de peintre en bâtiment, et beaucoup de maisons du village lui doivent leurs couleurs et leurs lumières.

C’est une autre lumière qui vient maintenant  éclairer le ciel de Pierre. En effet, il vient de connaître la joie  d’être papa : un petit Antoine-Pierre-Willy vient d’arriver au foyer de Pierre et de sa compagne, Leslie Joly, et tient désormais compagnie à son super grand frère Justin Figuères et sa magnifique grande sœur Zoé Figuères.

Et les plus heureux, bien sûr, en admiration devant le futur rugbyman, sont les grands-parents paternels Maurice et Chantal Banyuls, et la grand-mère maternelle Hélène Broussou et son conjoint Jean-Marc Dutoit.

Il va de soi qu’on souhaite au jeune Antoine plein de lumière et plein de succès dans cette vie qui s’offre à lui.

11/04/2013

Reconnaissance aux donneurs de sang

don-du-sang.jpg

Pour la collecte semestriellel , l’amicale des donneurs de sang et l’établissement français du sang ont accueilli à la salle Joan Cayrol 45 volontaires pour donner leur sang ou du plasma, parmi lesquels trois nouveaux donneurs

Si l’amicale espère et attend toujours un peu plus grand nombre de donneurs volontaires, la satisfaction était tout de même de mise. Les collectes sont toujours un peu plus difficiles quand le temps est incertain qu’aux bonnes saisons.

L’établissement français du sang, lui, ne cachait pas sa satisfaction et sa reconnaissance à tous ceux et celles qui s’étaient déplacés pour cet acte de générosité et de solidarité élémentaires, qui ne coûte qu’un peu de temps et la fugace impression d’une infime douleur.

Et puis, comme le disent les amicaliens, les petits ruisseaux font de grandes rivières, et l’exemple des uns entraîne l’adhésion des autres.

06/04/2013

Le rugby des jeunes fait ses finales à la porte de l'Agly

rugby a.png

C’est un événement important qui va se dérouler aujourd'hui samedi  6 avril, tout l’après-midi, au stade de la Porte de l’Agly.

En effet, la commission mixte Languedoc-Roussillon, présidée par Gilbert Graschaire pour le Languedoc, et Ange Corréas pour le Pays catalan, a confié à l’ESC-BAC-ASP l’honneur et le soin d’organiser les finales régionales dans les catégories « cadets » et « juniors », ce qu’on appelle aujourd’hui les U 17 et les U 19. Il y aura donc samedi pas moins de trois finales consécutives sur le pré.

A 14 heures, la finale des cadets « Teulière » (et cette catégorie rend hommage à l’espiranenc Jean Teulière, ancienne gloire du rugby Catalan, ancien maire de la commune et ancien président du comité du Roussillon) sera cent pour cent languedocienne et opposera les équipes de Castelnaudary, les nordistes du comité,  et de Plages d’Orb ( celle-ci regroupant les plages sudistes  du littoral biterrois).

Suivra à 15 heures 30  la finale des juniors « Phliponneau », mixte, puisqu’elle mettra aux prises les « gavatx » d’Olonzac aux catalans de Salanque Côte radieuse.

Enfin l’après-midi finira en apothéose pour le rugby catalan, puisque la finale « Balandrade », à 17 heures, opposera les côtiers de l’Etoile Sportive Catalane aux gens des Aspres de l’US Thuir : un bel affrontement en perspective et l’assurance d’un bouclier pour la jeunesse rugbystique en Catalogne-Nord.

On attend donc  beaucoup de monde venu de part et d’autre du Pas de Salses, samedi, pour cette grande fête du rugby et de la jeunesse, au stade de la Porte de l’Agly, qui est en quelque sorte, tant géographiquement que rugbystiquement, le carrefour de ces deux grandes régions de l’Ovalie que sont le Languedoc et le Pays Catalan.