03/06/2013

Le 8 mai au village

8 mai 2013.JPG

Malgré le long pont de l’Ascension propice à l’escapade, le beau temps enfin installé en Catalogne et la fête du miel qui attirait le monde à l’espace Jean Teulière, c’est un cortège d’une belle cinquantaine de personnes qui s’est rendu au monument aux morts du cimetière pour célébrer la victoire de la France libre et de ses  alliés contre le nazisme, scellée le 8 Mai 1945.

Une gerbe fleurie a été déposée au pied du monument aux morts par deux jeunes filles représentant les écoles du village, entourées du maire Gérard Bile et du président du comité espiranenc du Souvenir français, Joseph Albafouille.

Après une minute de silence respectée par l’assistance recueillie, Joseph Albafouille a chanté a capella le fameux «  Chant des partisans » de Joseph Kessel et Maurice Druon à la gloire de l’armée des ombres qui s’est levée contre l’occupant.

Puis, Monique Dauré, adjointe, a lu le message de Kader Arif, ministre des anciens combattants rendant hommage à la Résistance.

Le cortège est ensuite retourné au cœur du village, pour partager quelques moments de convivialité au Raparou, autour d’un vin d’honneur offert par la commune.

08/05/2013

Le miel et les abeilles

numérisation0001.jpg

Si cela fait déjà un quart de siècle que l’on fête le miel en Catalogne Nord, à Espira, c’est son huitième avènement qui sera célébré le mercredi 8 mai, jour de la Victoire, comme l’on sait. Et l’on formule des vœux pour que ce jour soit aussi la victoire des abeilles contre ce mal endémique qui cause depuis déjà trop longtemps leur mortalité massive dans nos régions.

La journée commencera vers 9 heures le matin, avec l’ouverture des stands consacrés au miel, à ses dérivés et à de nombreux autres produits des terroirs du Sud, qui, comme à l’accoutumé, régaleront les chalands.

Le grand moment de la journée, évidemment, c’est à 10 heures, l’extraction du miel nouveau par l’un des apiculteurs présents. L’extraction sera suivie de la bénédiction du miel par le Père Vuillemin, ce qui consacrera encore plus, si besoin était,  le miel comme nourriture céleste.

Une fois extrait et béni le miel, il sera procédé à la traditionnelle intronisation des nouveaux confrères au sein de la confrérie des goûteurs de miel.

On profitera du temps méridien pour baguenauder à travers les stands tout au long du mail et sur l’esplanade de l’espace Jean Teulière, on pourra se restaurer sur place en piquant de ci de là sur les différents étals, du hors d’œuvre et de la charcuterie jusqu’au dessert, accompagné de vins d’ici, de bière locale ou de jus de fruits, avant d’entrer dans l’après-midi .

Pour ceux qui auront fait la grasse matinée ou qui seront allés célébrer l’écrasement des forces nazies en participant au défilé de la Victoire, une deuxième extraction du vin nouveau leur sera proposée  à 15 heures 30.

Enfin, comme la pratique va toujours de pair avec la théorie, on pourra, toute la journée, entre deux dégustations, visiter l’exposition sur les métiers de l'apiculture, à la salle Joan Cayrol.

Comme la tramontane va chasser les nuages, on attend le soleil pour illuminer la fête et rendre le forum ainsi propice à la rencontre harmonieuse de la gastronomie et de la convivialité.

03/05/2013

L'assemblée du Souvenir

ag souvenir 3-13.JPG

Dire que le Souvenir français rassemble et se rassemble est presque un pléonasme. C’est cependant ce que cette association mainteneuse de la mémoire de la nation a fait, en convoquant son assemblée générale annuelle, à la salle Joan Cayrol, comme à l’accoutumé.

Devant une assistance d’une centaine de militants de l’association, et en  présence de plusieurs élus de la commune conduits par le maire Gérard Bile, le président Joseph Albafouille a ouvert l’assemblée. Il  a d’abord remercié le colonel Guerrero, délégué départemental desPO, d’honorer l’assemblée de sa présence,  puis a laissé la parole à Norbert Marco et à Pierre Cuillé, respectivement secrétaire et trésorier du comité local. Le premier a présenté un bilan riche en activités et interventions, tandis que le second a démontré, comme d’habitude, que l’association, qui, certes, ne gère pas un lourd budget, a toujours des finances aussi saines.

