09/08/2013

Jeunesse à la mode

016.JPG

Juste avant de partir en vacances, le collège a créé l’événement. Certes il n’y avait ni le buzz ni l’effervescence des défilés de mode de la Rive droite ou de la Rive gauche de la Seine, mais sur la Rive droite de l’Agly, au collège Notre Dame des Anges, le « couvent », les élèves, en collaboration avec l’association « Tissons la création », obs. présenté le travail de toute une année en défilant devant les fashionnistas espiranenques pour présenter leurs créations, élaborées en commun avec l’association et les « cousettes » d’Espira.

007.JPG

Le tract et l’émotion ont marqué les premiers pas de ces jeunes mannequins qui se sont vite pris au jeu et ont, comme on dit, assuré.

008.JPG

Et c’est sous les applaudissements bienveillants d’un public conquis que les élèves, qui avaient œuvré sur un thème qui était tout un programme, «  Soyons fous », ont, dans un final aussi joyeux que bon enfant, remercié le public, les professeurs et l'équipe éducative du collège, engagés dans l’exercice, du début au bouquet final, et enfin l’association et Monique Desplas sa créatrice-animatrice.

009.JPG

012.JPG

Et comme on pouvait en plus acheter sur place les créations originales et uniques qui avaient été présentées, le gymnase, après s’être transformé en Grand Palais, est devenu, le temps d’un après-midi une braderie unique où le plaisir de l’achat d’un vêtement sans exemple ni double se conjuguait avec celui d’une action solidaire.

014.JPG

015.JPG

003.JPG

20/06/2013

Le Petit Prince transforme l'essai

010.JPG

Tous les aficionados du rugby espiranenc connaissent Alban Ochando, notre « petit prince », comme l’ont surnommé affectueusement ses camarades d’Ovalie. Ses crochets déroutants, sa vitesse et sa vista ont mis dans le vent plusieurs défenses qui lui ont souvent vu le dessous des crampons quand il filait à l’essai, tant à quinze qu’à treize. Et il n’a jamais abandonné son cher rugby, puisqu’il a continué à éduquer et à entraîner quand les jambes se sont faites un peu plus lourdes et que l’âge des cadrages-débord était révolu.

012.JPG

Et Alban a plus d’une corde à son arc.  Après s’être courageusement lancé dans la création d’une entreprise il y a déjà douze ans, d’abord comme électricien industriel, il s’est vite orienté vers  la maintenance, la réparation et même la fabrication dans le domaine viti-vinicole et a étendu son champ de compétence, puisqu’il travaille maintenant aussi, entre autres, pour les services d’incendie du conseil général.

013.JPG

Alban s’est petit à petit agrandi, a embauché, et il a d’abord cherché à s’entourer d’amis et d’espiranencs : ainsi, sur 8 employés, 5 sont du village.

L’entreprise grandissant, Alban transforme l’essai : il a dû quitté ses locaux de la route de Bayonne devenus trop exigus pour rejoindre l’espace « Entreprises Méditerranée » et aménager  dans de grands, spacieux et fonctionnels locaux flambant neufs, où il a récemment reçu tous ses partenaires et amis pour une inauguration bon enfant à l’image du bonhomme.

Après le mot de la présidente du conseil général, Alban a pris brièvement la parole pour lire – il l’a bien précisé- un bref discours. Dans ses remerciements, il n’a oublié personne, ses parents, ses amis, le conseil général, les communes de Rivesaltes et d’Espira. Mais il a eu un mot particulier chargé d’humour et d’émotion, pour son club de toujours, l’ESC-BAC-ASP et pour le rugby, à qui il a dit devoir beaucoup. Et il finit sur un appel malicieux aux entrepreneurs présents pour aider son club à mieux vivre.

015.JPG

Et l’inauguration, une fois le ruban coupé, s’est continuée autour d’une bonne table où l’on pouvait trouver les produits de la terre et de la vigne, sans ou avec bulles,  apportés dans la grande halle par les amis d’Alban investis eux-mêmes dans  cette activité vigneronne si enracinée dans ce terroir, malgré la déprise continue. Ce jour-là, le travail a pu attendre.

inauguration Ochando 3-13.JPG

09/05/2013

A l'école, on vide les greniers

vide-greniers.jpg

Pour apporter aide et soutien aux activités pédagogiques et péri-éducatives des élèves, l’association des parents d’élèves de l’école  privée du Sacré Cœur propose, dimanche 13 mai, un grand vide-greniers sur le mail et l’esplanade de l’espace Jean Teulière.

