01/09/2013

Un challenge disputé

005.JPG

Le Tennis-club d’Espira, avant la pause du mois d’Août, a la bonne coutume d’organiser, en été, le challenge « Lebeau », en honneur du président-fondateur décédé, Michel Lebeau.

Et cette année n’a pas dérogé à l’habitude. C’est sous un soleil de plomb que se sont déroulées les rencontres du challenge, sous le regard attentif des dirigeants du club, de quelques parents et amis, et des enfants qui occupaient les courts comme grand terrain de jeux dès qu’il y avait une interruption entre deux matchs.

Et la grande finale a opposé deux jeunes joueurs aussi émérites que souriants et enthousiastes, le sémillant président Fred Gallego et son ami- et pour l’occasion adversaire-  Vincent Beaune. Et c’est Fred qui l’a emporté, sans y voir là la moindre déférence par son adversaire du jour à son statut de président.

C’est dans la bonne humeur générale, sous les rires et les embrassades que s’est terminé ce convivial et respectueux tournoi, avant de passer aux choses «  sérieuses », l’apéritif et la grillade qui a suivi, même si le feu, toute la journée avait été sur les courts et qu’un peu de fraicheur vespérale a été accueillie avec ravissement par toute la confrérie du tennis espiranenc.

19/07/2013

Les Rapariens toujours prêts

004.JPG

Ils ont répondu nombreux à l’appel du 18 juin ! Sur l’amicale injonction de « Présidente Pilar », les militants du Foyer du troisième âge «  Al Raparou » ont couru à toutes jambes à la salle Joan Cayrol pour les agapes de fin de saison, qui servent d’AG,  régler leur cotisation, trinquer avec les copains et les copines, accueillir en chansons M. le maire et ses conseillers, puis esquisser quelques pas de danse, éclectiques bien sûr, du quadrille au rock and roll en passant par le tango et le madison.

001.JPG

Après un bel après-midi de convivialité, les Rapariens, plus dynamiques que jamais, se sont donné rendez-vous pour la rentrée où les attend un programme copieux et alléchant, des petits lotos entre amis aux excursions plus ou moins lointaines et plus ou moins aventureuses.

002.JPG

03/07/2013

La mémoire de la bibliothèque

Une bibliothèque, c’est la mémoire et l’âme d’un peuple, et chaque village, à sa façon, avec ses moyens, en construit et en abrite une dans ses murs.

biblio thèque mme blanqué.JPG

La bibliothèque communale d’Espira vient de fêter ses 35 ans, et c’est déjà un bel âge. Elle a été créée par Thérèse Blanqué, conseillère municipale à l’époque, et institutrice.. Elle a traversé les années, s’est enrichie d’ouvrages divers et variés où la BD trouve une bonne place, et a trouvé un joli refuge clair, spacieux et accueillant dans le patio de l’hôtel de ville.

Nourrie de prêts de la bibliothèque départementale, de dons faits par les espiranencs, d’achats effectués grâce à une subvention communale, elle connaît une bonne fréquentation et est désormais animée par quatre bibliothécaires bénévoles. En effet à Thérèse Blanqué, se sont adjointes au fil des ans, Colette Nicoletta, Josie Navarro et Caroline Delerm.

Et comme 35 ans, c’est quand même un bail, la fête a été célébrée avec solennité dans la salle Joan Cayrol, où été honorée Thérèse Blanqué pour ses 35 ans au service de la commune, des livres, des lecteurs et lectrices et des citoyens.

Au discours élogieux du maire, a succédé un hommage prononcé par l’amie et collaboratrice Josie Navarro, avant les bouquets et les cadeaux. Thérèse, très émue, a  remercié l’assistance et les fidèles habitués de la bibliothèque. On souhaite simplement que celle-ci vive encore au moins 35 ans de plus et qu’elle s’enrichisse de nombreux ouvrages : la culture est une porte ouverte sur l’avenir et la lecture le plus libre et le plus exaltant des voyages. L’appel est lancé : venez nombreux à la maison des livres, et offrez  ceux que vous avez déjà lus pour qu’ils soient lus par le plus grand nombre et qu’ils vivent ainsi plus longuement.

