15/08/2013

On peut rêver du tour du monde

Sacré Coeur tour du monde.JPG

« Ballade au bout du monde », c’est le titre d’une très célèbre BD de Vicomte et Makio qui a enchanté de nombreux lecteurs de tous âges, et qui a donné à beaucoup l’envie de départ vers des ailleurs fabuleux. Cela aurait pu être le titre de la petit conférence qu’est venu donner, en guise d’adieu à une année scolaire finissante, Julien, un jeune globe-trotteur, condisciple à l’université d’Annabelle, professeur en classe de CM 2 à l’école privée du sacré Cœur.

Devant des enfants captivés, Julien a raconté son périple autour du monde, qu’il avait fait le pari à lui-même de faire avec 25 euros par jour.

Parti de France, il a d’abord joint la Russie, puis la Mongolie par le mythique transsibérien, s’est retrouvé en Chine, a filé vers l’Australie,  est allé voir jouer les All Black en Nouvelle Zélande, a poursuivi en Amérique du Sud, est passé par les « States », est monté jusqu’au Canada avant de retrouver sa bonne vieille France.

Si ce voyage avait pour but de s’affronter à soi-même et de découvrir ses propres ressources il avait aussi un intérêt professionnel, pédagogique et écologique. En effet, Julien pourra ainsi enrichir son CV en gestion, communication et marketing, mais également, il a correspondu régulièrement avec les élèves, par l’échange de cartes postales, et à travers son blog, intitulé astucieusement, «  Le Rodebouc de Julien » : ceux-ci l’ont suivi pas à pas, ont partagé les moments rares d’une riche aventure humaine, ont enrichi leurs connaissances en géographie, se sont familiarisés avec la culture des pays explorés, et ont pu aussi travailler leur anglais, puisque la classe reçoit, comme d’autres classes de l’école, un enseignement bilingue, qui conjugue la langue de Victor Hugo à celle de Shakespeare. Enfin en partenariat avec l’association « Cœur de forêt », des arbres ont été plantés dans chaque contrée traversée, et chaque enfant  a un arbre a son nom, un arbre quelque part dans le monde, et facilement localisable grâce à sa position GPS.

Et, qui sait ? ce périple en appelle peut-être d’autres, et des vocations de nouveaux explorateurs sont  peut-être nées à l’évocation et au récit des aventures du jeune voyageur sans frontières.

14/08/2013

Des enfants dans le vent

Sacré Coeur vent Baco.JPG

Le premier film des Beatles s’intitulait «  quatre garçons dans le vent » : il n’est pas sûr que tous les élèves de la classe de CE2 de l’école privé du Sacré Cœur connaissent les Beatles (l’inexorable passement du temps…), mais ils étaient une grosse vingtaine à prendre le vent et à suivre leur professeur Christine Baco sur les bords de la Méditerranée, à La Franqui pour un séjour consacré à Eole.

Accompagnés par quelques adultes, ils ont appris les rudiments de la vie en société, mais ont aussi et surtout travaillé autour du vent, cet habitant immémorial de la région.

Au savoir théorique et scolaire sur la formation du vent, sa nature, ses chemins, ils ont ajouté des travaux pratiques de toutes sortes. Ils ont ainsi appris à mesurer le vent et sa force, à étudier sa direction, puis ont manipulé d’abord, fabriqué ensuite des dispositifs permettant de monter objets qui se servent du vent, des petits moulins à vent, comme on disait naguère, ou des petites éoliennes comme le veut l’usage aujourd’hui.

Ils ont conclu leurs travaux logiquement par la fabrication individuelle d’un objet éolien pour créer un jardin du vent.

Après trois belles journées ensoleillées et bien ventées, ils ont quitté  les plages de la Franqui pour rejoindre Espira, poussés par une tramontane taquine qui les a plus vite rendus chez eux, la tête pleine de bonnes choses et chargés de souvenirs : ce n’est pas du vent !

12/08/2013

Bientôt, la fête votive

photo_Fete_village1_edited.jpg

Le 15 Août, c’est l’Assomption, et c’est depuis toujours la fête votive au village. Et ce sont trois soirées de festivités qui sont proposées aux espiranencs.

