12/08/2013

Bientôt, la fête votive

photo_Fete_village1_edited.jpg

Le 15 Août, c’est l’Assomption, et c’est depuis toujours la fête votive au village. Et ce sont trois soirées de festivités qui sont proposées aux espiranencs.

Cela commence le 13 août, avec les Ass’xurits, qui, après leur vide-greniers réussi de fin juillet, remettent ça, avec le concours de la municipalité. Un apéritif est d’abord offert à la population, aux alentours de 19 heures 30. Puis ces jeunes gens servent un repas à la mode wallonne ( mais oui !) avec moules et frites à volonté. Ils ont d’ailleurs trouvé un slogan pour convaincre les indécis à participer : «  ayez la frite, mangez des moules ». Pour les festayres  qui veulent participer à ce repas, on s’inscrit en appelant le 06.79.50.57.94 ou le 06.84.02.11.28. Il en coûte 15 euros, et pour digérer, on écoutera le concert de rock and roll donné par « les Borones », un groupe vivifiant qui fera se déhancher jeunes et moins jeunes.

Le 14 août, c’est la tradition depuis des lustres, ce sont les rugbymen qui s’y collent. On se retrouve d’abord sous les platanes de l’esplanade de l’espace Jean Teulière pour un apéritif offert par la commune, puis on s’assied sous ces mêmes platanes pour un repas catalan concocté par les maîtres queux de l’ESC. Pour cela on s’inscrit auprès des dirigeants du club, et c’est toujours 15 euros.  Et la soirée se continue en rythme avec l’orchestre «  Making of ».

Enfin, le 15 août, le ballon ovale cède la place au ballon rond. En effet, c’est le BECE FC Vallée de l’Agly, le club de foot du village qui se charge de la soirée, avec l’aide de la municipalité.

A parti de 19 heures, le stand de la buvette et de la restauration rapide est ouvert, et à 22 heures, après avoir pris des forces, on dansera  avec la musique de l’orchestre «  Best of ».

Donc, pour continuer la tradition du 15 août au village, retrouver des amis un peu perdus de vue, participer à la vie de la commune et festoyer avec trois des plus dynamiques associations du village ( mais elles le sont toutes, au village !), on se dirige tous, pour ces trois soirées, vers l’épicentre ouvert et accueillant du village, l’espace Jean Teulière, son esplanade et son mail, en marchant, en courant ou en twistant.

photo_Fete_village2_edited.jpg

19/07/2013

Les Rapariens toujours prêts

004.JPG

Ils ont répondu nombreux à l’appel du 18 juin ! Sur l’amicale injonction de « Présidente Pilar », les militants du Foyer du troisième âge «  Al Raparou » ont couru à toutes jambes à la salle Joan Cayrol pour les agapes de fin de saison, qui servent d’AG,  régler leur cotisation, trinquer avec les copains et les copines, accueillir en chansons M. le maire et ses conseillers, puis esquisser quelques pas de danse, éclectiques bien sûr, du quadrille au rock and roll en passant par le tango et le madison.

001.JPG

Après un bel après-midi de convivialité, les Rapariens, plus dynamiques que jamais, se sont donné rendez-vous pour la rentrée où les attend un programme copieux et alléchant, des petits lotos entre amis aux excursions plus ou moins lointaines et plus ou moins aventureuses.

002.JPG

30/06/2013

La retraite en pédalant

retraite christine glories 3-13.JPG

Un départ à la retraite, c’est toujours un événement, un bouleversement et un moment mélangé de joie, d’émotion et de nostalgie.

C’est tous ces sentiments mêlés qui ont traversé le petit monde de l’école privée du Sacré Cœur lors du départ de Christine Glories, assistante maternelle, après, comme on dit, une trentaine d’années de bons et loyaux services.

L’école avait réuni les collègues d’hier et d’aujourd’hui, en présence de Mme Ponsa, présidente de l’OGEC,  pour fêter Christine, lui dire « au revoir » et lui souhaiter une longue et paisible retraite. La chorale éphémère du Sacré Cœur, sous la houlette de la maîtresse de chœur Claudine, lui a interprété un répertoire malicieusement détourné, où l’on retrouvé des airs connus, comme «  Il est libre, Max ! » ou «  La poulette ce matin », mêlés à des créations originelles, comme «  Elle est chouette, Christine » et «  A l’école du Sacré Cœur ».

Le temps des chansons passé, est venu celui des cadeaux, dont le plus beau était sans conteste un superbe vélo. Christine a pris alors la parole pour dire qu’elle état ravie de partir, qu’elle n’éprouvait aucunement le blues du départ, et que l’entrée dans la retraite était en quelque sorte le commencement d’une nouvelle vie où farniente, balades, voyages et surtout petits-enfants auraient désormais une place prééminente.

Et c’est autour d’un solide buffet offert par l’impétrante que la petite cérémonie collégiale et amicale s’est poursuivie dans les rires et les conversations.

26/04/2013

En revisitant la maison de retraite

moulin pré visite 3-13.JPG

Le Moulin a une longue et riche histoire. La grande et belle demeure qui règne au milieu d’un parc magnifique a d’abord été le berceau et le port d’attache d’une vieille famille espiranenque, attachée à son terroir, où elle avait développé des activités agricoles et industrielles.

