11/09/2013

Encore une rentrée, une!

002.JPG

Entre lundi 2 septembre et mardi 3, toutes les écoles du village ont rouvert leurs portes. L’école privée du Sacré Cœur a commencé avec un peu d’avance, lundi après-midi, et les école publiques des Lauriers Roses et Jean Alio ont attendu le matin de mardi pour en faire de même, tandis que le collège avait opté comme toujours pour une entrée échelonnée.

espira,espiranencs,rentrée,école du sacré coeur,écoles publiques,école jean alio,école des lauriers roses

C’était donc l’affluence tant rue du 4 septembre que rue André Vergés, ou parents, enfants, grands-parents, cartables, fournitures et équipes éducatives au grand complet se pressaient.

espira,espiranencs,rentrée,école du sacré coeur,écoles publiques,école jean alio,école des lauriers roses

Et ce n’est pas moins de 500 élèves qui ont retrouvé le chemin des écoliers, 200 au sacré Cœur, avec 9 classes et 12 professeurs, presque 200 à Jean Alio pour 8 classes et 8 professeurs, et enfin un peu plus de 100 à la maternelle des Lauriers Roses, avec 4 classes, et une seule petite ombre au tableau, la suppression d’une classe de maternelle.

espira,espiranencs,rentrée,école du sacré coeur,écoles publiques,école jean alio,école des lauriers roses

Mais tous les enfants du village ont pu être accueillis dans les meilleures conditions, et s’il y avait bien encore quelques pleurs et quelques larmes, ils ont vite été ravalés et tout le monde a retrouvé l’entrain des cours de récréation et le studieux des salles de classe.

espira,espiranencs,rentrée,école du sacré coeur,écoles publiques,école jean alio,école des lauriers roses

espira,espiranencs,rentrée,école du sacré coeur,écoles publiques,école jean alio,école des lauriers roses

09/09/2013

Alerte, Rapariens!

Le troisième âge, on le sait, est devenu l’âge de la réalisation, où l’on dispose enfin du temps pour s’adonner sans réserve aux activités, aux passions, aux loisirs et aux rencontres riches de tous les possibles  que le temps du travail ne permet pas toujours. Et les seniors, comme on les appelle souvent, partagent avec d’autres seniors, ceux des équipes sportives, dynamisme, esprit d’équipe, camaraderie, volonté d’entreprendre et envies de voyages.

Le troisième âge espiranenc, le foyer « Al Raparou »,  est dans cette ligne, et, comme pour les rugbymen, l’intersaison est très courte, que voilà déjà revenu le temps des activités et des animations multiples.

Donc, la rentrée des Rapariens s'est faite le mardi 3 septembre avec la reprise des rifles « trisemainiales », et le jeudi 5 septembre pour le retour des « après-midi de la semaine ».

Quant au voyage annuel des Rapariens, qui, cette année, les conduira au Nord-Est de la France, dans les mystérieuses, méconnues et envoûtantes Vosges, une réunion avant le départ s'est tenue toujours le jeudi 5 septembre, à 17 heures 30, au quartier général des Rapariens, le bien nommé « Raparou ».

Ainsi, tous les rendez-vous de début de saison sont donnés, et tout le monde est sur la ligne de départ. Le foyer du troisième âge espiranenc est une association non seulement dynamique, active et joyeuse, mais aussi ouverte, sans limite d’âge ni exclusive,  à tous ceux qui peuvent enfin bénéficier d’une retraite où ils pourront s’adonner en toute tranquillité à ce qui leur plaît de faire, et l’accueil y est convivial, sinon confraternel. Il suffit de laisser vos pas vous porter vers son repaire de la place Edmond Jaupart, se rendre aux réunions ou de rencontrer les membres du bureau qui se feront un plaisir de vous accueillir et de vous compter des leurs. Quant à la cotisation annuelle, elle est symbolique, sinon dérisoire : ça ne vaut donc pas la peine de s’en passer.

05/09/2013

Bon appétit, belotaris!

belote 7-2013 003.JPG

On peut adorer la belote, passer des nuits à taper le carton, mais aussi ressentir le besoin de la pause estivale et avoir le goût de petits « rapachous » entre amis. C’est ce que les belotaris d’Espira, qui se donnent rendez-vous tous les premiers mercredis du mois au Raparou pour partager leur passion commune de l’atout et du dix de der, pensent et pratiquent.

