30/03/2013

Les Ass'xurits fêtent Pâques

agneau_pascal_01.jpg

Les Ass’xurits sont « quatre saisons ». Cette fois, le printemps régnant, ils proposent à la population de fêter, en même temps que sa survenue, le retour des cloches pascales de Rome.

Donc, ce dimanche 31 mars, jour de Pâques, sur le coup de midi, les jeunes gens dégourdis du village organisent – et c’est la deuxième fois- le grand méchoui de Pâques à la salle Joan Cayrol. Il sera suivi d’un concours de pétanque géant pour tous et d’une grande course aux œufs en chocolat pour les enfants, dans la grande tradition.

Il y aura aussi une tombola, qui permettra de gagner, signe des temps, une tablette numérique. Il en coûte, puisque tout a un coût, 15 euros par personne. On se dépêche de réserver, parce que la salle Joan Cayrol n ‘est pas extensible et que les places sont limitées, en appelant au 06.09.53.20.75.

18/03/2013

Cérémonies du 19 mars

fnaca.jpg

Plus d’un demi-siècle  après le cessez-le-feu en Algérie,  qui mettait fin aux hostilités, le 19 mars 2013  sera le premier rassemblement officiel, dédié à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d'Algérie et des combats de Tunisie et Maroc.

Pour donner à cette cérémonie plus d’éclat, de gravité et de solennité,  le comité espiranenc de la FNACA,  le maire d’Espira, Gérard Bile, et son conseil municipal invitent la population à participer en masse à la cérémonie du souvenir au village.

Le rendez-vous de tous ceux qui désirent s’unir pour se joindre au cortège est donné à 17h.30, à la  place du docteur Jaupart, afin de se rendre ensemble, à pied, au monument aux morts du cimetière pour un dépôt de gerbe et un temps de recueillement.

On se rassemblera ensuite au Raparou pour un moment de convivialité durant lequel seront honorés des membres du comité local.

Au matin de ce même jour,  les membres du bureau espiranenc de la FNACA se feront un devoir d’être  présents, avec leurs camarades des autres villes et villages, au Mémorial de Port-Vendres à 9h30 précises , puis  à 11 heures au monument aux morts de Perpignan.

Ils savent que leur appel ne sera pas vain.

05/03/2013

A propos de l'Internet

Il en est devenu de l’Internet ( puisque c’est ainsi qu’il faut dire, selon la commission générale de terminologie et de néologie) comme de l’électricité ou de l’automobile : avant son invention, on faisait sans, mais maintenant, c’est devenu indispensable., au point que beaucoup d’actes et de démarches de la vie publique, professionnelle et privée passent désormais par la Grande Toile.

Aux incontestables  avantages que cela procure aux usagers, s’adjoint un inconvénient majeur, celui du risque de la panne ou du dysfonctionnement.

Cela s’est vu récemment au village lorsque quelques vandales anonymes aussi bêtes que méchants n‘ont rien trouvé de mieux que d’incendier le collecteur de France Télécom, privant ainsi de réseau et de connexion une grande partie du village et mettant dans l’embarras un grand nombre de citoyens ayant un besoin quotidien d’utilisation de l’Internet. Les réparations ont été effectuées avec diligence et les usagers ont vite retrouvé connexion, réseau et téléphone.

Mais le mal est endémique : des vols de câbles et des dégradations des réseaux de téléphonie et de l’Internet perturbent encore trop souvent le service et son utilisation optimale, malgré la vigilance pointilleuse de la gendarmerie, le souci permanent  et les incessantes interventions de la municipalité tant auprès des forces de l’ordre que des services  de France Télécom.

Si l’installation prochaine  de la fibre optique enterrée devrait assurer une liaison fiable, sécurisée, de très haute qualité et accessible à tout le village, des retards dans cette installation non imputables à la commune ont conduit la municipalité à compléter  ses diverses actions  pour la continuité de ce service public en déposant une plainte auprès de France Télécom. Par ailleurs, dès qu’un incident lui est connu, la municipalité, qui ne peut en aucun cas en être tenue pour responsable,  intervient  au plus vite auprès de l’opérateur pour que les solutions de continuité soient les plus brèves possible. De ce fait, et malgré les impondérables, les interventions en cas de panne sont quasi-immédiates, et la municipalité remercie en conséquence les services de réparation pour la diligence dans l’intervention par tout temps et à toutes heures. Reste que la gêne existe et qu’on ne peut qu’appeler à la patience tolérante confrontée à cette gêne très temporaire, au civisme respectueux et à la vigilance citoyenne de tous, pour la préservation du bien commun.