Gérard Bile est ensuite intervenu pour rappeler l’utilité même la nécessité du Souvenir français dans un univers où l’obsolescence des choses est presque immédiate. Enfin, le colonel Guerrero a remercié le comité local, l’a félicité de sa vitalité, l’a encouragé à poursuivre ses actions, tant dans le domaine de l’entretien des monuments que dans celui du maintien et de la transmission de la mémoire, et en particulier dans le domaine de la collaboration avec les jeunes générations des écoles du village.

Cela a d’ailleurs été le point d’orgue de l’assemblée : l’école Jean Alio, représentée par sa directrice, Mme Barrère, et l’un de ses professeurs, Mme Guix, a été distinguée et s’est vue remettre une récompense sous la forme d’une coupe pour son travail sur la Grande Guerre. L’occasion a été bonne pour Mme Guix de remercier alors Vincentine Palloure, espiranenque de toujours, ancienne « institutrice » comme elle le dit encore et petite-fille d’un « poilu » victime du conflit, pour son aide si précieuse lors de ce travail.

Et comme toute assemblée finit, non par des chansons, mais par le partage des nourritures terrestres, c’est autour du buffet campagnard concocté par les membres de l’association eux-mêmes, que la réunion s’est continuée, sur le mode de la conversation conviviale et enjouée.

10/04/2013

Remise des cartes d’électeurs aux jeunes citoyens

remise cartes électeurs 3-13.JPG

Vingt-quatre citoyens espiranencs nouvellement  inscrits sur les listes électorales de la commune ont été invités à se voir remettre leur carte d'électeur à l'occasion d'une cérémonie très républicaine qui s'est déroulée avec une solennité « bon enfant » dans la belle salle du Conseil Municipal.

 

Le maire de la commune, Gérard Bile, accompagné des membres du conseil municipal, les a accueillis  par quelques propos liminaires où il  a rappelé à ces  futurs électeurs ce que le symbolisme de cette cérémonie représentait : cette carte d’électeur leur donnait désormais le droit d exprimer librement leur suffrage lors d’élections démocratiques,   dans un monde où les libertés sont menacées, sinon supprimées dans plusieurs pays,  et où l'actualité quotidienne est chargée d’événements tragiques et de manifestations pour réclamer le droit de s’exprimer librement qui s’achèvent parfois dans la violence et le sang versé.

 

Il enjoignit aussi son auditoire à ne pas céder au découragement dans un contexte de crise européenne qui peut pousser les citoyens à se désintéresser de la vie publique : ne pas participer au débat politique, c'est laisser le champ libre à des minorités sectaires ou intolérantes.

 

Pour cette rencontre citoyenne, les membres des deux "Comités des Sages" de la commune, qui œuvrent auprès des entreprises de la commune, ont remis individuellement sa carte à chaque nouvel électeur. C’était là un signe fort d'une relation intergénérationnelle indispensable à toute vie en communauté.

Et c’est en partageant le verre de l’amitié que s’est achevée convivialement cette cérémonie.

03/04/2013

La FNACA en deuil

deuil a.jpg

La fédération nationale des anciens combattants d’Afrique du Nord, la FNACA, est en deuil. En  effet, dernièrement, porte-drapeau en tête, une forte délégation du comité espiranenc, s'est rendue au cimetière voisin de Baixas pour accompagner vers sa dernière demeure pour lui rendre un ultime hommage, un camarade cher à leur cœur, Marcel Pigeyre, décédé à l'âge de 74 ans.

Aux côtés des espiranencs,  se trouvait une forte ambassade du contingent 581/A du 11ème bataillon parachutiste de choc, avec à sa tête le colonel Leducq, qui a été  le capitaine de cette formation pendant son séjour en Afrique du Nord lors de la guerre d’Algérie.

Le président du comté espiranenc,  Roger CAPA, était le compagnon d'armes de l’ami Marcel.

A cette cérémonie pleine d'émotions, participaient aussi, confondus ensemble dans la tristesse d’une foule nombreuse, une délégation FNACA du comité de Saint-Paul-de-Fenouillet, d'où était natif Marcel, ainsi que ses amis de jeunesse, accompagnés des habitants de Baixas, afin d'entourer la famille en deuil à qui le comité et les adhérents d'Espira présentent leurs plus amicales condoléances et la manifestation de leur plus respectueux  soutien.

