26/09/2013

Les associations vont au forum

Chaque année, à l’entrée de l’automne, les associations espiranenques se rendent à l’espace Jean Teulière pour y tenir leur forum, et retrouver ainsi l’usage des anciens romains qui se réunissaient au forum de la ville éternelle pour y converser, échanger, débattre , proposer, se parler et s’entendre.

C’est donc le dimanche 29 septembre, toute la journée, sur l’esplanade de l’espace Jean Teulière que les nombreuses associations du village accueilleront les citoyens et les visiteurs, y présenteront leurs activités et leurs créations, et se tiendront à la disposition de tous pour y donner tous les renseignements utiles et nécessaires et éventuellement y prendre des adhésions.

Il s’agit d’un grand moment de la vie communale et républicaine, et une des meilleures occasions de rencontres et de palabres enjouées et sans fin : on se doute alors que les espiranencs ne manqueront pas cette opportunité, et de l’aube au crépuscule, ce dimanche 29 septembre, dirigeront leurs pas vers le cœur du village, à l’espace Jean Teulière, qui bruira de mille animations.

29/12/2012

Associations-nous!

 

002.JPG

Après la jeunesse, les associations : le bulletin municipal hivernal, qui suit de près le bulletin automnal (après tout, un seul jour sépare les deux saisons !) est consacré à la très riche vie associative du village. Dans un somptueux écrin illustré en couverture par une photo de Guy-François Banyuls, qui fait partie du « tétraptyque » acquis par la commune et qui accueille les visiteurs de l’hôtel de ville à l’entrée de l’espace muséal, le bulletin fait un tour complet de toutes les associations du village, des plus anciennes et les plus prestigieuses comme le rugby, aux plus jeunes, comme les désormais incontournables Ass’xurits, en passant par celles qui s’occupent d’art, de culture , de belote ou de promenade et de tant d’autres sujets encore.

Une mine riche de toutes ces choses qui constituent la trame de la vie villageoise, et un bel  objet que l’on gardera précieusement dans sa bibliothèque à côte des précédents (et des suivants) à portée de la main pour mieux le consulter et ainsi se guider dans ce riche parcours de la vie associative communale.

( en photo, deux petits "socios" présentent le bulletin)

29/09/2012

Fête de la figue, quatorzième édition

figuiers.jpg

Cela pourrait être un marronnier, ce sont les figuiers, et les figues.

C’est déjà la quatorzième saison qu’est célébrée à Espira la fête de la figue, initiée conjointement, par Daniel Camenen, André Huguet, et Henri Fabre, le producteur local de figues, et de ses produits dérivés, de la confiture à la liqueur, en passant par le vinaigre.

Désormais, la fête a pris ses quartiers d’automne sur l’esplanade et le mail de l’espace Jean Teulière, et ouvre aussi les portes de la salle des jeunes et de la salle Joan Cayrol pour diverses conférences et expositions.

C’est donc ce dimanche 30 septembre, toute la journée. L’ouverture des portes symboliques se fera dès 9 heures le matin, et c’est le bien connu Philippe Anglade, de France Bleue Roussillon qui animera la journée.

Dès 10 heures, à la salle des jeunes, on pourra visiter une exposition sur  les oiseaux et les fleurs du Roussillon, tandis qu’à côté, l’espiranenc Daniel Dayre, de l’association «  Enfance et Nature » présentera un diaporama sur la pollinisation de la figue, diaporama qu’il représentera aux retardataires ou à ceux qui ne sont pas du matin, l’après-midi à 17 heures.

figues.jpg

            Entre-temps, on pourra flâner sur la place et les allées, et aller de stand et stand faire le plein de bonnes choses, goûter, déguster, écouter, et se laisser emporter par les saveurs et les parfums.

Cela conduira les chalands vers midi, ou le club de rugby local, l’ESC-BAC-ASP et ses joyeux lurons, fidèle à leur tradition de convivialité, assureront la restauration, pour un menu où la figue sera reine, et accompagnera des escargots à la catalane ou du poulet à la basquaise, dans un cosmopolitisme de bon aloi. Il en coûte 15 euros par personne ( 13 pour les enfants de moins de 15 ans), et on s’inscrit jusqu’au dernier moment à la mairie, ou auprès des dirigeants du club, ou même le matin en se rapprochant de la buvette.

