28/10/2013

Fête de la figue 2013

DSCF0029.JPG

Malgré une météo mi-figue « mi-raisin », la fête de la figue a comme à son habitude tenu toutes ses promesses. La matinée était belle et trente exposants prenaient place sur l'esplanade de l'Espace Jean Teulière. La reine d'un jour était mise en valeur par les professionnels qui en flattaient ses vertus et les milles façons de la transformer pour la consommer.

D'autres exposants de produits du terroir flirtant entre la « Coll de Ségnora » et la « Bourjeassotte » apportaient cette note d'authencité à cette journée.

En effet on pouvait s'attarder sur les stands de charcuterie artisanale, de produits laitiers, de pains traditionnels et jus et nectars de fruits, made in Espira de l'Agly, de glaces fermières aux différents parfums et tant d'autres.

 

Le public venu nombreux pouvait flâner entre les stands, acheter à souhait et s'intéresser à l'activité des 15 associations implantées sur l'esplanade.

L'appétit aiguisé par tant de bonnes choses, les « affamés »

se retrouvaient dans la cour du « raparou » où un repas concocté par les rugbymans de ESC-BAC-ASP était servi avec maestria.L'escargot à la catalane était le plat principal et associait également la figue de l'entrée au dessert.

Après ce succulent repas, les convives ont regagné l'esplanade

et malgré les caprices du temps ont assisté au concert gratuit de David Kilembé sur le podium de France Bleue Roussillon.

Comme chaque année le concours de la meilleure confiture de figues a désigné Louisette Maury, reine de la figue et ses deux dauphines : Syvie Garcia Prince et Concetta Francescatto.

Les deux piliers de cette manifestation Daniel Camenen, adjoint au Maire et André HUGUET, savouraient le succés de cette journée et sont bien décidés à remettre çà l'année prochaine.

Dany GOIZE

07/10/2013

Au revoir!

la fin.jpg

J’ai décidé, en accord avec la rédaction de la départementale que je salue et que je ne remercierai jamais assez pour sa confiance amicale constante,  de cesser ma tâche de correspondant de l’Indépendant pour mon village, Espira. Mes derniers articles sont parus tant sur le journal distribué que sur le blog. C’est un choix réfléchi, pesé, soupesé,  voulu, pris en toute liberté et en toute connaissance de cause.

 Je quitte cette charge sans regret, ni remords, comme on dit dans les romans à l’eau de rose. Je l’ai remplie avec conscience, joie et le souci constant d’être à l’écoute et au service de tous les espiranencs et de toutes les espiranenques, sans la moindre exclusive ni la moindre réserve.

Mon unique ligne de conduite a été d’écrire correctement, de mettre en valeur ce qui se passait et ce qui se faisait dans le village pour y rendre la vie meilleure, et finalement, il s’en passe, de ces bonnes choses, d’agrémenter cela d’un peu d’humour, dans la mesure du faisable, et de  considérer chaque citoyen et chaque citoyenne comme un ami proche avec qui j’avais une conversation agréable au coin du feu ou devant une bonne cargolade.

Peut-être, qui peut le dire ? un jour, l’occasion de revenir se présentera et j’essaierai de la ressaisir, qui sait ?

Mais, à ce moment, je salue tous ceux et toutes celles qui, de près ou de loin, d’ici ou d’ailleurs,  ont suivi la chronique du village, ceux qui ont eu un geste et un mot gentils, toujours appréciés, même si cela a un peu flatté ma vanité, contre laquelle pourtant je mène un combat de chaque instant, et je souhaite bon vent et « buena suerte » à  celle qui prendra le relais avec tout son enthousiasme, sa convivialité  et son amour du village.

Et je reste au village et du village, qui m’a vu naître, et où il fait bon vivre et vieillir, même si ceci est peut-être un peu moins agréable que rajeunir, irréalisable utopie (mais après tout, est-ce bien souhaitable ?)!

au revoir.jpg

02/10/2013

Opération sécurisation au village

espira, espiranencs, gendarmerie

La délinquance est sans frontière, et les tranquilles villages campagnards d’antan, devenus maintenant des banlieues proches des grandes villes, y sont désormais confrontés.

