17/09/2013

Les rebonds de l'ESC-BAC-ASP

rugby.jpg

On l’a déjà dit, c’est la rentrée, en Ovalie comme partout ailleurs. Et après les seniors, ce sont les tout-petits, les « minots » de l’Agly,  qui ont effectué la leur, crampons flambant neuf, et « samaretta » immaculée, au stade Serge Torreilles, à Baixas ce mardi 10 septembre, sur le coup de 6 heures de l’après-midi. Mais que les retardataires ne s’affolent pas, tous les mardis, on retrouvera l’école de rugby au même endroit et à la même heure, et l’ombre bienveillante du grand Serge veillera sur ces jeunes pousses. Donc, tous les enfants qui veulent pratiquer le rugby, ce sport où la main est le prolongement du cerveau, seront accueillis avec joie, attention  et toute la convivialité requise, jointe à la plus grande compétence, par l’équipe de Christophe Avila, le coordinateur charismatique de tout ce petit monde. Et leurs parents ne seront pas en reste, ils seront les bienvenus pour quelque tâche que ce soit.

Mais toute médaille a son revers : cette année, par défaut d’encadrement, la section féminine du club des Avens, pourtant toute auréolée de son titre de championne de France, se mettra en sommeil. Souhaitons que ce sommeil ne dure pas, comme pour la Belle au bois dormant, cent ans, mais une seule et courte petite saison !

Enfin, si le championnat des grands commence (en principe) le dimanche 15 septembre – de nombreux matchs sont déjà reportés, vendanges, champignons, et mutations obligent !-, les jeunes et sémillants dirigeants de l’entente , eux, ne chôment pas et jouent un match permanent autrement plus difficile, la recherche sans cesse renouvelée de nouveaux partenaires du club d’une part, qui apporteraient des réserves d’oxygène appréciées, mais aussi de dirigeants bénévoles pour soulager la tâche de ceux qui s’échinent déjà depuis plusieurs saisons, en dépit de leur jeune âge.

L’appel est lancé, et pour toutes les bonnes volontés, qui veulent aider, cuisiner, désaltérer, entraîner, discuter, soigner, écouter, consoler, faire quelque chose, quoi !, elles dirigent leurs pas vers le « Temple », le vieux et légendaire stade espiranenc de la rue Thiers, le mercredi ou le vendredi à partir de 19 heures 30 : elles pourront y rencontrer des gens d’excellente compagnie, trinquer ensemble, proposer leurs bons services, et refaire le monde, celui du rugby et tout le reste.

17/12/2012

Une maison accueillante

 

AG MJC 2012.jpg

L’un des grands moments d’une association, c’est son assemblée générale.

Cet incontournable rendez-vous permet à tous les adhérents de se retrouver, d’entendre le compte-rendu de leurs activités, les bilans et surtout les perspectives et projets qui s’ouvrent à eux.

L’assemblée générale de la Maison des jeunes et de la culture espiranenque n’a pas dérogé à la tradition, et c’est une jeune maison, mais bien solide sur ses fondations et en plein essor qui a accueilli ses adhérents pour son assemblée générale annuelle.

Comme cela va de soi, c’est à la salle des jeunes que s’est tenue cette assemblée générale de la Maison des jeunes et de la culture d’Espira.

Et comme on est jeune, selon Tintin, de 7 à 77 ans, puisque la jeunesse est avant tout un état d’esprit, même si parfois les jambes ont un peu de mal à suivre, tous les âges s’étaient réunis pour ce moment essentiel dans la vie d’une association. Après un rapport moral marqué par l’optimisme présenté par le président Jean-Pierre Labruyère, et le comte rendu d’activités déroulé par Nicolas Alves, l’animateur ô combien disponible et compétent de la MJC, le maire, Gérard Bile, est intervenu pour exprimer sa satisfaction  et dire l’importance de la MJC pour le village, ses actions tous azimuts en direction des personnes de tous âges, et sa forte contribution à la consolidation du lien social dans le village.

Pour répondre au président Labruyère qui avait un peu regretté que les présents ne soient pas plus nombreux, le maire soulignait que c’était le problème récurent de toutes les assemblées générales et que cela n’était guère significatif, puisque ce qui comptait c’était le nombre d’adhérents, la pluriactivité de l’association et la nombreuse participation des citoyens espiranencs aux activités proposées par la MJC. C’est donc essentiellement autour de trois pôles que cette activité se développe, les cours de plongée sous-marine qui rencontrent un succès croissant, les sorties de ski à un coût défiant toute concurrence et enfin les cours d’informatique qui sont tellement appréciés que les locaux en deviennent exigus et les postes en nombre insuffisant. La MJC compte ainsi une soixantaine d’adhérents, qui payent une cotisation annuelle variant de  16 à 30 euros, ce qui est presque dérisoire,  et la commune va l’aider à se développer par la fourniture de matériel neuf et plus efficient, puisque , on le sait bien, l’obsolescence rapide est l’un des maux des objets modernes, et enge particulier du matériel informatique.