Après le repas, on pourra assister à une conférence sur les fleurs et oiseaux du Roussillon, par Benjamin Joffre, qui accompagnera ainsi l’exposition visible toute la journée.

A 16 heures, viendra le moment attendu des gourmands et des gourmets, la délibération du jury pour le concours de la meilleure confiture de figue. Il est donc opportun de rappeler qu’on peut toujours s’inscrire à ce concours auprès des services communaux en mairie, et même jusqu’au denier moment auprès des responsables de la journée, en apportant son ( ou ses) pot(s) de confiture artisanalement confectionnée. La remise des prix se fera vers la fin de la journée , à 17 heure s 30.

Et puisque tout finit ( et commence) par des chansons, c’est le célébrissime duo «  Al Chemist » qui donnera un concert gratuit et qui fera chanter et swinguer les passants..

Donc, le rendez-vous est pris pour célébrer la figue et les figuiers qui règnent sur les terres du pays catalan et passer une agréable journée, en espérant que l’été indien soit au rendez-vous.

12/04/2012

Des chars, des masques et des géants dans les rues d'Espira

espira, espiranencs, espace jean teulière, esc-bac-asp, r'espira, associations, cavalcade

Les chars ont investi (pacifiquement) les rues du village, ce dimanche d’entrée du printemps, pour un joyeux tour de ville, en rythmes, costumes et cotillons.

R’Espira, l’association citoyenne au dynamisme inoxydable, a donc, une fois de plus, tenu sa gageure : peupler les rues du village d’une foule en liesse, masquée, déguisée, se déhanchant au rythme de toutes les musiques, et accompagnant des chars « autochtones », fabriqués  à la main par les bénévoles des associations espiranenques.

Il y a donc eu des indiens venus tout droit des rives d’Ovalie, des schtroumfs et des schtroumfettes à l’accent catalan , des personnages sortis tout animés des bandes dessinées de toutes les enfances, et toutes sortes de tribus hautes en couleur, en ce dimanche d’équinoxe de printemps. Toute cette joyeuse smala a transformé, le temps d’un après-midi, les rues du village en gigantesque, mouvante et serpentine piste de danse.

C’est l’ingéniosité plus que la finance, la bonne volonté plus que le professionnalisme, et la bonne humeur plus que l’austère et morose discipline qui ont régné en cet après-midi de réjouissance .

Ainsi, grâce à cette troisième édition de sa cavalcade, R’Espira pérennise l’événement, en fait une fête incontournable dans le calendrier ludique du village, et célèbre avec la population  l’arrivée du printemps.

Et on fait d’ores et déjà confiance à R’Espira pour sa deuxième grande manifestation annuelle, la fête de la musique, au solstice d’été

espira, espiranencs, espace jean teulière, esc-bac-asp, r'espira, associations, cavalcade

06/03/2012

Décousons, tissons, défilons

décousettes tissons.jpg

Le proche printemps annonce le renouveau de la création. Et trois associations qui ont l’habitude d’œuvrer ensemble se joignent à nouveau pour une manifestation festive et créative qui prend ses quartiers à Espira à cette époque. En effet, le club des aînés «  Al Raparou » et l’atelier des décousettes espiranenques, dont l’Indépendant a déjà parlé plusieurs fois, ont proposé à l’association perpignanaise « Tissons la création 66 » de revenir au village pour présenter ses créations et proposer un défilé de mode très prisé. C’est le mercredi 7 mars, à partir de 15 heures, à la salle Joan Cayrol. Les espiranenques – et même les espiranencs- pourront y découvrir les étonnantes merveilles que les créatrices de Tissons la création élaborent à partir du matériau fourni  par les décousettes qui reçoivent vêtements anciens qu’on leur donne pour les découdre et les « démonter » avant de les confier à Tissons la création.

L’entrée est évidemment libre et gratuite, et les portes seront ouvertes à partir de 14 heures , puisque la boutique mobile de l’association sera mise à la disposition des amatrices dès cette heure là : on pourra y réserver les créations présentées et s’offrir à petits prix des petits chefs d’œuvre d’inventivité, de grâce et de goût. Et c’est sur la Rive Droite. De l’Agly, bien sûr.