Ils viennent donc de se rassembler un soir de cet été  sous les arbres du Raparou, le bien nommé, pour clôturer la saison passée et déjà penser à la saison à venir, en partageant le pain et le sel lors d’une grillade sans apprêt ni cérémonie.

Entre roustes et saucisses, Ils se sont d’ores et déjà donné rendez-vous pour l’ouverture des tapis dès l’automne qui vient, et appellent tous les amateurs de belote à les rejoindre, sans distinction d’âge, de genre ou de goût. Ici l’essentiel, c’est de jouer dans la bonne humeur pour le plaisir du jeu et de la rencontre, en agrémentant le jeu de quelques sustentations apportées par les joueurs et joueuses eux-mêmes.

04/09/2013

L'ovalie entre deux rebonds

AG rugby 099 (4).jpg

L’ESC-BAC-ASP, l’entente des Avens, qui va allègrement et sereinement vers ses cinquante ans sans coup férir, a profité de la trêve estivale pour tenir son assemblée générale, à la maison du rugby blottie au cœur du « temple », le vieux stade légendaire du village.

En présence de nombreux élus des trois communes de l’entente, et d’Ange Correas, secrétaire général adjoint du comité du pays catalan, venu en voisin, les discours ont été succincts et précis, et on le sait, il en est des discours comme des plaisanteries, les plus courts sont souvent les meilleurs. Le bilan de l’année passée est plus que positif, pour ce qui est du sportif, puisqu’il s’auréole d’un titre territorial avec les seniors, champions du pays catalan en promotion d’honneur, et d’un titre de champion de France avec les filles de moins de 18 ans, en rugby à XII, au sein du rassemblement regroupant plusieurs jeunes rugbywomen de clubs amis.

Comme d’habitude, le grand moment de la soirée a été la présentation du rapport financier par l’indestructible trésorier André Vidal, rapport qui a emporté l’adhésion de tous et a été voté à l’unanimité. On a aussi fête les deux récents médaillés du comité, lors de l’assemblée général de celui-ci, au printemps dernier, le serviteur historique du club, Jean-François Batllo, sur qui l’âge n’a pas de prise, et le jeune et fringant président Luc Bousquet, qui jouait naguère, et qui succède dans l’exercice, selon un modus vivendi lui aussi historique, à Lionel Capa, puisque cette année c’est au tour de Baixas d’assurer la présidence exécutive après Espira la saison passée.

Quelques projets ont été évoqués, en particulier le devenir des sections de jeunes, masculines et féminines, et le championnat territorial senior. Il sera temps d’y revenir ultérieurement.

Et comme d’habitude, l’assemblée s’est continuée par un petit raout convivial organisée par les dirigeants, avec, bien sûr et comme toujours, José en chef de rang, sur le parvis de la maison du rugby, à l’ombre des cyprès, dans la fraicheur arrivée du crépuscule.

Et on s’est donné un proche rendez-vous pour la reprise, si tant est que la saison se fût arrêtée, puisque, on le sait, les intersaisons

03/09/2013

Conférence au Moulin

 

moulin soins coordonnés.JPG

Une maison de retraite, ce n’est pas seulement une résidence où les personnes âgées peuvent venir passer leur retraite en toute tranquillité et en toute sécurité, entourées d’un personnel attentif et accompagné par des professionnels aussi compétents que soucieux du bien-être des résidents.

C’est aussi un lieu où l’on peut faire retraite, pour se réunir, se recueillir, réfléchir ensemble et évoquer puis élaborer des projets, dans les domaines de la santé, de la dépendance, du troisième ou du quatrième âge.

C’est ce qu’a pensé William Delepine, directeur de la maison de retraite Orpea du Moulin, récemment inaugurée. Il a fait appel à de nombreux professionnels de la santé des Pyrénées-Orientales , médecins, biologistes, pharmaciens, infirmiers, sages-femmes entre autres, pour une soirée laborieuse dont le thème majeur était les soins coordonnés. Une association rassemblant les professionnels de la santé a été ainsi créée pour développer cette nouvelle façon de soigner et d’œuvrer sur le territoire au service de tous les patients, avec le plus de disponibilité, d’attention  et d’efficacité possible : il s’agit surtout d’œuvrer à l’évolution des relations entres les professionnels de la santé qui travaillent parfois isolés,  de permettre la coordination et des équipes sanitaires dans l’exercice quotidien de leur métier, et ainsi lutter contre la désertification médicale qui est sensible dans certaines zones du département et établir ainsi un maillage médical et paramédical renforçant le service et la sécurité sanitaires. La réunion a été présidée par Cees Dek, délégué régional de l’association «  soins coordonnés » et d’Annick Cambonie, chef de projet à l’association.