02/03/2013

L'apprentissage de la route

prévention routière Alio 11-2012 004.JPG

Notre société, on le sait, a développé une culture du risque et a fait du principe de précaution l’un des éléments constitutifs majeurs de cette culture. Il faut bien dire que si certains dangers anciens ont disparu, des risques nouveaux exigent qu’on s’en prévienne et une éducation est pour cela nécessaire. Les dangers de la route et de la circulation, en particulier,  sont désormais bien appréhendés et la prévention routière mène des campagnes utiles et nécessaires, plus précisément,  au sein des établissements scolaires.

L’école Jean Alio vient d’accueillir une de ces campagnes, qui s’est effectuée en deux temps, d’abord le temps de la théorie et de la leçon à l’intérieur de la classe, puis celui de la pratique dans la cour de la récréation, aménagée spécialement à cet effet.

C’est donc dans les classes de CM 1 de Mmes Castells, Gomez et Sabineu que le maréchal des logis-chef de réserve, Marc Aurelle, accompagné d’André Goizé, conseiller municipal délégué à la sécurité, est venu prodiguer son savoir, son expérience et ses conseils. Les élèves, très attentifs au long de la matinée, ont retenu la leçon, avant de passer l’après-midi, avec peut-être un peu plus d’enthousiasme joyeux , au travaux pratiques sur « le chemin de Tête en l’air », la piste aménagée dans la cour qui reproduisait  un circuit routier avec toutes les embûches et tous les pièges que celui-ci comporte.

Et s’il y a eu encore quelques «  têtes en l’air », la plupart des élèves se sont conduits comme des vieux briscards soucieux à la fois du code de la route, de la priorité et du respect des autres usagers.

Il reste maintenant à mettre cela en pratique en « vrai », dans les trajets quotidiens qui mènent à l’école.

24/02/2013

Le Souvenir français et la FNACA ont uni leurs forces

 

fnaca souvenir.JPG

Et leur appétit…En effet, les deux associations qui se vouent l’une et l’autre au sentiment patriotique et à la mémoire des combattants et des soldats français, ont mis en pratique le célèbre proverbe, «  l’union fait la force », pour convier leurs adhérents respectifs à des retrouvailles autour d’une bonne table, avant de partager, au dessert,  la galette qui prolongeait ainsi  sa saison.

Ils étaient donc nombreux à répondre à l’appel et on relevait avec plaisir de nouveaux – et jeunes – adhérents pour le Souvenir français. La maire, empêché, avait délégué deux de ses adjointes, Monique Dauré et Christiane Monier. Les discours n’étant pas de mise à cette occasion, on est passé de suite aux travaux de table , qui agrémentent  la vie de deux associations dont les tâches ordinaires sont empreintes de plus de solennité et de mélancolie.

Ces moments de convivialité indispensables aident ainsi à maintenir la flamme du souvenir et à oublier, un instant, l’absence douloureuse de ceux et celles que ces deux associations ont vocation d’honorer.

06/02/2013

La galette du Ribat

007.JPG

La fraternité mariste d’Espira a choisi de s’appeler le «  Ribat », un mot berbère qui signifie l’hospitalité, en hommage aux frères maristes partis en mission au nom de la générosité et de l’hospitalité. Justifiant pleinement son nom, elle a accueilli paroissiens et citoyens espiranencs à l’église Sainte Marie, dans le temps d’épiphanie, pour partager avec eux, après la messe,  un moment d’amitié et de convivialité autour des galettes traditionnelles et d’une bolée de cidre.

 Si l’atmosphère extérieure était un peu fraîche, avec le froid descendu dans la plaine du Roussillon, l’ambiance dans l’église, elle, était chaleureuse, et les conversations réchauffaient les cœurs et les esprits.