29/01/2012

Voeux du maire: entre crise et espérance

C’est l’un des rendez-vous les plus courus de la commune et une soirée très prisée des espiranencs : les vœux du maire, dans le cours du mois de janvier. Les représentants des associations du village et des corps constitués se sont donc pressés, vendredi dernier,  à la salle Joan Cayrol, épicentre d’Espira, où les ont accueillis, à l’entrée, le maire, Gérard Bile, en compagnie de son épouse Adeline, pour remettre à chacun l’agenda 2012 aux couleurs du village.

La salle, décorée avec le goût qu’on lui connaît, par Lucie Torrès, avait un petit air de maison  de Cendrillon, profondément évocateur en ces temps de crise, de visions catastrophiques ou merveilleuses  et de promesses d’avenir radieux. Quand celle-ci a été bien remplie, Gérard Bile, entouré de son conseil municipal, accompagné de Jacques Raynaud, maire de Vingrau, commune voisine, et flanqué, comme deux gardes du corps bienveillants et vigilants, du président de la communauté d’agglomération PMCA, Jean-Paul Alduy, et du conseiller général du canton, Jean-Jacques Lopez, qui est aussi maire de Salses, autre commune voisine, a souhaité d’abord la bienvenue aux présents, avant d’évoquer sur le ton de la gravité, la situation nationale et internationale.

Il a ensuite établi le bilan des nombreuses actions de la municipalité au cours de l’année écoulée. C’est ainsi qu’ ont été inaugurées la nouvelle bibliothèque, la salle des archives communales, et la nouvelle cantine scolaire proche de l’école Jean Alio. Des places et des rues du village ont été réaménagées et réhabilitées ainsi que plusieurs chemins ruraux. Des travaux demandés avec insistance par le club de rugby ont été effectués au vieux stade, le « temple », tant dans les vestiaires que pour la pelouse, à la grande satisfaction de l’ESC-BAC-ASP viscéralement attaché à cet endroit mythique. Sept immeubles vétustes ont été achetés, certains ont été démolis et d’autres sont en cours de démolition, pour améliorer le cadre de vie, aérer le vieux village, faciliter la circulation automobile qui est devenu un phénomène inévitable aujourd’hui, et proposer plus de places de stationnement à un parc automobile en constante et quasi-exponentielle augmentation. Comme le village est aussi une communauté qui lie les morts et les vivants, le cimetière a lui aussi connu des travaux, et, signe des temps, un cinérarium a été édifié pour accueillir les urnes funéraires. Enfin le hameau de Montpins est désormais alimenté en eau potable par son raccordement au réseau du village. A ces travaux qui s’inscrivent dans la programme de la municipalité, s’ajoutent les aléas de la vie quotidienne : le maire a ainsi rappelé l’accident majeur de l’année écoulée, l’incendie de la garrigue qui a ravagé plusieurs centaines d’hectares sur les hauteurs de Montpins, et qui a été jugulé après une longue journée d’efforts et l’intervention de 300 hommes au sol et de multiples rotations des avions et hélicoptères bombardiers d’eau.

Après ce bilan, est venu le temps des projets, celui de l’espérance et de la confiance dans l’avenir.

Ainsi, cette année, se poursuivent la mise en discrétion des réseaux électriques et téléphoniques, la réfection d’autres rues du village, cependant que sera prolongée  l’avenue du Clot d’En Cante, au Sud du cimetière, pour permettre, à terme, la réalisation des ateliers municipaux. Des travaux dans les écoles, qui sont l’une des priorités de la commune, seront lancés, pour rénover, embellir et sécuriser. Enfin, se profile le grand projet infra-structurel de l’année, avec la réalisation du rond-point du cimetière qui va sécuriser la circulation au carrefour de  voies où celle-ci est très dense.

D’autres projets sont aussi dans les dossiers et devraient voir leur initialisation en cours d’année, autour de la route de Bayonne et de l’ancienne cave coopérative vinicole. Et tous ces travaux doivent s’effectuer sans augmentation de la part communale des impôts locaux ni emprunts.