Cela commence le 13 août, avec les Ass’xurits, qui, après leur vide-greniers réussi de fin juillet, remettent ça, avec le concours de la municipalité. Un apéritif est d’abord offert à la population, aux alentours de 19 heures 30. Puis ces jeunes gens servent un repas à la mode wallonne ( mais oui !) avec moules et frites à volonté. Ils ont d’ailleurs trouvé un slogan pour convaincre les indécis à participer : «  ayez la frite, mangez des moules ». Pour les festayres  qui veulent participer à ce repas, on s’inscrit en appelant le 06.79.50.57.94 ou le 06.84.02.11.28. Il en coûte 15 euros, et pour digérer, on écoutera le concert de rock and roll donné par « les Borones », un groupe vivifiant qui fera se déhancher jeunes et moins jeunes.

Le 14 août, c’est la tradition depuis des lustres, ce sont les rugbymen qui s’y collent. On se retrouve d’abord sous les platanes de l’esplanade de l’espace Jean Teulière pour un apéritif offert par la commune, puis on s’assied sous ces mêmes platanes pour un repas catalan concocté par les maîtres queux de l’ESC. Pour cela on s’inscrit auprès des dirigeants du club, et c’est toujours 15 euros.  Et la soirée se continue en rythme avec l’orchestre «  Making of ».

Enfin, le 15 août, le ballon ovale cède la place au ballon rond. En effet, c’est le BECE FC Vallée de l’Agly, le club de foot du village qui se charge de la soirée, avec l’aide de la municipalité.

A parti de 19 heures, le stand de la buvette et de la restauration rapide est ouvert, et à 22 heures, après avoir pris des forces, on dansera  avec la musique de l’orchestre «  Best of ».

Donc, pour continuer la tradition du 15 août au village, retrouver des amis un peu perdus de vue, participer à la vie de la commune et festoyer avec trois des plus dynamiques associations du village ( mais elles le sont toutes, au village !), on se dirige tous, pour ces trois soirées, vers l’épicentre ouvert et accueillant du village, l’espace Jean Teulière, son esplanade et son mail, en marchant, en courant ou en twistant.

photo_Fete_village2_edited.jpg

09/08/2013

Jeunesse à la mode

016.JPG

Juste avant de partir en vacances, le collège a créé l’événement. Certes il n’y avait ni le buzz ni l’effervescence des défilés de mode de la Rive droite ou de la Rive gauche de la Seine, mais sur la Rive droite de l’Agly, au collège Notre Dame des Anges, le « couvent », les élèves, en collaboration avec l’association « Tissons la création », obs. présenté le travail de toute une année en défilant devant les fashionnistas espiranenques pour présenter leurs créations, élaborées en commun avec l’association et les « cousettes » d’Espira.

007.JPG

Le tract et l’émotion ont marqué les premiers pas de ces jeunes mannequins qui se sont vite pris au jeu et ont, comme on dit, assuré.

008.JPG

Et c’est sous les applaudissements bienveillants d’un public conquis que les élèves, qui avaient œuvré sur un thème qui était tout un programme, «  Soyons fous », ont, dans un final aussi joyeux que bon enfant, remercié le public, les professeurs et l'équipe éducative du collège, engagés dans l’exercice, du début au bouquet final, et enfin l’association et Monique Desplas sa créatrice-animatrice.

009.JPG

012.JPG

Et comme on pouvait en plus acheter sur place les créations originales et uniques qui avaient été présentées, le gymnase, après s’être transformé en Grand Palais, est devenu, le temps d’un après-midi une braderie unique où le plaisir de l’achat d’un vêtement sans exemple ni double se conjuguait avec celui d’une action solidaire.

014.JPG

015.JPG

003.JPG

08/08/2013

Bonjour chez vous

011.JPG

C’est une nouvelle convivialité qui peu à peu se construit dans les villages, que ce soit dans les nouveaux quartiers, qu’on appelait naguère les lotissements, ou dans les anciens, au cœur du vieux village et de ses rues historiques.

Et l’été est propice à un rassemblement amical et festif des résidants de ces quartiers, autour d’une grillade de souches et de sarments où cuisent roustes et saucisses,  d’un peu de vin d’ici et d’autres gourmandises et rafraichissements.

Ainsi, le quartier « Duverney », en face   du cimetière, est bien vivant et est habité par une jeunesse joyeuse et ingénieuse.