30/06/2013

La retraite en pédalant

retraite christine glories 3-13.JPG

Un départ à la retraite, c’est toujours un événement, un bouleversement et un moment mélangé de joie, d’émotion et de nostalgie.

C’est tous ces sentiments mêlés qui ont traversé le petit monde de l’école privée du Sacré Cœur lors du départ de Christine Glories, assistante maternelle, après, comme on dit, une trentaine d’années de bons et loyaux services.

L’école avait réuni les collègues d’hier et d’aujourd’hui, en présence de Mme Ponsa, présidente de l’OGEC,  pour fêter Christine, lui dire « au revoir » et lui souhaiter une longue et paisible retraite. La chorale éphémère du Sacré Cœur, sous la houlette de la maîtresse de chœur Claudine, lui a interprété un répertoire malicieusement détourné, où l’on retrouvé des airs connus, comme «  Il est libre, Max ! » ou «  La poulette ce matin », mêlés à des créations originelles, comme «  Elle est chouette, Christine » et «  A l’école du Sacré Cœur ».

Le temps des chansons passé, est venu celui des cadeaux, dont le plus beau était sans conteste un superbe vélo. Christine a pris alors la parole pour dire qu’elle état ravie de partir, qu’elle n’éprouvait aucunement le blues du départ, et que l’entrée dans la retraite était en quelque sorte le commencement d’une nouvelle vie où farniente, balades, voyages et surtout petits-enfants auraient désormais une place prééminente.

Et c’est autour d’un solide buffet offert par l’impétrante que la petite cérémonie collégiale et amicale s’est poursuivie dans les rires et les conversations.

03/06/2013

Le 8 mai au village

8 mai 2013.JPG

Malgré le long pont de l’Ascension propice à l’escapade, le beau temps enfin installé en Catalogne et la fête du miel qui attirait le monde à l’espace Jean Teulière, c’est un cortège d’une belle cinquantaine de personnes qui s’est rendu au monument aux morts du cimetière pour célébrer la victoire de la France libre et de ses  alliés contre le nazisme, scellée le 8 Mai 1945.

Une gerbe fleurie a été déposée au pied du monument aux morts par deux jeunes filles représentant les écoles du village, entourées du maire Gérard Bile et du président du comité espiranenc du Souvenir français, Joseph Albafouille.

Après une minute de silence respectée par l’assistance recueillie, Joseph Albafouille a chanté a capella le fameux «  Chant des partisans » de Joseph Kessel et Maurice Druon à la gloire de l’armée des ombres qui s’est levée contre l’occupant.

Puis, Monique Dauré, adjointe, a lu le message de Kader Arif, ministre des anciens combattants rendant hommage à la Résistance.

Le cortège est ensuite retourné au cœur du village, pour partager quelques moments de convivialité au Raparou, autour d’un vin d’honneur offert par la commune.

03/05/2013

L'assemblée du Souvenir

ag souvenir 3-13.JPG

Dire que le Souvenir français rassemble et se rassemble est presque un pléonasme. C’est cependant ce que cette association mainteneuse de la mémoire de la nation a fait, en convoquant son assemblée générale annuelle, à la salle Joan Cayrol, comme à l’accoutumé.

Devant une assistance d’une centaine de militants de l’association, et en  présence de plusieurs élus de la commune conduits par le maire Gérard Bile, le président Joseph Albafouille a ouvert l’assemblée. Il  a d’abord remercié le colonel Guerrero, délégué départemental desPO, d’honorer l’assemblée de sa présence,  puis a laissé la parole à Norbert Marco et à Pierre Cuillé, respectivement secrétaire et trésorier du comité local. Le premier a présenté un bilan riche en activités et interventions, tandis que le second a démontré, comme d’habitude, que l’association, qui, certes, ne gère pas un lourd budget, a toujours des finances aussi saines.

