04/10/2013

Les rebonds de l'ESC BAC ASP

rugby poteaux.jpg

On l’a déjà dit, c’est la rentrée, en Ovalie comme partout ailleurs. Et après les seniors, ce sont les tout-petits, les « minots » de l’Agly,  qui ont effectué la leur, crampons flambant neuf, et « samaretta » immaculée, au stade Serge Torreilles, à Baixas le mardi 10 septembre, sur le coup de 6 heures de l’après-midi. Mais que les retardataires ne s’affolent pas, tous les mardis, on retrouvera l’école de rugby au même endroit et à la même heure, et l’ombre bienveillante du grand Serge veillera sur ces jeunes pousses. Donc, tous les enfants qui veulent pratiquer le rugby, ce sport où la main est le prolongement du cerveau, seront accueillis avec joie, attention  et toute la convivialité requise, jointe à la plus grande compétence, par l’équipe de Christophe Avila, le coordinateur charismatique de tout ce petit monde. Et leurs parents ne seront pas en reste, ils seront les bienvenus pour quelque tâche que ce soit.

Mais toute médaille a son revers : cette année, par défaut d’encadrement, la section féminine du club des Avens, pourtant toute auréolée de son titre de championne de France, se mettra en sommeil. Souhaitons que ce sommeil ne dure pas, comme pour la Belle au bois dormant, cent ans, mais une seule et courte petite saison !

Enfin, si le championnat des grands a commencé le dimanche 15 septembre – de nombreux matchs snt déjà été reportés, vendanges, champignons, et mutations obligent !-, les jeunes et sémillants dirigeants de l’entente , eux, ne chôment pas et jouent un match permanent autrement plus difficile, la recherche sans cesse renouvelée de nouveaux partenaires du club d’une part, qui apporteraient des réserves d’oxygène appréciées, mais aussi de dirigeants bénévoles pour soulager la tâche de ceux qui s’échinent déjà depuis plusieurs saisons, en dépit de leur jeune âge.

L’appel est lancé, et pour toutes les bonnes volontés, qui veulent aider, cuisiner, désaltérer, entraîner, discuter, soigner, écouter, consoler, faire quelque chose, quoi !, elles dirigent leurs pas vers le « Temple », le vieux et légendaire stade espiranenc de la rue Thiers, le mercredi ou le vendredi à partir de 19 heures 30 : elles pourront y rencontrer des gens d’excellente compagnie, trinquer ensemble, proposer leurs bons services, et refaire le monde, celui du rugby et tout le reste.