Puis, le temps passant, une maison de retraite familiale s’y est installée quelques années, avant de céder la place à la société Orpea, l’un des grands noms des résidences pour personnes âgées en France et en Europe.

Celle-ci, dont le slogan, «  la vie continue avec nous », constitue un programme et un engagement, s’est lancée depuis presque deux ans dans un grand chantier de rénovation, d’agrandissement et de modernisation et pourra bientôt rouvrir ses portes pour accueillir 66 résidents, et comportera une unité « Alzheimer ».

En attendant cette réouverture, le directeur de l’établissement, William Delepine, flanqué du médecin coordinateur, M.Huguen, et de l’infirmière coordinatrice, Mme Bezia, a répondu favorablement à la demande de Gérard Bile, le maire du village, qui souhaitait inviter à une visite « technique » pré-inaugurale le conseil municipal, les professionnels de la santé du village et les représentants des forces vives, ainsi que les riverains et voisins.

Les visiteurs, répartis en trois groupes, sous la conduite éclairée de Mme Bézia et de MM. Delepine et Huguen, ont découvert une nouvelle résidence, agrandie, à la fois fonctionnelle et confortable, avec des ambiances choisies, jusqu’à la décoration et le mobilier « années 50 » du salon d’accueil, des chambres individuelles médicalisées spacieuses et sécurisées, de nombreuses salles de réception, de repos, d’activités, de conversation et des lieux de  promenade.

A l’issue de la visite, dans le restaurant panoramique dont le nom, « la cargolade », met en appétit, le maire Gérard Bile a , en quelques mots, indiqué qu’il s’était convaincu, au fur et à mesure de ses visites sur le chantier, qu’il fallait montrer cette « pépite », selon son mot, aux forces vives du village, et rappela que l’activité était créatrice d’emplois  et donc d’opportunités pour les espiranencs en recherche.

Enfin, pour monter l’attachement des édiles de la commune au développement harmonieux et polymorphe de la commune, un conseil municipal public consacré au débat budgétaire s’est tenu dans la salle de restauration.

A son terme, le directeur du Moulin, M.Delepine, a invité tous les visiteurs à partager un buffet soupatoire aussi convivial que choisi.

Et bientôt, la maison accueillera à nouveau ses résidents pour que le quatrième âge y trouve, avec tous les soins nécessaires, un havre de repos et de tranquillité.

08/04/2013

Grands travaux dans la commune

espira fa temps.png

Les périodes hivernale et printannière  semblent les plus appropriées pour occasionner le moins de gêne par la réalisation des grands  travaux nécessaires dans une commune en pleine expansion qui veut être de plein pied dans la modernité et répondre aux demandes d’une population croissante  et avertie.

Ainsi, plusieurs chantiers importants ont débuté ou  vont débuter dans les tous prochains jours dans le village. Malgré le soin attentif pris avec les entreprises pour déranger le moins possible les voisins et les habitudes, Gérard Bile, maire d’Espira, demande un peu de patience bienveillante aux citoyens  qui seront le plus particulièrement exposés à cette gêne occasionnelle.

 

On peut alors passer en rapide revue les travaux en cours ou en voie de réalisation.

 

Canalisation d’eau de Montpins

Après la première tranche menant du village à la montée du casot d’en Guibau, la deuxième partie de changement de la canalisation d’eau potable alimentant Montpins va commencer le 11 mars prochain et devrait se terminer le 19 avril en arrivant au mas Gardies.

La troisième et dernière tranche se fera dans les toutes prochaines années.

Depuis de très longues années, le village était habitué à des fuites régulières et son entrée dans la communauté d’agglomération de l’archipel PMCA a accéléré la réalisation de ces importants travaux jusqu’alors régulièrement différés.

 

Démolition de l’immeuble Comerly

Poursuivant son programme de réhabilitation du centre urbain, le conseil municipal, après quatre démolitions, en 2012, de bâtiments vétustes et dégradés, continue son œuvre de salubrité et d’assainissement en faisant procéder dès les tous prochains jours à la démolition de la grange faisant le coin des rue Pierre Lefranc et Arago.

Cette démolition  facilitera la circulation automobile et dégagera plus d’espace pour le stationnement des véhicules : dans ce quartier au cœur du village, le plan de développement à long terme commence à se dessiner.

 

Lotissement de la Fabrique

Située au centre du village derrière les courts de tennis de l’espace Jean Teulière, la propriété Desboeufs dispose de  8.624 mètres carrés sur lesquels les propriétaires vont construire un lotissement de 24 pavillons résidentiels.

Profitant de cette réalisation, la municipalité va mettre à profit cette réalisation d’un nouvel habitat résidentiel pour proposer une amélioration urbanistique, en créant une artère de liaison entre la rue du 4 septembre et le chemin d’Estagel, deux des voies les plus fréquentées du village.

Un sens unique dans la direction du chemin d’Estagel permettra alors de résoudre au mieux le problème des entrées et sorties de l’école du Sacré Cœur.