Gérard Bile est ensuite intervenu pour rappeler l’utilité même la nécessité du Souvenir français dans un univers où l’obsolescence des choses est presque immédiate. Enfin, le colonel Guerrero a remercié le comité local, l’a félicité de sa vitalité, l’a encouragé à poursuivre ses actions, tant dans le domaine de l’entretien des monuments que dans celui du maintien et de la transmission de la mémoire, et en particulier dans le domaine de la collaboration avec les jeunes générations des écoles du village.

Cela a d’ailleurs été le point d’orgue de l’assemblée : l’école Jean Alio, représentée par sa directrice, Mme Barrère, et l’un de ses professeurs, Mme Guix, a été distinguée et s’est vue remettre une récompense sous la forme d’une coupe pour son travail sur la Grande Guerre. L’occasion a été bonne pour Mme Guix de remercier alors Vincentine Palloure, espiranenque de toujours, ancienne « institutrice » comme elle le dit encore et petite-fille d’un « poilu » victime du conflit, pour son aide si précieuse lors de ce travail.

Et comme toute assemblée finit, non par des chansons, mais par le partage des nourritures terrestres, c’est autour du buffet campagnard concocté par les membres de l’association eux-mêmes, que la réunion s’est continuée, sur le mode de la conversation conviviale et enjouée.

26/04/2013

En revisitant la maison de retraite

moulin pré visite 3-13.JPG

Le Moulin a une longue et riche histoire. La grande et belle demeure qui règne au milieu d’un parc magnifique a d’abord été le berceau et le port d’attache d’une vieille famille espiranenque, attachée à son terroir, où elle avait développé des activités agricoles et industrielles.

Puis, le temps passant, une maison de retraite familiale s’y est installée quelques années, avant de céder la place à la société Orpea, l’un des grands noms des résidences pour personnes âgées en France et en Europe.

Celle-ci, dont le slogan, «  la vie continue avec nous », constitue un programme et un engagement, s’est lancée depuis presque deux ans dans un grand chantier de rénovation, d’agrandissement et de modernisation et pourra bientôt rouvrir ses portes pour accueillir 66 résidents, et comportera une unité « Alzheimer ».

En attendant cette réouverture, le directeur de l’établissement, William Delepine, flanqué du médecin coordinateur, M.Huguen, et de l’infirmière coordinatrice, Mme Bezia, a répondu favorablement à la demande de Gérard Bile, le maire du village, qui souhaitait inviter à une visite « technique » pré-inaugurale le conseil municipal, les professionnels de la santé du village et les représentants des forces vives, ainsi que les riverains et voisins.

Les visiteurs, répartis en trois groupes, sous la conduite éclairée de Mme Bézia et de MM. Delepine et Huguen, ont découvert une nouvelle résidence, agrandie, à la fois fonctionnelle et confortable, avec des ambiances choisies, jusqu’à la décoration et le mobilier « années 50 » du salon d’accueil, des chambres individuelles médicalisées spacieuses et sécurisées, de nombreuses salles de réception, de repos, d’activités, de conversation et des lieux de  promenade.

A l’issue de la visite, dans le restaurant panoramique dont le nom, « la cargolade », met en appétit, le maire Gérard Bile a , en quelques mots, indiqué qu’il s’était convaincu, au fur et à mesure de ses visites sur le chantier, qu’il fallait montrer cette « pépite », selon son mot, aux forces vives du village, et rappela que l’activité était créatrice d’emplois  et donc d’opportunités pour les espiranencs en recherche.

Enfin, pour monter l’attachement des édiles de la commune au développement harmonieux et polymorphe de la commune, un conseil municipal public consacré au débat budgétaire s’est tenu dans la salle de restauration.

A son terme, le directeur du Moulin, M.Delepine, a invité tous les visiteurs à partager un buffet soupatoire aussi convivial que choisi.

Et bientôt, la maison accueillera à nouveau ses résidents pour que le quatrième âge y trouve, avec tous les soins nécessaires, un havre de repos et de tranquillité.