C’est toute la journée, dès potron-minet, à 6 heures, jusqu’à la fin de l’après-midi, à 17 heures. Et on peut séjourner sur le site, puisque buvette et restauration sont assurées sur place par l’équipe organisatrice.

On appelle, pour réserver un emplacement, le 06.17.66.00.30, on fouille caves et greniers à la recherche de la perle rare ou du trésor caché, on prépare un peu de monnaie et on affûte son argumentaire pour les incontournables marchandages.

01/01/2013

Voeux

 

merge_alto.jpg

Quand la coutume est bonne, il est aussi bon de s’y adonner. Donc, meilleurs vœux pour l'an qui entre à tous les visiteurs et toutes les visiteuses de cette "toile de rondins", d'Espira et de partout ailleurs, à tous les espiranencs d’ici et d’autres parts, aux catalans, aux basques, aux comanches et aux arapahos, aux citoyens et citoyennes du monde, et à tous les lecteurs fidèles et assidus de la presse quotidienne régionale, viatique indispensable de chaque petit matin !

Bon vent aussi à cette presse, et à notre journal L’Indépendant : on ne sait pas s’il est le meilleur journal du monde, mais son titre, depuis sa naissance, est l’emblème de la presse libre, et donc le titre le plus juste pour un journal …indépendant… !

Alors, un peu de joie, bon pied, bon œil, à la fortune du pot, olladas, cargolades et aplecs, et en avant, « sempre », pour de nouvelles et fructueuses aventures collectives !

14/10/2012

Belle fête malgré le temps

013.JPG

Ils ont craint le pire, les organisateurs de la fête de la figue, le matin, quand les exposants ont commencé à s’installer : le ciel était bas et un crachin persistant tombait sur le mail et l’esplanade de l’espace Jean Teulière.

Qu’à cela ne tienne, peu à peu, les stands ont ouverts,  le monde a commencé à arriver, les nuages se sot retirés et les organisateurs ont commencé à respirer. Bien sûr, les professionnels de la figue et des figuiers – avec les espiranencs du Pilou, la famille Fabre, en figure de proue-  étaient les rois de la fête, mais ils étaient accompagnés de nombreux exposants de produits du terroir, du hors d’œuvre au dessert, en passant par les charcuteries ( on remarquait ainsi de la charcuterie de buffle venue de Catalogne-Sud, avec une enseigne  au nom évocateur, «  la bufala de l’Emporda ») les jus de fruits, les vins, les liqueurs et le café.

006.JPG

Cela faisait donc une quarantaine d’exposants et on pouvait faire son marché sur place. Les chalands pouvaient aussi s’arrêter devant les créations des artisans locaux et admirer leur originalité et leur inventivité , comme par exemple les créations de l’espiranenque Danielle Piret, et sa petite entreprise «  De filles en aiguilles », qui, comme l’indique son nom, propose des créations en tissu à l’usage des jeunes ( et moins jeunes) filles.

007.JPG

Parmi les curiosités, on s’attardait devant un producteur de cucurbitacées de toutes sortes, de toutes formes et de toutes couleurs, qui présentait des spécimens rares de plusieurs kilos.

022.JPG

023.JPG

Plus la journée avançait, plus la pluie laissait la place au beau temps qui amenait avec lui les visiteurs, de plus en plus nombreux.

010.JPG

Et la place était pleine l’après-midi, pour le clou musical de la fête, avec le concert du duo des Alchemist qui à leur habitude ont ravi et enflammé la foule.

019.JPG

Les rugbymen de l’ESC-BAC-ASP qui assuraient la restauration, même s’ils n’ont pas pu servir en plein air sous les platanes, se sont acquittés avec professionnalisme de leur tâche comme à l’accoutumé et ont servi escargots catalans ou poulets basques aux convives à l’intérieur de la salle Joan Cayrol qui s’est avérée alors un peu petite pour l’occasion.

