05/05/2013

Une commune informée en vaut deux

bulletin maire adjoints 3-13.JPG

Les bulletins municipaux se suivent et ne se ressemblent pas ! Après les deux précédents, consacrés aux écoles et aux associations, le dernier, distribué dans les boîtes aux lettres par les conseillers municipaux eux-mêmes, est consacré tout entier au grand défi du XXIème siècle, le développement durable, la protection de notre environnement et la gestion de déchets.

Il s’agit, à travers cet outil d’information citoyen, de rappeler aux les résidants d’Espira que, comme le dit Julien Green, nous ne sommes que des passagers sur notre terre, et qu’il convient de la laisser en état de vie à nos enfants. Cet impératif catégorique est devenu celui de la communauté d’agglomération Perpignan Méditerranée et donc celui de la commune,  à travers le projet d’ un « archipel durable ».

On trouve alors dans le bulletin tous les renseignements et toutes les informations nécessaires pour œuvrer ensemble à ce projet, de la présentation des instances et des structures qui se vouent à cette tâche, jusqu’à quelques conseils pratiques et quelques leçons de choses sur l’état actuel de notre territoire, les risques et les mesures mises en place.

Ce bulletin fait ainsi partie d’un dispositif global pour sensibiliser chacun à la nécessité du tri sélectif, à la réduction des déchets et à leur recyclage et à la protection d l’environnement dans le souci d’un développement durable qui préserve l’avenir.

Et pour compléter ce bulletin « collector » avec en couverture une photo panoramique du village, l’un des éléments du quartet sur les saisons du photographe local, Guy-François Banyuls, on peut demander auprès des services communaux, sur simple appel ou simple visite au secrétariat de la mairie, l’agenda «  terre vivante » du jardinier Bio, dont il doit rester encore quelques exemplaires.

Comme c’est le printemps, on ne doute pas que celui-ci soit d’une grande utilité.

21/02/2013

Les cuivres étaient à l'unisson

005.JPG

Un brass band, c’est un orchestre de cuivres ( coniques, même, faudrait il préciser, comme les cornets, le bugle, les saxhorns, les tubas et les euphoniums,  même si les cuivres cylindriques – les trombones- y sont, mieux qu’acceptés, désirés et bien accueillis) accompagnés des percussions.

Mais c’est aussi , et le mot «  brass » l’évoque, un ensemble  où le brassage n’est pas un vain mot, brassage des divers instruments, des musiques certes, mais aussi des générations, des genres  et des fonctions, puisque l’orchestre unit harmonieusement, hommes et femmes, jeunes gens et moins jeunes et surtout élèves et professeurs. Et c’est ce brass band, celui du conservatoire à rayonnement régional de musique , de danse et d’art Perpignan Méditerranée ( CRR) qui est venu proposer aux espiranencs un concert de cuivres à la salle Joan Cayrol, comme il le fait régulièrement dans les communes de l’Agglo pour « irriguer » le territoire de la communauté de l’Archipel..

C’est une façon vivante, participative et généreuse de présenter en quelque sorte les travaux pratiques des élèves, mais aussi d’œuvrer à la construction morale et spirituelle de l’individu « culturel » de demain et, in fine, de créer, comme l’a dit avec humour un des professeurs, du lien social, entre élèves et maîtres, musiciens et auditeurs.

Pendant un peu plus d’une heure, un temps si vite passé qu’on aurait aimé, comme une note bleue infinie, qu’il dure plus longtemps, l’ensemble a régalé les mélomanes présents de musiques de tous horizons et pour tous les goûts, avec une prédominance pour les musiques de films. Et si le « concerto d’Aranjuez » l’a peut-être emporté dans le domaine de l’émotion, la « Soul Bossa » de Quincy Jones a fait swinguer sagement les auditeurs.

Dirigé de baguette de maître par Bernard Langlois, l’ensemble composé des classes de Maurice Benterfa et de Jean-Marie Oriol a donné un grand moment d’émotion et de joie partagée. Ces instants de pure joie mélodique et mélodieuse sont entachés cependant d’un regret persistant : ne pas avoir été plus nombreux à participer et à partager ces moments privilégiés. On sait bien que les artistes sont convaincus qu’ils s’adressent d’abord aux « happy few », mais n’aiment rien tant que jouer devant une foule dense et ne désespèrent pas d’agrandir sans cesse le cercle  de leur public pour être  à l’unisson avec le plus grand nombre.

007.JPG

01/02/2013

Une soirée de voeux

026.JPG

C’est à l’entrée de la salle Joan Cayrol que le maire d’Espira, Gérard Bile accueillait ses invités à la soirée de présentation des vœux aux associations, services et corps constitués. Son épouse, Adeline, était à ses côtés et donnait à chaque arrivant l’agenda de l’année aux couleurs d’Espira, plein de tous ces petits et précieux renseignements pratiques sur le village que l’on aime toujours avoir à portée de la main.

028.JPG

Après le traditionnel quart d’heure (un peu allongé) catalan, le maire , entouré de son conseil municipal, rejoignait la tribune. Il y recevait plusieurs élus des communes voisines ( le maire de Cases de Pène, Théo Martinez, et son adjointe, l’adjoint au maire de Baixas, deux adjointes de Tautavel, un adjoint au maire d’Estagel, et enfin, Jacques Raynaud, maire de Vingrau, représentant Jean-Paul Alduy, président de la communauté d’agglomération PMCA et Jean-Jacques Lopez, maire de Salses et conseiller général ) avant de sacrifier au traditionnel discours de vœux.