Après le temps des bilans est venu celui des projets, qui se développent autour du loisir et de la formation, en particulier avec le renouvellement des sorties « ski » et « plongée », toujours aussi bon marché, le développement des cours d’informatique, des projets concernant l’escalade et le rafting, d’autres visant à proposer l’apprentissage des langues, en particulier l’anglais, même si certains ont pu regretter que le catalan, à l’heure où la Catalogne joue son avenir, ne soit pas encore proposée.

Et comme lors de toute AG, c’est autour d’un buffet artisanal mais appréciable, préparé par le président et son bureau, que s’est continuée cette AG porteuse d’espérance et d’enthousiasme.

23/05/2012

L'appel des donneurs de sang

don-du-sang.jpg

L’établissement français du sang revient à Espira pour une collecte de sang et de plasma, le 24 mai, de 16 heures à 20 heures. C’est comme d’habitude à la salle Joan Cayrol, dans une ambiance chaleureuse et conviviale que s’effectue la petite et bénigne opération.

Comme toujours, l’amicale espiranenque des donneurs de sang bénévoles fait appel à tous les citoyens et citoyennes de 18 à 70 ans pour venir donner un peu de son temps et de son sang. Les besoins sont immenses et incessants, et ce petit acte de générosité citoyenne peut sauver de vies.

Et si en plus les donneurs, anciens et nouveaux, veulent rejoindre l’amicale,  toutes les bonnes volontés seront les bienvenues : ici aussi le besoin est pressant et permanent.

27/03/2012

Pilule et André au pays des enfants

018.JPG

La salle Joan Cayrol a ressemblé à une grande cour de récréation, l’espace d’un après-midi dominical,  pour la venue de Pilule et André, les saltimbanques préférés des enfants de Catalogne-Nord ( et d’ailleurs), qui répondaient à l’appel de l’amicale des donneurs de sang bénévoles d’Espira pour animer une matinée festive sous le signe du carnaval. Et il ne fallait pas arriver en retard pour profiter du spectacle et participer à la fête. Bien avant le lever de rideau, ils étaient nombreux, des tout-petits aux plus grands, pirates, princesses, indiens, danseuses, super-héros, à se presser au pied de l’estrade, pour se trouver  au plus près des artistes.

011.JPG

Les enfants ont adhéré totalement à l’histoire du joyeux petit clown aux mille maladresses qui sont autant de casse-tête pour le chanteur-magicien en peine de  rétablir d’instables situations. Et lorsque Pilule veut devenir « magiceuse » pour « épatater » tout le monde en utilisant de curieux stratagèmes avec un langage pas très académique, la comédie et le jeu s’installent pour déclencher les rires. Puis, les facéties de la marionnette sa Majesté le « Prince Maharadja » et sa danse orientale accourent pour accentuer le comique des situations. Et le spectacle s’agrémente d’un tour du monde en chansons qui offre aux enfants une gestuelle appropriée, avant de revenir en terre Catalane avec le « petit train » de Pilule et André.

012.JPG

Et les parents n’étaient pas les moins dissipés, n’étant pas en reste pour participer et applaudir aux facéties des clowns, aux mimiques des comédiens, à la poésie ludique qui inspirait le spectacle, reprenant en chœur les «  je savais pas… » ou les «  Et pourquoi ? » qui rythmaient des sketchs connus par cœur, avant de chanter et mimer ensemble le « hit » fédérateur de la petite troupe, « Joan Petit ».

020.JPG

L’amicale des donneurs de sang, qui veillait à tout, a pu alors distribuer à chacun goûter, friandises, bonbons et rafraîchissements, dans un brouhaha carnavalesque et entraînant qui a mis un point d’orgue à ce bel après-midi.

023.JPG

021.JPG

10/03/2012

Tous au "pestacle"!

PIL ET AND PORTRAIT.jpg

Ça va être l’événement festif et ludique de cette avant-saison 2012 : les incontournables baladins de Catalogne-Nord, Pilule et André de Véra, qui enchantent depuis déjà longtemps, des ribambelles d pitchouns , seront à Espira pour fêter le carnaval avec les enfants du village., et les parents qui voudront se joindre à la fête seront bien sûr les bienvenus. Et on peut venir déguisés !

            Tout l’après-midi du dimanche 11 mars, donc, la joyeuse troupe va proposer un « pestacle » pour enfants endiablé, avec chansons, danses, tours de magie, marionnettes, ventriloquies et clowneries, et entraînera dans le tourbillon enfants et parents, petits et grands.

            Au spectacle comique, s’ajoute un tour du monde en chansons de toutes les couleurs et de tous les tons, avec au final un retour en terre catalane pour chanter et mimer en chœur l’indémodable succès «  En Joan petit ».

                        Et au delà du divertissement et de l’ « entertainment » comme on dit à Hollywood, c’est aussi un spectacle éducatif et interactif qui est proposé aux pitchouns mais qui est aussi recommandé sans réserve aux papas et aux mamans, et aux papis et aux mamies.