Et ils étaient une bonne cinquantaine à s’être rassemblés pour ce rendez-vous annuel devenu traditionnel, enfants et parents, et à deviser depuis l’entrée du crépuscule jusqu’à une heure très avancée de la nuit, tant ils avaient de choses à se dire de projets à évoquer, d’histoires à se raconter, de rires à partager.

Deux édiles municipaux s’étaient joints à la fête, Monique Dauré, adjointe au maire, en charge de la culture, et cette fête des voisins se rattache désormais à la culture populaire, et André Goizé, conseiller municipal.

Les deux élus ont su apprécier la convivialité régnante, et ont trinqué – avec toute la modération qu’il se doit- avec leurs hôtes d’un soir à une vie villageoise joyeuse et paisible.

07/08/2013

En route vers le collège

dictionnaires 2013.jpg

Chaque année scolaire va sur sa fin qu’il est déjà temps de penser à la rentrée prochaine, passés les quelques jours de vacance de l’été pour se préparer à nouveau aux rudes mais enrichissantes et exaltantes tâches de la scolarité

Et comme chaque année, donc,  la traditionnelle remise des dictionnaires aux jeunes élèves espiranencs qui vont quitter avec un peu de nostalgie l’école primaire de leur village pour aller découvrir la nouvelle vie de collégien au chef-lieu de canton, ou même pour certains à la capitale des rois de Majorque,  a permis de réunir, à l’école Jean Alio,  l’équipe pédagogique, les parents et les élèves pour cette distribution de cet inappréciable cadeau, qui accompagnera chaque élève tout au long de sa vie scolaire et au-delà.

C’est le maire d’Espira, Gérard Bile qui s’est chargé lui-même de cette distribution, accompagné et aidé dans cette tâche par Monique Dauré et Christiane Monnier, adjointes, et  Philippe Denat, conseiller municipal.

Dans la cour ombragée et accueillante de l’école, le maire  souligna la qualité de l'enseignement dispensé dans l'école, félicita chaleureusement la directrice et les professeurs pour cela et se déclara heureux de la participation des parents à la vie de l'établissement, condition indispensable selon lui au bon équilibre de l'enfant.

Cette année, une nouveauté a marqué la petite cérémonie : le superbe dictionnaire de français, de la marque universelle qui sème à tout vent, très apprécié, était accompagné de son  homologue en anglais qui sera fort utile  pour faire ses premiers pas dans la langue de Shakespeare, voir les films anglo-saxons en VO, ou comprendre les commandements parfois abscons des arbitres anglophones lors des matchs du tournoi des 6 nations.

Un peu plus tard dans la journée, les enfants du village fréquentant l'école privée du Sacré Cœur étaient accompagnés par leur professeur  à l’hôtel de ville  pour recevoir les mêmes cadeaux lors d’une cérémonie similaire, en présence des mêmes élus de la commune, à qui s'était jointe la conseillère municipale Nicole Saubebelle.

Et tout ce petit monde est reparti avec deux précieux viatiques dans sa besace.

04/08/2013

Un duo dans le vent et les cordes

église Sainte Marie a.jpg

Ils étaient venus l’été dernier, ils reviennent cette année, tant le séjour en Catalogne les a comblés et tant l’accueil à Espira, malgré une fois encore un public peu nombreux,  leur fut chaleureux et favorable.

Donc le jeune duo « Cord’Eole », composé de Fanny Mayne et Nicolas Faure, se produiront à l’église Sainte Marie le lundi 5 aout à partir de 21 heures. La première à la flûte traversière, le second au violoncelle, ils interprètent avec fougue et ferveur des pièces d’Halvorsen, de Bizet, de Granados, de Villoldo, de Von Paradis, qui en donnera peut-être un avant-goût, de Johan Strauss, aussi, et enfin du divin Wolfgang Amadeus.

L’entrée est libre et gratuite, ces jeunes gens talentueux ne monnayant pas leur talent : on pourra glisser, à l’issue du concert, une participation de son choix dans la discrète panière réservée à cet effet.

Donc, on avise les mélomanes ou tout simplement ceux qui apprécient  la bonne et grande musique : il n’ya pas que les sublimes abbayes du Conflent ou de la vallée de la Têt qui peuvent accueillir la musique sacrée ou profane, on peut l’entendre et se laisser enchanter au bord de l’Agly, dans son  village, à l’intérieur du non moins sublime vaisseau roman, l’église Sainte Marie qui règne au cœur du village.