Dès lors, les communes et leurs élus, maire en tête, soucieux de la sécurité des personnes et des biens dont ils ont en partie la responsabilité, collaborent de plus ne plus étroitement avec la gendarmerie pour essayer d’enrayer et de circonscrire ce phénomène dommageable, source de conflits, de délitement du lien social et de malaise généralisé, en particulier pour ce qui est de la recrudescence des cambriolages, qui se multiplient et touchent de nombreux citoyens et qui se déroulent impudemment souvent au cœur de l’après-midi, ce qui fait croître de facto le sentiment d’insécurité.

espira, espiranencs, gendarmerie

Ainsi, à Espira, hier, une opération « sécurité », presque une opération « coup de poing », qui en a surpris plus d’un – et c’était l’un des buts recherchés-, s’est déroulée tout l’après-midi, sur réquisition du procureur de la république, qui permet une meilleure capacité d’intervention aux forces de l’ordre.

Préparée dans la plus grande discrétion, elle a mobilisé une douzaine de fonctionnaires de la gendarmerie, gendarmes de la brigade de Rivesaltes et du PSIG (peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie) accompagnés d’un maître-chien et du chien Talgo de l’équipe cynophile de Perpignan.

espira, espiranencs, gendarmerie

Ceux-ci se sont positionnés à des points stratégiques du village, les ronds-points sis à l’entrée du village, la proximité des écoles et du collège, d’une part, et ont aussi d’autre part parcouru les rues avec le chien pour procéder à des contrôles inopinés et contribuer à rassurer la population.

L’opération minutieusement préparée sous l’autorité du capitaine Harran a été conduite avec précision, tact et grand savoir-faire par l’adjudant Pichot. Ainsi, en amont de l’opération proprement dite, l’équipe a procédé d’abord, après avoir constaté une aggravation des faits de délinquance dans le village, à une analyse des faits, et, grâce à la réquisition du procureur, mis en place des moyens d’intervention et élaboré des mesures.

De nombreux contrôles ont donc été effectués par les gendarmes, qui ont arrêté de nombreux véhicules, en ciblant en particulier les fourgons et certains véhicules douteux. En outre, des contrôles, avec l’appui du chien Talgo, dressé pour la recherche de traces de produits stupéfiants, ont été opérés aux abords des écoles et surtout du collège, où les adolescents sont particulièrement exposés aux dangers et dégâts de la drogue.

Comme le dit le capitaine Harran, une telle opération, qui a plusieurs objectifs, dont les moindres ne sont pas de rassurer la population et de montrer que la force publique est présente, soucieuse de sa mission de protection  des personnes et des biens, active et efficace, ne se fait pas sans dommages collatéraux. Cela signifie que toutes les infractions constatées ont fait l’objet d’un avertissement, parfois accompagné d’une convocation,  ou d’un procès-verbal.

Ainsi, les gendarmes ont constaté 4 défauts de bouclage de ceinture de sécurité, 1 dépassement de la date du contrôle technique, une plaque d’immatriculation non visible, une attestation d’assurance non valide, et c’est plus précisément auprès des jeunes que sont constatées ces infractions.

Mais il y a aussi la partie souterraine de l’opération, des indices collectés, des pistes tracées, des éléments précieux qui seront analysés et serviront pour des opérations futures, sans compter l’impact très positif auprès de la population qui a manifesté son contentement aux gendarmes.

Car l’opération d’hier ne restera pas sans suite : la gendarmerie réitèrera ce type d’opération avec l’approbation et l’adhésion des citoyens espiranencs qui ont apprécié cette initiative et ont demandé son renouvellement. Satisfaire et rassurer la population, protéger les biens et les personnes, enrayer la délinquance et arrêter les malfaiteurs, c’est la mission permanente de la gendarmerie qui l’accomplit avec fierté, conscience et professionnalisme. Hier, à Espira, elle s’est acquittée de cette mission avec célérité, brio et délicatesse.

espira, espiranencs, gendarmerie

01/10/2013

Bus stop

bus.jpg

On n’y rencontrera pas Marylin, dansant sur le bitume en attendant le bus, mais on pourra en rêver en faisant le court déplacement : en effet, l’arrêt des autobus du conseil général ( le bus à 1 euro) desservant la vallée de l’Agly, en bordure de la route de Bayonne, jouxtant l’ancienne coopérative vinicole des Chais de sainte Estelle, est provisoirement supprimé pour des raisons exclusives de sécurité, à cause des travaux en cours à cet emplacement.