Et la fin de la journée  vu le moment attendu, la délibération du concours de la meilleure confiture de figues, qui a vu un trio d’espiranenques occuper le podium, ave Thérèse Revol en première place, entourée de ses dauphines Nadine Trafi et  Sylvie Gavilan.

En fin de journée, il restait encore beaucoup de visiteurs et d’acheteurs, alors que les exposant commençaient déjà à défaire leurs étals.

Et les organisateurs pouvaient enfin remiser leur inquiétude au placard et penser déjà à l’année prochaine.

29/08/2012

Une histoire finit, une autre commence

coopé.jpg

Au delà des grands travaux qui ont occupé, au village, ce premier semestre 2012, un chantier particulier, symbolique , lourd d’histoire, de souvenirs, de déceptions et d’espérances, vient de s’ouvrir. Il s’agit des travaux annoncés à l’ancienne cave coopérative.

Celle-ci, comme beaucoup de ses sœurs, n’a pas pu, malgré la vaillance de tous, résister à la grave crise viticole qui a frappé de plein fouet le Sud, et en particulier la plaine du Roussillon. Et même si toutes les solutions et toutes les décisions étaient douloureuses et signifiaient inéluctablement la fin d’une histoire, la fin d’une époque, et même  la fin d’un mode de vie et d’être, il a fallu s’y résoudre.

Donc, le programme immobilier de l’ancienne cave coopérative,  sur la route de Bayonne,  est en phase de réalisation, puisque les  premiers coups de pioches pour entamer  la démolition viennent d’être donnés. Ainsi, à l’issue de ces grands travaux, il y aura 67 appartements qui   seront  répartis sur quatre ensembles au milieu d’espaces verts, en retrait de la route de Bayonne,  et l’accès au quartier arrière se fera uniquement par voie piétonne, pour un triple souci de sécurité, de tranquillité et d’esthétique.

Alors, au-delà de la nostalgie prégnante, et sans oublier le fort et durable  traumatisme qu’a constitué la fermeture définitive de la cave coopérative pour de nombreuses familles anciennes du village dont la vie et l’histoire se construisaient, naguère, autour de la vigne et du vin, un nouveau quartier résidentiel harmonieux, conçu selon les nouveaux principes du développement durable, accueillera de nouveaux citoyens désireux de goûter à la joie simple de la vie du village : c’est la société d’HLM Roussillon Habitat qui s’occupera de cette opération tandis que  les inscriptions pour la demande d’attribution de logements sont déjà reçues en mairie.

            Quand les gravats auront laissé la place, que ce nouvel ensemble résidentiel   sera sorti de terre, et que les logements seront habités, la vie reviendra alors dans ce quartier de la gare renaissant, autour du petit train rouge qui est le trait d’union de toute cette si belle vallée de l’Agly.

( en photo, une image qui est désormais un souvenir: le caveau de la coopérative...)

09/07/2012

Un maître de la cuisine française dans les vergers espiranencs

Cyril Lignac au milieu de la famille Banyuls.jpg.jpg

La saison des abricots bat son plein et Espira est l’une des places-fortes, en particulier pour ce qui est du fameux «  rouge du Roussillon ».

Et sa réputation a franchi les portes de l’univers médiatique. En effet, le très médiatique chef cuisinier Cyril Lignac, arrivé en terre catalane pour découvrir les goûts et les saveurs de notre terroir, et y préparer une émission télévisuelle destinée à être diffusée sur une grande chaîne est venu visiter les vergers de Guy-François Banyuls, goûter les abricots et se documenter sur sa culture, les multiples variétés élevées sur la propriété, la pratique culturale, et enfin ne s’est pas privé de déguster les fruits, les confitures et les jus de fruits élaborés par Roberte, la maîtresse des lieux. Il s’est bien sûr régalé et en est reparti enchanté.

Son enthousiasme et son savoir-faire communicatif en ont apporté , donc, l’illustration à a télévision : il suffisait alors de surveiller la grille des programmes pour ne pas manquer ce moment.

( en photo, Cyril Lignac, entouré par la famille Banyuls)