27/06/2013

L'été, les poubelles se ramassent aussi

camion poubelle x.jpg

Il n’y a pas de répit ni de vacances pour la collecte des déchets, tout au plus un aménagement des horaires.

Donc, du 17 juin au 15 septembre, on passe aux heures d’été pour la collecte des déchets. Ainsi, les ordures ménagères, dans les conteneurs verts, seront ramassées, dans les lotissements, le mardi et le vendredi et dans le centre-ville, le lundi et le vendredi. Pour Montpins, le ramassage aura lieu le lundi et le jeudi, tandis que les écarts seront desservis le mardi.

Pour le conteneur jaune voué au tri sélectif, la collecte se fera le mercredi, sauf pour Montpins où elle aura lieu le jeudi.

Rappelons que les tournées se font le matin, dès l’aube, à partir de 5 heures, jusqu’à midi et qu’il est donc prudent de sortir les conteneurs la veille au soir, pour éviter à la fois oublis et encombrements excessifs de la voirie.

23/06/2013

La Sant Joan d'été au village

feux.png

Bon, ce n’est pas tout à fait l’embrasement du Castillet, mais quand même, le grand feu au milieu du boulodrome de l’Espace Jean Teulière, ça a de l’allure. Donc, comme chaque année, on fête la Saint Jean d’été à Espira, ce dimanche 23 Juin.

Comme d’habitude, les festivités se déroulent sur l’esplanade de l’Espace Jean Teulière, et comme d’habitude ce sont deux des associations les plus dynamiques d’Espira qui se chargent de l’organisation, le Tennis Club d’Espira et la Gym volontaire,  en partenariat rapproché bien sûr avec la commune, ses édiles et ses services.

On commence à se diriger à pas comptés vers le lieu de la fête aux alentours de 19 heures où s’ouvre la buvette, et demi-heure plus tard, on peut se faire servir des saucisses grillées, accompagnée de sangria, à moins que les espiranencs revenus de Madère il y a peu  ne préparent une petite « poncha ».

A 20 heures 30, les enfants des deux associations, mais aussi tous les autres enfants du village qui veulent participer à la fête et y sont instamment conviés, se retrouvent sur l’esplanade tout habillés de blanc pour recevoir les lampions allumés avec la flamme descendue en courant    (les élus ont-ils participé à la course ?) du Canigou, et font un tour de ville avec leurs flambeaux.

La soirée dansante animée avec une harmonie infinie par le groupe «  Epsylon » débutera vers 21 heures, et s’interrompra à la nuit venue, pour l’allumage du brasier de la Saint Jean suivi par le moment tant attendu du feu d’artifice qui illuminera le ciel d’Espira et d’une partie de la vallée de l’Agly.

Puis on dansera, on trinquera, on conversera et on se retrouvera entre amis sur le forum ainsi reconstitué, jusqu’à une heure raisonnable de la nuit, parce que le lendemain, c’est lundi, et que c’est encore raviolis, c'est-à-dire qu’il faut reprendre le chemin du travail et de l’école.

Il y a deux grandes fêtes en Catalogne, la Sant Jordi et la Sant Joan : nul doute que les catalans de naissance ou d’adoption qui peuplent Espira depuis des générations ou sont arrivés seulement depuis quelques jours, tous rassemblés,  sauront célébrer cette dernière!

06/06/2013

Un dimanche de miel

fête miel 2013.JPG

Le temps s’était mis au beau pour accueillir la traditionnelle fête du miel.

Si celle-ci est moins courue que sa grande sœur, la fête de la figue, qui a lieu en automne, les amateurs, peut-être moins assidus que d’habitude,  n’en étaient pas moins là, pour faire leurs emplettes de miel et de quantité d’autres produits du terroir qui accompagnaient le roi de la fête.

L’extraction du miel, probablement un peu tôt en début d’une  matinée de dimanche que beaucoup disent « grasse », a bien sûr créé le spectacle, suivi de la bénédiction du miel nouveau par le père Villemin.

Si les exposants ne paraissaient pas insatisfaits de leur journée, un élan nouveau et peut-être un calendrier plus favorable pourront insuffler un souffle novateur à cette belle fête.

