23/09/2013

Au caté aussi, c'est la reprise

       

caté.jpg

      Pour les jeunes paroissiens aussi, c’est la rentrée, avec un petit décalage par rapport à la rentrée scolaire.

En effet, on va pouvoir s’inscrire pour le catéchisme le mercredi 25 septembre, entre 9 heures 30 et midi, au presbytère sis rue Ernest Renan, grand philosophe républicain qui, on le sait, ça ne s’invente pas, a écrit une « Vie de Jésus ».

Les séances de catéchèse, quant à elles,  reprendront le mardi 2 octobre, à 17 heures 15, après l’école, au même endroit.

Les catéchistes sont à la disposition de tous, familles et enfants, pour des informations plus précises et se font déjà une joie de retrouver leurs catéchumènes, anciens et nouveaux.

20/09/2013

L'ouverture de la chasse n'est plus ce qu'elle était

chasseurs.jpg

La mairie d’Espira de l’Agly communique :

 par arrêté municipal, sur proposition de l' A.C.C.A.,  et au vu et en raison du retard des vendanges , l' ouverture générale de la chasse est reportée au dimanche 29 septembre 2013.

 

19/09/2013

Oh, les beaux jours!

centre aéré 2013.jpg

On n’y lit pas tout le matin la célèbre pièce de théâtre de Samuel Beckett, mais on s’y cultive et on s’y régale quand même : pour la dixième année consécutive au cours de cet été qui brûle ses derniers feux, les enfants d’Espira ont fréquenté le centre de loisirs communal organisé par «  le trèfle à 4 feuilles » de Jean-Claude Galea.

Cette année, ce sont une soixantaine de jeunes gens qui ont participé aux différentes activités, pour les plus jeunes dans les locaux champêtres du « Trèfle », et pour les plus grands à Espira même.

Du parc aquatique au bowling (les quilles, pour parler français), en passant par le rafting (descente des rapides en gros bateau à fond plat), le « monte aux arbres », le base-ball, le tir à l’arc, la plage et tant d’autres loisirs, les enfants s’en sont donné à cœur joie et ont profité au maximum de la splendeur du temps qui semblait avoir voulu aussi être de la fête.

Au cours du spectacle créé, monté et donné par les enfants à la fin du séjour, le responsable du Trèfle, Jean-Claude Galéa, a insisté une fois encore sur les excellentes relations avec la municipalité d’Espira et a remercié les élus présents au nom de tous les parents pour l’aide journalière de 7 euros par enfant et par jour attribués par la commune.

Et après les danses et les chants, on est passé aux rafraîchissements et on s’est dit au revoir et à l’année prochaine, à la même époque et dans les mêmes endroits.

17/09/2013

Les rebonds de l'ESC-BAC-ASP

rugby.jpg

On l’a déjà dit, c’est la rentrée, en Ovalie comme partout ailleurs. Et après les seniors, ce sont les tout-petits, les « minots » de l’Agly,  qui ont effectué la leur, crampons flambant neuf, et « samaretta » immaculée, au stade Serge Torreilles, à Baixas ce mardi 10 septembre, sur le coup de 6 heures de l’après-midi. Mais que les retardataires ne s’affolent pas, tous les mardis, on retrouvera l’école de rugby au même endroit et à la même heure, et l’ombre bienveillante du grand Serge veillera sur ces jeunes pousses. Donc, tous les enfants qui veulent pratiquer le rugby, ce sport où la main est le prolongement du cerveau, seront accueillis avec joie, attention  et toute la convivialité requise, jointe à la plus grande compétence, par l’équipe de Christophe Avila, le coordinateur charismatique de tout ce petit monde. Et leurs parents ne seront pas en reste, ils seront les bienvenus pour quelque tâche que ce soit.

Mais toute médaille a son revers : cette année, par défaut d’encadrement, la section féminine du club des Avens, pourtant toute auréolée de son titre de championne de France, se mettra en sommeil. Souhaitons que ce sommeil ne dure pas, comme pour la Belle au bois dormant, cent ans, mais une seule et courte petite saison !

Enfin, si le championnat des grands commence (en principe) le dimanche 15 septembre – de nombreux matchs sont déjà reportés, vendanges, champignons, et mutations obligent !-, les jeunes et sémillants dirigeants de l’entente , eux, ne chôment pas et jouent un match permanent autrement plus difficile, la recherche sans cesse renouvelée de nouveaux partenaires du club d’une part, qui apporteraient des réserves d’oxygène appréciées, mais aussi de dirigeants bénévoles pour soulager la tâche de ceux qui s’échinent déjà depuis plusieurs saisons, en dépit de leur jeune âge.

L’appel est lancé, et pour toutes les bonnes volontés, qui veulent aider, cuisiner, désaltérer, entraîner, discuter, soigner, écouter, consoler, faire quelque chose, quoi !, elles dirigent leurs pas vers le « Temple », le vieux et légendaire stade espiranenc de la rue Thiers, le mercredi ou le vendredi à partir de 19 heures 30 : elles pourront y rencontrer des gens d’excellente compagnie, trinquer ensemble, proposer leurs bons services, et refaire le monde, celui du rugby et tout le reste.

16/09/2013

Les dernières notes de l'été

001.JPG

Alors qu’on s’approchait lentement mais sûrement de la fin de cet été, les dernières notes de musique ont fait résonner les grands voûtes de l’église Sainte Marie.