Vint alors le temps des récompenses, grand moment de convivialité et de ferveur : Gérard Bille appela d’abord M. Delfau et sa fille, les propriétaires de l’usine de la Provençale, à l’Ouest du village, qui ont été les précurseurs en matière d’industrialisation., pour les remercier et leur remettre un superbe cadeau. En répons,e M.Delfau disait combien le choix de s’installer sur la commune il y a quelques décennies avait été judicieux, avait permis à de nombreux espiranencs de trouver un emploi stable à proximité, et conclut en rendant hommage à l’un des prédécesseurs de Gérard Bile à la tête de la commune, Jean Teulière, qui l’avait convaincu de venir s’installer au village.

Copie de 036.JPG

Cela a été ensuite le tour de  Christian Respaut, l’ancien policier municipal, qui a reçu la médaille de la ville des mains du premier adjoint, Antoine Sanchez. Puis l’un des doyens du village, Sébastien Monier, pilier du foyer du troisième âge « Al Raparou », a été honoré pour son activité durant des décennies, en particulier pour son savoir-faire inégalable en matière de sonorisation lorsqu’on faisait encore des rifles dans le village et qu’il fallait relier les cafés du village à la salle Joan Cayrol et au foyer du Raparou pour que tout le monde puisse participer et entendre la voix du nommeur.

Après cet exposé exhaustif et passionné, Gérard Bile a invité les villageois à participer à l’activité communale et à garder confiance et espérance malgré la crise durable qui affecte l’Europe, attaque la nation et éprouve la population. Il a présenté  pour finir ses vœux et ceux de toute sa municipalité et a renouvelé l’engagement de celle-ci de toujours se tenir au plus prêt des préoccupations des citoyens.

C’est le président de l’agglo, Jean-Paul Alduy, qui a pris ensuite la parole, pour exposer, dans un discours brillant et enflammé, l’ambition et l’action de l’Archipel, cette « agglo » qui rassemble maintenant 36 communes qui doivent travaillent en synergie, sinon en harmonie, quelles que soient les différences de sensibilités politiques. Et c’est le conseiller général qui conclut le temps des discours par une brève et chaleureuse allocution pour ne pas faire attendre plus longtemps le public : il a remercié d’abord les espiranencs de l’avoir reconduit dans sa fonction élective, souligné les liens d’amitié nombreux qu’il avait tissés à Espira, et  a redit qu’il accompagnerait tant qu’il le pourrait l’action de la commune.

Ces discours ayant certainement donnée soif et faim, il ne restait plus aux élus qu’à revêtir le tablier et servir tous les convives qui se sont alors réunis autour d’un buffet sans ostentation ni excès, mais qui  a régalé tout le monde et a permis de prolonger cette soirée jusqu’aux premières heures du lendemain.

( en photo, les élus en tablier, prêts à servir les citoyens présents)

28/01/2012

Quête pour les lépreux

Raoul Follereau b.jpg

Si la lèpre est un fléau éradiqué en France et en Europe, elle continue à sévir de manière épidémique, en particulier en Afrique,  en Asie ou en Amérique du Sud  .

Depuis plus d’un demi-siècle , la fondation Raoul Follereau consacre toute son énergie à la lutte contre la lèpre : elle a ainsi créé la journée mondiale des lépreux, qui a été célébrée pour la première fois le dernier dimanche de janvier 1954, avec deux objectifs : d’abord obtenir que les malades de la lèpre soient soignés et traités comme tous les autres malades, en respectant leur liberté et leur dignité d’homme et ensuite, suivant l’expression de Follereau, « guérir les bien-portants » de la peur absurde et parfois criminelle qu’ils ont de cette maladie et de ceux qui en sont atteints. Cette journée et aussi l’occasion pour les associations de mobiliser les populations pour obtenir des dons lors de quêtes, qui ont toujours lieu le dernier samedi et le dernier dimanche de janvier.

C’est donc samedi prochain 28 et dimanche prochain 29 que les bénévoles de la fondation solliciteront les citoyens dans les rues du village. Nul doute qu’il leur sera fait bonne figue et bon accueil, et que la générosité des villageois une fois de plus, aura fait son office.