Il est ainsi dommage de ne pas avoir pu davantage profiter de la présence, le matin, de la meilleure romancière roussillonnaise de langue française, qui présentait ses romans bien enracinés dans notre terroir, Hélène Legrais, passée presque inaperçue. Ce sont donc quelques pistes de réflexion que ne manqueront pas de tracer et d’explorer les organisateurs pour donner encore plus de relief à une fête qui fait désormais partie du patrimoine culturel du village.

03/06/2013

Le 8 mai au village

8 mai 2013.JPG

Malgré le long pont de l’Ascension propice à l’escapade, le beau temps enfin installé en Catalogne et la fête du miel qui attirait le monde à l’espace Jean Teulière, c’est un cortège d’une belle cinquantaine de personnes qui s’est rendu au monument aux morts du cimetière pour célébrer la victoire de la France libre et de ses  alliés contre le nazisme, scellée le 8 Mai 1945.

Une gerbe fleurie a été déposée au pied du monument aux morts par deux jeunes filles représentant les écoles du village, entourées du maire Gérard Bile et du président du comité espiranenc du Souvenir français, Joseph Albafouille.

Après une minute de silence respectée par l’assistance recueillie, Joseph Albafouille a chanté a capella le fameux «  Chant des partisans » de Joseph Kessel et Maurice Druon à la gloire de l’armée des ombres qui s’est levée contre l’occupant.

Puis, Monique Dauré, adjointe, a lu le message de Kader Arif, ministre des anciens combattants rendant hommage à la Résistance.

Le cortège est ensuite retourné au cœur du village, pour partager quelques moments de convivialité au Raparou, autour d’un vin d’honneur offert par la commune.

31/05/2013

Cousons, cousettes!

couvent tissons création 2013.JPG

Coudre, découdre, recoudre, c’est toujours travailler : cet adage, les cousettes et décousettes d’Espira  le connaissent bien et le pratiquent tout au long de l’année avec leur enthousiaste modestie légendaire.

Elles œuvrent ainsi en collaboration avec l’association « Tissons la création » pour récupérer des vêtements et des textiles afin de les « déstructurer » pour créer des vêtements  neufs, revendus ensuite à des prix très modiques  pour permettre à chacun de trouver vêture à son goût et selon ses moyens.

Ces deux associations de bonne volonté se sont une fois de plus unies pour travailler avec des jeunes élèves du collège Notre Dame des Anges, le « couvent ». Ils ont élaboré ensemble un projet collectif de formation qui repose sur la création et la présentation de vêtements et se sont ainsi retrouvés au collège pendant un semestre un mercredi après-midi sur deux pour œuvrer à la réalisation de ce projet qui va bientôt voir son aboutissement.

Ces rencontres intergénérationnelles ont pour but de nouer et consolider le lien social entre les générations, mais aussi de tisser – c’est bien le mot qui convient- de nouvelles solidarités, d’y sensibiliser  les élèves et de les éveiller  à la création artistique polymorphe, dans les domaines du vêtement, du décor et même des médias, puisque tout au long de l’année de cette formation un reportage a été réalisé par les élèves sur ses différentes étapes.

Ainsi, cette entreprise au long cours aura permis de réaliser et peindre vêtements et décors qui vont se dévoiler au cours d’un prochain défilé de mode.

En effet, l’association « Tissons la création », son animatrice-créatrice Monique Desplas, les décousettes et les collégiens proposent, le 5 juin 2013, à 15 heures,  dans le cadre spacieux du gymnase du collège, un défilé de mode qui aura lieu à l’occasion du printemps des solidarités initié par le Conseil Général dans tout le département.

Ce sera là une belle occasion à ne pas manquer pour faire d’un pierre plusieurs coups et maints ricochets : aller à la campagne, passer un bel après-midi, se laisser emporter par la magie de la mode, se vêtir avec goût et originalité pour une participation minime, rencontrer des personnes de bonne volonté, participer à une action solidaire, et retrouver son âme d’enfant en retrouvant les lieux chargés de mémoire et de nostalgie du collège de ses jeunes années.