 

Une autre importante série de grands travaux d’amélioration du cadre de vie devrait suivre incessamment et l’occasion se présentera rapidement de les évoquer.

( En photo, une vue du village et de la place de la République  il y a déjà longtemps: seul le platane subsiste)

31/03/2013

La FNACA commémore le 19 mars

DSC04003.jpg

Au-delà de toute polémique et dans le respect de la loi de la république, le comité espiranenc de la FNACA a commémoré le 19 mars, qui marque, pour les appelés du contingent, la fin de ce que l’on appelait alors les « événements » et qui depuis est connu comme la guerre d’Algérie, qui a causé tant de douleurs et de déchirements des deux côtés de la Méditerranée.

Un cortège fourni s’est d’abord rendu au monument aux morts pour une cérémonie sobre et respectueuse, a honoré un temps de silence avant d’écouter dans le recueillement une brève allocution du maire de la commune , Gérard Bile, et la lecture du communiqué du chef des armées de l’époque annonçant le cessez-le-feu par Joseph Albafouille, appelé du contingent sur le théâtre des opérations à ce moment-là.

DSC04004.JPG

Après la montée des couleurs au carré militaire du Souvenir français, l’assistance s’est rendue au Raparou, où la cérémonie est devenue moins solennelle et plus conviviale, avec Roger Capa, président du comité local, comme maître de cérémonie.

DSC04008.JPG

C’est d’abord Joseph Albafouille, président du comité local du Souvenir français , qui a lu une lettre que le maire, Gérard Bile, avait envoyé aux anciens d’Algérie, il y a quelques années, pour regretter de ne pas être présent lors de la commémoration du 19 mars et leur rappeler ce qu’avait été cette période troublée pour les espiranencs, pour ceux qui étaient appelés et ceux qui étaient restés au village.

DSC04009.JPG

Roger Capa a ensuite pris la parole, avec sa faconde et son phrasé inimitables, pour faire un rappel historique, et honoré, comme chaque année, quelques militants méritants de l’association.

C’est ainsi qu’Alfred Amiel a reçu le diplôme de porte-drapeau de la FNACA, attribué par l’ONAC (office national des anciens combattants), qui lui fut remis par Sauveur Navarro, son camarade, ancien porte-drapeau. Ce fut ensuite le tour de Roger Riu, un peyrestortenc, mais adhérent au comité local, de recevoir le diplôme d’honneur.  Et le dernier (the last but not the least !) à être distingué fut la cheville ouvrière du comité, Marcel Loubat, qui reçut lui aussi le diplôme d’honneur.

037.JPG

038.JPG

Il est revenu au maire Gérard Bile de conclure. Il félicita d’abord les impétrants, s’abstint de toute polémique en rappelant que la loi instituant le 19 mars, votée, devenait la loi de la république, et que son souci était la reconnaissance du sacrifice de tous ces jeunes gens appelés du contingent, dont un grand nombre n’était pas revenu, laissant leurs familles dans le deuil et la détresse. Cela n’enlevait rien aux souffrances de tous ceux qui avaient vécu ces événements tragiques, et le respect s’imposait pour tous.

040.JPG

Après ces paroles graves et émouvantes, le président Capa appela à retrouver la gaité de la vie qui continue malgré tout, et invita à se rapprocher de la table commune pour trinquer ensemble avec ceux qui avaient été honorés ce jour et tous les citoyens, quels que soient leur âge et leur origine, qui avaient participé à cette commémoration.

13/03/2013

la saint Valentin au raparou

 

Agape_feast_03.jpg

Comme chaque année, jusqu’à la fin des temps (enfin, ils l’espèrent, du moins…), les membres du club du troisième âge « Al Raparou » se sont réunis dans leur lieu habituel de retrouvailles et de réjouissances, la salle Joan Cayrol, pour célébrer la fête des éternels amoureux autour d’un succulent repas préparé par la maison Nègre, l’appétit étant quant à lui mis en train et en musique par l’accordéon de Didier.

Cependant, avant de passer aux travaux de la table, on consacra un peu de temps aux travaux oratoires. C’est d’abord Présidente Pilar qui a souhaité la bienvenue à tous, dans son style convivial et…lapidaire. Elle a passé le relais et le micro au maire, Gérard Bile, qui a rappelé que depuis la nuit des temps l’amour n’a pas d’âge, en ajoutant malicieusement et nostalgiquement qu’il se nourrit aussi de souvenirs.

Il est revenu au grand argentier Daniel de clore les discours en présentant un bilan toujours équilibré de l’année passée avant d’évoquer le prochain voyage de septembre, du côté de Bussang, dans les Vosges.

Les convives ont ensuite pris le temps de savourer sans hâte et avec gourmandise, avant de se voir offrir, au moment du dessert, par Lucie, Daniel, et le très dévoué et incontournable Marcel,  le cadeau de la municipalité, un panier gourmand composé de confitures de figues et de cerises venues tout droit de chez les producteurs espiranencs.

Puis, comme il y a eu, dans l’histoire légendaire du pays, de longs dimanches de fiançailles, il y a eu une longue et endiablée après-midi de danses : les cœurs et les jambes sont restés jeunes!