31/03/2013

La FNACA commémore le 19 mars

DSC04003.jpg

Au-delà de toute polémique et dans le respect de la loi de la république, le comité espiranenc de la FNACA a commémoré le 19 mars, qui marque, pour les appelés du contingent, la fin de ce que l’on appelait alors les « événements » et qui depuis est connu comme la guerre d’Algérie, qui a causé tant de douleurs et de déchirements des deux côtés de la Méditerranée.

Un cortège fourni s’est d’abord rendu au monument aux morts pour une cérémonie sobre et respectueuse, a honoré un temps de silence avant d’écouter dans le recueillement une brève allocution du maire de la commune , Gérard Bile, et la lecture du communiqué du chef des armées de l’époque annonçant le cessez-le-feu par Joseph Albafouille, appelé du contingent sur le théâtre des opérations à ce moment-là.

DSC04004.JPG

Après la montée des couleurs au carré militaire du Souvenir français, l’assistance s’est rendue au Raparou, où la cérémonie est devenue moins solennelle et plus conviviale, avec Roger Capa, président du comité local, comme maître de cérémonie.

DSC04008.JPG

C’est d’abord Joseph Albafouille, président du comité local du Souvenir français , qui a lu une lettre que le maire, Gérard Bile, avait envoyé aux anciens d’Algérie, il y a quelques années, pour regretter de ne pas être présent lors de la commémoration du 19 mars et leur rappeler ce qu’avait été cette période troublée pour les espiranencs, pour ceux qui étaient appelés et ceux qui étaient restés au village.

DSC04009.JPG

Roger Capa a ensuite pris la parole, avec sa faconde et son phrasé inimitables, pour faire un rappel historique, et honoré, comme chaque année, quelques militants méritants de l’association.

C’est ainsi qu’Alfred Amiel a reçu le diplôme de porte-drapeau de la FNACA, attribué par l’ONAC (office national des anciens combattants), qui lui fut remis par Sauveur Navarro, son camarade, ancien porte-drapeau. Ce fut ensuite le tour de Roger Riu, un peyrestortenc, mais adhérent au comité local, de recevoir le diplôme d’honneur.  Et le dernier (the last but not the least !) à être distingué fut la cheville ouvrière du comité, Marcel Loubat, qui reçut lui aussi le diplôme d’honneur.

037.JPG

038.JPG

Il est revenu au maire Gérard Bile de conclure. Il félicita d’abord les impétrants, s’abstint de toute polémique en rappelant que la loi instituant le 19 mars, votée, devenait la loi de la république, et que son souci était la reconnaissance du sacrifice de tous ces jeunes gens appelés du contingent, dont un grand nombre n’était pas revenu, laissant leurs familles dans le deuil et la détresse. Cela n’enlevait rien aux souffrances de tous ceux qui avaient vécu ces événements tragiques, et le respect s’imposait pour tous.

040.JPG

Après ces paroles graves et émouvantes, le président Capa appela à retrouver la gaité de la vie qui continue malgré tout, et invita à se rapprocher de la table commune pour trinquer ensemble avec ceux qui avaient été honorés ce jour et tous les citoyens, quels que soient leur âge et leur origine, qui avaient participé à cette commémoration.

18/03/2013

Cérémonies du 19 mars

fnaca.jpg

Plus d’un demi-siècle  après le cessez-le-feu en Algérie,  qui mettait fin aux hostilités, le 19 mars 2013  sera le premier rassemblement officiel, dédié à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d'Algérie et des combats de Tunisie et Maroc.

Pour donner à cette cérémonie plus d’éclat, de gravité et de solennité,  le comité espiranenc de la FNACA,  le maire d’Espira, Gérard Bile, et son conseil municipal invitent la population à participer en masse à la cérémonie du souvenir au village.

Le rendez-vous de tous ceux qui désirent s’unir pour se joindre au cortège est donné à 17h.30, à la  place du docteur Jaupart, afin de se rendre ensemble, à pied, au monument aux morts du cimetière pour un dépôt de gerbe et un temps de recueillement.

On se rassemblera ensuite au Raparou pour un moment de convivialité durant lequel seront honorés des membres du comité local.

Au matin de ce même jour,  les membres du bureau espiranenc de la FNACA se feront un devoir d’être  présents, avec leurs camarades des autres villes et villages, au Mémorial de Port-Vendres à 9h30 précises , puis  à 11 heures au monument aux morts de Perpignan.

Ils savent que leur appel ne sera pas vain.