28/05/2013

Savez-vous planter les...

plantations.JPG

Le lien social dans les villages se renforce des rencontres et de la coopération intergénérationnelle. De même, l’apprentissage scolaire trouve un complément nourrissant dans d’autres apprentissages, et celui de l’environnement n’est pas le moindre. C’est ce que pensent et mettent en pratique , à Espira, l’école privée du sacré Cœur et le collège privé de Notre Dame des Anges – le couvent- qui travaillent et agissent en commun avec les chasseurs de la commune et la fédération départementale de la chasse

Depuis trois ans maintenant, sur des terres mises à disposition par des agriculteurs du village, les enfants, conduits par leurs professeurs, Mme Marjorie Lepetit pour la moyenne section de la maternelle du sacré Cœur, et Mmes Bisserie et Noguer, professeurs de la 5ème «  Balzac », de la SEGPA ( section d’enseignement général et professionnel adapté) au  collège, vont semer des graines pour que s’épanouissent toutes sortes de fleurs multicolores. Cette semaison a plusieurs objectifs : il s’agit non seulement de réapprendre les gestes anciens de la terre et de participer à la création, mais aussi de réfléchir en pratique à la gestion des déchets sur notre terre, de faire découvrir les animaux sauvages autour des écoles, de l’abeille à au lapin, en passant par la mésange, la perdrix ou la chouette, de faire revenir les insectes dont se nourrissent les oiseaux comme la perdrix et de recréer par cette semaison les conditions propices au retour des abeilles. Les enfants ont pu aussi appréhender le cycle de la nature, puisque ce sont les quatre saisons qui ont été en quelque sorte visitées avec la diversification des graines semées, du blé au bleuet en passant par le coquelicot.

En outre, l’échange a été fructueux entre grands et petits, puisque il y a eu des séances de travail en classe communes, où les grands du collège ont fait la leçon aux petits de la maternelle.

La directrice du collège, Mme Delormel, et le maire du village, Gérard Bile, dont nul n’ignore sa connaissance du terroir et sa passion pour la chasse, accompagnaient l’opération, en compagnie des chasseurs de la commune, conduits par Roger Sire, leur trésorier, Alain Revol, le garde chasse, et Alain Capdevielle, leur secrétaire., tandis  que toute la logistique et la technique étaient assurées par Olivier Galaup et Benjamin Calmon, agents techniques de la fédération départementale de la chasse, mis gracieusement à la disposition de l’opération.

Et comme la tramontane s’était invitée, les graines ont volé aux quatre coins des champs, semblant ainsi reprendre la devise du plus célèbre des dictionnaires, qui annonce qu’il sème à tout vent.

(PS: Une longue absence de la connexion sur la Toile a privé le village de tout réseau pendant quelques jours; il semblerait que cela soit dû une fois de plus à des malveillances;les services ont fait diligence, mais  cela a tout de même duré et explique ce long tunnel sans articles sur le blog...)

13/05/2013

Contre l'insécurité

espira,espiranencs,gendarmerie,sécurité,insécurité,salle joan cayrol,réunion,commune

L’insécurité est devenue l’un des problèmes majeurs de la société et l’un des soucis cruciaux des citoyens.

Si les grandes villes ont une police municipale qui lutte au quotidien aux côtés de la police nationale contre les méfaits de la délinquance, les petites villes et les villages manquent souvent de moyens pour optimiser ce besoin de sécurité. Cela n’est pas une raison pour ne pas agir. A Espira, un policier municipal, Thomas Tedesco, assure sa tâche avec exemplarité et les employés communaux comme la majorité des élus du conseil municipal s’impliquent par leur présence sur le terrain et au sein du monde associatif.

Cependant, la vigilance reste de mise. C’est pourquoi le maire du village, Gérard Bile, et son conseil municipal, attentifs à tout ce qui peut concourir à la diminution des phénomènes de délinquance, invitent la population à une réunion publique ouverte bien sûr à tous, en présence de la gendarmerie de Rivesaltes, avec qui la commune collabore étroitement.

Cette réunion se tiendra ce lundi 13 mai, à partir de 16 heures, à la salle Joan Cayrol. Elle donnera l’occasion d’écouter et de prendre acte de propositions telle que celle qui pourrait être mise en œuvre immédiatement sous la forme d’un plan « tranquillité vacances », qui consistera à recevoir de manière confidentielle les projets de départ en vacances des résidants pour permettre aux services conjoints de la gendarmerie et de la mairie d’effectuer une surveillance discrète mais pertinente des logements provisoirement inoccupés.

Il est évident qu’au cours de cette réunion, la discussion pourra s’engager librement, et que toutes les questions, demandes et propositions seront écoutées. Il va donc de soi, malgré l’heure qui pourrait peut-être être jugée inopportune pour les citoyens qui travaillent,  qu’il y est espéré et attendu un public nombreux, une participation active et des débats enrichissants