008.JPG

01/02/2013

Une soirée de voeux

026.JPG

C’est à l’entrée de la salle Joan Cayrol que le maire d’Espira, Gérard Bile accueillait ses invités à la soirée de présentation des vœux aux associations, services et corps constitués. Son épouse, Adeline, était à ses côtés et donnait à chaque arrivant l’agenda de l’année aux couleurs d’Espira, plein de tous ces petits et précieux renseignements pratiques sur le village que l’on aime toujours avoir à portée de la main.

028.JPG

Après le traditionnel quart d’heure (un peu allongé) catalan, le maire , entouré de son conseil municipal, rejoignait la tribune. Il y recevait plusieurs élus des communes voisines ( le maire de Cases de Pène, Théo Martinez, et son adjointe, l’adjoint au maire de Baixas, deux adjointes de Tautavel, un adjoint au maire d’Estagel, et enfin, Jacques Raynaud, maire de Vingrau, représentant Jean-Paul Alduy, président de la communauté d’agglomération PMCA et Jean-Jacques Lopez, maire de Salses et conseiller général ) avant de sacrifier au traditionnel discours de vœux.

029.JPG

Il avait tout d’abord une pensée pour tous les espiranencs dans la souffrance et le deuil et  pour celles et ceux qui nous avaient quittés au cours de l’année. Il évoquait ensuite l’année passée et son lot de difficultés et d’incertitudes dans le monde, mais aussi les rapides changements que l’on devrait connaître dans un proche avenir.

030.JPG

Ces changements, indiquait-il, sont aussi institutionnels et concernent le mode d’élection. Désormais à Espira, on votera pour une liste entière, sans possibilité de panachage et les citoyens devront savoir que rayer un seul nom sur une liste reviendra à annuler de fait toute la liste : une nouvelle habitude à prendre et un rappel qu’il faudra sûrement répéter.

031.JPG

Puis il rappelait les grandes réalisations communales de l’année 2012, avec en figure de proue le magnifique rond-point du cimetière, qui joint efficacité, sécurité et beauté, mais aussi, entre autres, la continuation de la mise en discrétion des réseaux électriques et de télécommunications, l’aménagement de plusieurs petits parkings pour aérer les rues du village et faciliter le stationnent de véhicules de plus en plus nombreux.

035.JPG

Le maire abordait ensuite les projets pour l’année qui commence, dont les plus importants sont  le désenclavement du quartier du Camp d’en Roque, par la création d’une nouvelle rue, l’acquisition d’une grande grange vouée à la démolition pour désenclaver deux impasses et créer ainsi à la fois un espace piétonnier et un nouveau parking, sans oublier bien sûr les voiries rurales et urbaines, l’arrivée prochaine et tant attendue de l’ADSL pour tout le village.

Mais la priorité, ajoutait-il, était donné à l’emploi et à l’économie : la réouverture prochaine de la maison de retraite, rénovée, modernisée et considérablement agrandie,  la consolidation et l’extension de la petite zone industrielle qui va de Mirandes au pic Carbonnell, avec l’arrivée espérée et attendue de nouvelles entreprises à la fois créatrices d’emploi et de richesse et vouées au développement durable sont des axes forts de ce petit « pacte de compétitivité » à l’échelle du village .

Pour ne point alourdir le propos, Gérard Bile confiait à ses hôtes qu’ils trouveraient de plus amples détails dans le bulletin spécial distribué à cette occasion.

Il lui restait donc à présenter ses voeux, sous le triple signe de la confiance, de l’espérance et de la bienveillance.

Jacques Raynaud lui succédait, pour porter à la population les vœux du président Alduy, avant de céder la parole au conseiller général qui présentait ses vœux et évoquait rapidement le changement de mode d’élection des conseillers généraux.

038.JPG

Il était alors temps de récompenser, comme il en est bonne coutume, deux citoyens méritants : en l’occurrence, il s’est agi de deux citoyennes, deux femmes de lettres, comme le soulignait avec humour le maire, les deux factrices, Mmes Auzias et Sanchez, qui distribuent le courrier par vents et marées.

037.JPG

Et ainsi mis en appétit, les invités étaient alors invités à se rapprocher de la table préparée  avec son goût habituel par Lucie Torrès, et à se régaler d’un buffet qui n’était pas somptuaire mais n’en était pas moins somptueux.

042.JPG

041.JPG