C’est le dimanche 11 mars à partir de 15 heures 30, à la salle Joan Cayrol – et notre poète en connaissait un rayon en catalanades !- et c’est organisé par l’amicale des donneurs de sang bénévoles d’Espira, qui offriront le goûter à tous les enfants présents, pour une modique participation de 2 euros.

Sur les cahiers de texte, le rendez-vous est noté 

27/11/2011

Téléthon 2011: premiers préparatifs

téléthon 2011 1.jpg

Si les infatigables Pierre Cuillé et Marcel Loubat, qui coordonnent depuis des années à Espira toutes les animations du Téléthon restent toujours actifs, ils ont souhaité passer le relais à la troupe artistique « Arc en Ciel ». Sa présidente, Dany Goizé, entourée de toute son équipe, a accepté d’enthousiasme de reprendre le flambeau, et malgré des délais réduits a commencé à élaborer un programme., qui reste incomplet.

Mais d’ores et déjà on peut dire que ça commence le mardi 29 Novembre, par la  rifle du troisième âge, à la salle Joan Cayrol,. On continue le samedi 3 décembre, avec un marché de Noël, toute la journée : l’association «  Tout en soie » et l’atelier de patchwork serviront le petit-déjeuner dès 8 heures à la salle Joan Cayrol et tiendront la buvette du matin au soir sans discontinuer., tandis que les Ass’Xurits se chargeront des gros travaux en proposant le lavage des voitures au Chemin d’Estagel. Le tirage de la tombola aura lieu à 18 heurs ce même jour.

Le dimanche après-midi, à 16 heures, la troupe « Arc en ciel »présentera son spectacle. Enfin le traditionnel concours de belote a lieu le mardi 7 décembre, en soirée, au café «  Le Talon ».

D’autres animations sont prévues et une réunion pour finaliser le programme est fixée au lundi 28 novembre, à 18 heures 30, à la salle Joan Cayrol. Toutes les associations, tous les citoyens, tous les bénévoles qui souhaitent participer à cette grande cause nationale et humanitaire et apporter à la fois idées, contributions et aide sont conviés, espérés et attendus et leur présence sera appréciée.

20/10/2011

Les enfants ne sont pas invisibles

gilet_securite_enfant_jaune_sangle.jpgChaque année, chaque jour de l’année même, des enfants sont les victimes innocentes d’accidents de la route, sur le chemin de l’école. Une association, « Victimes et Citoyens », s’est constituée pour  lutter contre cet insupportable fléau, et intervient dans les écoles pour informer, prévenir, éduquer. Son combat quotidien consiste à tâcher de faire diminuer l’accidentologie des enfants, plus particulièrement les enfants entre 3 et 11 ans, qui sont plus vulnérables que les autres aux risques et aux accidents, en raison de leur  moindre visibilité sur la route, d’une moindre appréhension des risques, de la vitesse, de la distance, de la direction, de la dimension même des véhicules.

Il convient alors de les éduquer, de les prémunir, de leur apporter non seulement une formation mais aussi des moyens techniques et matériels pour les rendre plus visibles et mieux avertis. L’association intervient ainsi, par l’intermédiaire de ses bénévoles formés, et avec l’accord de la commune et de l’équipe pédagogique, à l’intérieur des écoles,  pour  sensibiliser les enfants aux dangers de la route et notamment les persuader, les convaincre même de  la nécessité d’être vus la nuit lorsqu’ ils sont à pied ou en vélo, et de sacrifier la mode à la sécurité.

A ce but primordial, s’ajoutent d’autres objectifs non moins importants : développer la responsabilité, la protection de soi et des autres , contribuer à apporter une autonomie dans les déplacements en fonction du développement de l'enfant. Les bénévoles de l’association distribuent ainsi dans des écoles maternelles et primaires des accessoires  ( brassards, bandes) rétro-réfléchissants aux enfants et  les sensibilisent à leur port. De plus les enfants reçoivent une  plaquette d’information à remettre aux parents, dans laquelle ceux-ci trouveront  des conseils de prévention routière adaptés aux enfants ( tenue vestimentaire, les règles du piéton ..).

A Espira, c’est Luc Hernandez, formé depuis longtemps aux graves dangers de la route, qui interviendra aux trois écoles du village, le vendredi 21 octobre. Il sera dès 9 heures à l’école maternelle publique des Lauriers Roses, se rendra ensuite, à 10 heures 30, à l’école privée du Sacré Cœur, et l’après-midi, se rendra à partir de 14 heures à l’école Jean Alio. Là, il distribuera dans les classes  le matériel de sécurité et la plaquette d’information et sensibilisera les enfants aux dangers qu’ils encourent sur le chemin de l’école. Et comme cela se fait de façon ludique, et que l’ami Luc sait s’adresser aux enfants, attirer leur attention et emporter leur adhésion par un regard et une parole complices, il n’est pas vain de croire que de telles séances de formation et d’information seront utiles, et même vitales.