Les services du conseil général sont en train d’étudier les possibilités d’installation d’un arrêt sécurisé, qui se situerait un peu plus loin, au rond-point du Casot, route de Bayonne, à proximité du stade des « Portes de l’Agly ».

Lorsque cette mesure aura été adoptée et que la décision aura été prise dans un délai approximatif de deux mois, un nouveau communiqué de la mairie confirmera ce nouvel arrêt.

En attendant, où que soit situé le « bus stop », on montera dans l’autocar pour profiter du  doux plaisir de la conversation entre villageois allant à la ville, se racontant « La montée au ciel » en autobus, de Buñuel, ou s’effrayant délicieusement à moindre frais en se remémorant « Les naufragés de l’autocar » de Steinbeck.

20/09/2013

L'ouverture de la chasse n'est plus ce qu'elle était

chasseurs.jpg

La mairie d’Espira de l’Agly communique :

 par arrêté municipal, sur proposition de l' A.C.C.A.,  et au vu et en raison du retard des vendanges , l' ouverture générale de la chasse est reportée au dimanche 29 septembre 2013.

 

19/09/2013

Oh, les beaux jours!

centre aéré 2013.jpg

On n’y lit pas tout le matin la célèbre pièce de théâtre de Samuel Beckett, mais on s’y cultive et on s’y régale quand même : pour la dixième année consécutive au cours de cet été qui brûle ses derniers feux, les enfants d’Espira ont fréquenté le centre de loisirs communal organisé par «  le trèfle à 4 feuilles » de Jean-Claude Galea.

Cette année, ce sont une soixantaine de jeunes gens qui ont participé aux différentes activités, pour les plus jeunes dans les locaux champêtres du « Trèfle », et pour les plus grands à Espira même.

Du parc aquatique au bowling (les quilles, pour parler français), en passant par le rafting (descente des rapides en gros bateau à fond plat), le « monte aux arbres », le base-ball, le tir à l’arc, la plage et tant d’autres loisirs, les enfants s’en sont donné à cœur joie et ont profité au maximum de la splendeur du temps qui semblait avoir voulu aussi être de la fête.

Au cours du spectacle créé, monté et donné par les enfants à la fin du séjour, le responsable du Trèfle, Jean-Claude Galéa, a insisté une fois encore sur les excellentes relations avec la municipalité d’Espira et a remercié les élus présents au nom de tous les parents pour l’aide journalière de 7 euros par enfant et par jour attribués par la commune.

Et après les danses et les chants, on est passé aux rafraîchissements et on s’est dit au revoir et à l’année prochaine, à la même époque et dans les mêmes endroits.

16/09/2013

Les dernières notes de l'été

001.JPG

Alors qu’on s’approchait lentement mais sûrement de la fin de cet été, les dernières notes de musique ont fait résonner les grands voûtes de l’église Sainte Marie.

En effet, le jeune et virtuose duo Cord’Eole est revenu proposer un récital aux mélomanes espiranencs et aux amateurs de musique venus d’ici et d’ailleurs, puisque, dans l’assistance, dont on peut encore une fois déplorer qu’elle n’est pas suffi à peupler le grand vaisseau roman, on comptait plusieurs personnes venues des villages voisins.

002.JPG

Les deux jeunes artistes, Fanny Maine à la flute traversière et Nicolas Faure au violoncelle, sont donc revenus, après une première prestation déjà très réussie l’été dernier,  avec un répertoire plus étoffé, pour proposer un concert très abouti, pendant lequel ils ont fait visiter et revisiter les grands auteurs du répertoire, qu’ils ont adaptés à leurs instruments et qu’ils ont interprétés avec un talent et une  ferveur rares qui ont captivé l’auditoire.

C’est ainsi que celui-ci a pu se laisser porter par la musique de Strauss et de Mozart, bien évidement, mais aussi découvrir des compositeurs méconnus, comme Villoldo, Granados, Von Paradis ou encore Halvorsen.

Et c’est sur plusieurs airs de la Carmen de Bizet que s’est achevée cette remarquable prestation, sous les  applaudissements  plusieurs fois bissés d’un public conquis et enthousiaste, qui a déjà donné rendez-vous aux deux jeunes musiciens, pour l’été prochain, dans ce même lieu si propice à l’écoute de ces musiques enchanteresses.

003.JPG

Puis  tout le monde s’est retrouvé à la maison de l’abbaye pour un moment de convivialité autour de quelques rafraîchissements accompagnés de gourmandises.