En effet, le jeune et virtuose duo Cord’Eole est revenu proposer un récital aux mélomanes espiranencs et aux amateurs de musique venus d’ici et d’ailleurs, puisque, dans l’assistance, dont on peut encore une fois déplorer qu’elle n’est pas suffi à peupler le grand vaisseau roman, on comptait plusieurs personnes venues des villages voisins.

002.JPG

Les deux jeunes artistes, Fanny Maine à la flute traversière et Nicolas Faure au violoncelle, sont donc revenus, après une première prestation déjà très réussie l’été dernier,  avec un répertoire plus étoffé, pour proposer un concert très abouti, pendant lequel ils ont fait visiter et revisiter les grands auteurs du répertoire, qu’ils ont adaptés à leurs instruments et qu’ils ont interprétés avec un talent et une  ferveur rares qui ont captivé l’auditoire.

C’est ainsi que celui-ci a pu se laisser porter par la musique de Strauss et de Mozart, bien évidement, mais aussi découvrir des compositeurs méconnus, comme Villoldo, Granados, Von Paradis ou encore Halvorsen.

Et c’est sur plusieurs airs de la Carmen de Bizet que s’est achevée cette remarquable prestation, sous les  applaudissements  plusieurs fois bissés d’un public conquis et enthousiaste, qui a déjà donné rendez-vous aux deux jeunes musiciens, pour l’été prochain, dans ce même lieu si propice à l’écoute de ces musiques enchanteresses.

003.JPG

Puis  tout le monde s’est retrouvé à la maison de l’abbaye pour un moment de convivialité autour de quelques rafraîchissements accompagnés de gourmandises.

11/09/2013

Encore une rentrée, une!

002.JPG

Entre lundi 2 septembre et mardi 3, toutes les écoles du village ont rouvert leurs portes. L’école privée du Sacré Cœur a commencé avec un peu d’avance, lundi après-midi, et les école publiques des Lauriers Roses et Jean Alio ont attendu le matin de mardi pour en faire de même, tandis que le collège avait opté comme toujours pour une entrée échelonnée.

espira,espiranencs,rentrée,école du sacré coeur,écoles publiques,école jean alio,école des lauriers roses

C’était donc l’affluence tant rue du 4 septembre que rue André Vergés, ou parents, enfants, grands-parents, cartables, fournitures et équipes éducatives au grand complet se pressaient.

espira,espiranencs,rentrée,école du sacré coeur,écoles publiques,école jean alio,école des lauriers roses

Et ce n’est pas moins de 500 élèves qui ont retrouvé le chemin des écoliers, 200 au sacré Cœur, avec 9 classes et 12 professeurs, presque 200 à Jean Alio pour 8 classes et 8 professeurs, et enfin un peu plus de 100 à la maternelle des Lauriers Roses, avec 4 classes, et une seule petite ombre au tableau, la suppression d’une classe de maternelle.

espira,espiranencs,rentrée,école du sacré coeur,écoles publiques,école jean alio,école des lauriers roses

Mais tous les enfants du village ont pu être accueillis dans les meilleures conditions, et s’il y avait bien encore quelques pleurs et quelques larmes, ils ont vite été ravalés et tout le monde a retrouvé l’entrain des cours de récréation et le studieux des salles de classe.

espira,espiranencs,rentrée,école du sacré coeur,écoles publiques,école jean alio,école des lauriers roses

espira,espiranencs,rentrée,école du sacré coeur,écoles publiques,école jean alio,école des lauriers roses

09/09/2013

Alerte, Rapariens!

Le troisième âge, on le sait, est devenu l’âge de la réalisation, où l’on dispose enfin du temps pour s’adonner sans réserve aux activités, aux passions, aux loisirs et aux rencontres riches de tous les possibles  que le temps du travail ne permet pas toujours. Et les seniors, comme on les appelle souvent, partagent avec d’autres seniors, ceux des équipes sportives, dynamisme, esprit d’équipe, camaraderie, volonté d’entreprendre et envies de voyages.

Le troisième âge espiranenc, le foyer « Al Raparou »,  est dans cette ligne, et, comme pour les rugbymen, l’intersaison est très courte, que voilà déjà revenu le temps des activités et des animations multiples.

Donc, la rentrée des Rapariens s'est faite le mardi 3 septembre avec la reprise des rifles « trisemainiales », et le jeudi 5 septembre pour le retour des « après-midi de la semaine ».

Quant au voyage annuel des Rapariens, qui, cette année, les conduira au Nord-Est de la France, dans les mystérieuses, méconnues et envoûtantes Vosges, une réunion avant le départ s'est tenue toujours le jeudi 5 septembre, à 17 heures 30, au quartier général des Rapariens, le bien nommé « Raparou ».

Ainsi, tous les rendez-vous de début de saison sont donnés, et tout le monde est sur la ligne de départ. Le foyer du troisième âge espiranenc est une association non seulement dynamique, active et joyeuse, mais aussi ouverte, sans limite d’âge ni exclusive,  à tous ceux qui peuvent enfin bénéficier d’une retraite où ils pourront s’adonner en toute tranquillité à ce qui leur plaît de faire, et l’accueil y est convivial, sinon confraternel. Il suffit de laisser vos pas vous porter vers son repaire de la place Edmond Jaupart, se rendre aux réunions ou de rencontrer les membres du bureau qui se feront un plaisir de vous accueillir et de vous compter des leurs. Quant à la cotisation annuelle, elle est symbolique, sinon dérisoire : ça ne vaut donc pas la peine de s’en passer.