Les présents à la réunion ont pu alors exprimer leur souci et raconter leur vécu, écouter le récit d’expériences dans ce domaine des soins coordonnées, réfléchir et commencer de travailler sur le montage et le développement de projets afférents et la diffusion de l’information, non seulement auprès de leurs collègues, mais aussi du grand public et des responsables médiatiques et politiques. Le souci principal est aussi simple que vital : que tous les patients, où qu’ils soient, et quels qu’ils soient, puissent être continué à être soigné, de la façon la plus professionnelle, la plus efficiente possible et la plus respectueuse de la personne. Ce fut une vraie conférence, au sens que Montaigne a donné au mot, une réunion où chacun a pu écouter et a pu s’exprimer, pour avancer ensemble dans la connaissance et l’action.

Le directeur du Moulin, William Delepine, présent du début ( et avant) à la fin ( et au-delà) veillait à tout, attentif à tous, et a offert aux conférenciers, pour les sustenter et leur donner des forces un convivial et substantiel en-cas, moment privilégié où les conversations  se sont poursuivies à bâtons rompus, sur un mode plus libre, plus disert  et plus divers, dans le cadre magnifique du Moulin, où les grands arbres, attentifs et silencieux témoignent de la permanence de la beauté des lieux et de leur sérénité.


02/09/2013

On enterre bien les conteneurs

conteneurs.JPG

La nécessité multiple de maintenir la qualité de l'environnement, de favoriser un meilleur tri des déchets en vue de la valorisation, mais également  de faire des économies de ramassage a amené les collectivités à mettre en place, pour collecter les déchets,  des colonnes enterrées pour remplacer les bacs individuels.

Rien que dans le périmètre de la communauté d’agglomération PMCA, ce sont plusieurs centaines de conteneurs qui sont à présent en service.

A Espira, à titre de première expérience, le quartier du Clot d'en Cante, à l’Est du village,  vient d'être pourvu de cet équipement. Celui-ci, sous la frome de trois colonnes enterrées, a été   installé en limite du parking du cimetière, afin de créer le moins de nuisances et de désagréments aux riverains, en particulier pour ce qui est du bruit afférent au dépôt des ordures.

Ces trois colonnes désormais installées recevront respectivement les déchets recyclables (couvercle jaune), les déchets ménagers (couvercle noir) et les verres (couvercle vert).

Une colonne extérieure réservée aux textiles et autres matières vestimentaires, complète ainsi cet ensemble de conteneurs voués à la  collecte des déchets.

Ce dispositif, mis en place,  entrera en service le mercredi 14 Août prochain.

Ensuite, comme le développement durable est une entreprise de longue haleine et sans solution de continuité, à cette première expérience – pilote, au village- s'ajouteront celles i des futurs lotissements, à la Fabrique, sur le chemin d’Estagel, et à l’ancienne  Cave Coopérative, et aux Jardins d'Anna, à la route de Bayonne.

Ainsi, petit à petit, une politique volontariste de ramassage et de recyclage des déchets prend en considération le meilleur bien-être des citoyens, la propreté des voies, et l’esthétique du village.

01/09/2013

Un challenge disputé

005.JPG

Le Tennis-club d’Espira, avant la pause du mois d’Août, a la bonne coutume d’organiser, en été, le challenge « Lebeau », en honneur du président-fondateur décédé, Michel Lebeau.

Et cette année n’a pas dérogé à l’habitude. C’est sous un soleil de plomb que se sont déroulées les rencontres du challenge, sous le regard attentif des dirigeants du club, de quelques parents et amis, et des enfants qui occupaient les courts comme grand terrain de jeux dès qu’il y avait une interruption entre deux matchs.

Et la grande finale a opposé deux jeunes joueurs aussi émérites que souriants et enthousiastes, le sémillant président Fred Gallego et son ami- et pour l’occasion adversaire-  Vincent Beaune. Et c’est Fred qui l’a emporté, sans y voir là la moindre déférence par son adversaire du jour à son statut de président.

C’est dans la bonne humeur générale, sous les rires et les embrassades que s’est terminé ce convivial et respectueux tournoi, avant de passer aux choses «  sérieuses », l’apéritif et la grillade qui a suivi, même si le feu, toute la journée avait été sur les courts et qu’un peu de fraicheur vespérale a été accueillie avec ravissement par toute la confrérie du tennis espiranenc.