029.JPG

Il avait tout d’abord une pensée pour tous les espiranencs dans la souffrance et le deuil et  pour celles et ceux qui nous avaient quittés au cours de l’année. Il évoquait ensuite l’année passée et son lot de difficultés et d’incertitudes dans le monde, mais aussi les rapides changements que l’on devrait connaître dans un proche avenir.

030.JPG

Ces changements, indiquait-il, sont aussi institutionnels et concernent le mode d’élection. Désormais à Espira, on votera pour une liste entière, sans possibilité de panachage et les citoyens devront savoir que rayer un seul nom sur une liste reviendra à annuler de fait toute la liste : une nouvelle habitude à prendre et un rappel qu’il faudra sûrement répéter.

031.JPG

Puis il rappelait les grandes réalisations communales de l’année 2012, avec en figure de proue le magnifique rond-point du cimetière, qui joint efficacité, sécurité et beauté, mais aussi, entre autres, la continuation de la mise en discrétion des réseaux électriques et de télécommunications, l’aménagement de plusieurs petits parkings pour aérer les rues du village et faciliter le stationnent de véhicules de plus en plus nombreux.

035.JPG

Le maire abordait ensuite les projets pour l’année qui commence, dont les plus importants sont  le désenclavement du quartier du Camp d’en Roque, par la création d’une nouvelle rue, l’acquisition d’une grande grange vouée à la démolition pour désenclaver deux impasses et créer ainsi à la fois un espace piétonnier et un nouveau parking, sans oublier bien sûr les voiries rurales et urbaines, l’arrivée prochaine et tant attendue de l’ADSL pour tout le village.

Mais la priorité, ajoutait-il, était donné à l’emploi et à l’économie : la réouverture prochaine de la maison de retraite, rénovée, modernisée et considérablement agrandie,  la consolidation et l’extension de la petite zone industrielle qui va de Mirandes au pic Carbonnell, avec l’arrivée espérée et attendue de nouvelles entreprises à la fois créatrices d’emploi et de richesse et vouées au développement durable sont des axes forts de ce petit « pacte de compétitivité » à l’échelle du village .

Pour ne point alourdir le propos, Gérard Bile confiait à ses hôtes qu’ils trouveraient de plus amples détails dans le bulletin spécial distribué à cette occasion.

Il lui restait donc à présenter ses voeux, sous le triple signe de la confiance, de l’espérance et de la bienveillance.

Jacques Raynaud lui succédait, pour porter à la population les vœux du président Alduy, avant de céder la parole au conseiller général qui présentait ses vœux et évoquait rapidement le changement de mode d’élection des conseillers généraux.

038.JPG

Il était alors temps de récompenser, comme il en est bonne coutume, deux citoyens méritants : en l’occurrence, il s’est agi de deux citoyennes, deux femmes de lettres, comme le soulignait avec humour le maire, les deux factrices, Mmes Auzias et Sanchez, qui distribuent le courrier par vents et marées.

037.JPG

Et ainsi mis en appétit, les invités étaient alors invités à se rapprocher de la table préparée  avec son goût habituel par Lucie Torrès, et à se régaler d’un buffet qui n’était pas somptuaire mais n’en était pas moins somptueux.

042.JPG

041.JPG

06/01/2013

Le Père Noël a conduit le bus

 

004.JPG

Parce que tous les enfants ont droit à fêter Noël et à recevoir un cadeau du petit bonhomme au capuchon pointu, le Père Noël a pris, juste avant les fêtes,  le volant du bus de l’agglo et l’a conduit jusqu’à Espira. Là,  il a fait halte d’abord à l ‘espace Jean Teulière, devant l’école des Lauriers roses, et ensuite à la place des autobus, devant l’école Jean Alio, pour recevoir jouets, offrandes et cadeaux que les enfants d’Espira et leurs familles donnaient pour charger la hotte du Père Noël qui les distribuerait aux enfants démunis.

Mais toujours aussi mystérieux, le bonhomme s’est caché derrière son volant et a laissé ses deux charmantes ambassadrices, Anita et Nathalie, envoyées de la communauté d’agglomération Perpignan Méditerranée, recevoir les dons, en compagnie de Christiane Monier, adjointe au maire.

Puis, la hotte bien pleine et les soutes du bus bien remplies, il a repris les guides, ou plutôt le  volant, et s’est « envolé » vers d’autres villages de  l’Archipel pour continuer sa récolte.

16/12/2012

Gare aux insectes et aux rongeurs!

 

dératisation.jpg

 

C’est un peu comme une petite guerre villageoise renouvelée : la campagne de dératisation et de désinsectisation des réseaux publics d’eaux usées de la commune sera effectuée à Espira par le prestataire de services de la communauté d’agglomération PMCA du 17 au 19 décembre 2012.

Cette campagne répond à un article, l’article 119, du règlement sanitaire départemental. Cet article oblige entre autres les propriétaires d’immeubles  ou d’établissements privés ainsi que les directeurs d’établissements publics  à prendre toutes les mesures pour éviter l’invasion des rongeurs et à tenir constamment en bon état d’entretien les dispositifs de protection mis en place.

La communauté d’agglo de l’archipel PMCA tient à préciser qu’il ne lui appartient pas d’intervenir à l’extérieur des réseaux publics et dans les parties privatives. Les citoyens, ainsi informés,  sont donc fortement exhortés à effectuer eux-mêmes le traitement de leurs parties privatives.

En outre, si une intervention ponctuelle s’avérant nécessaire est demandée en dehors de la campagne, les citoyens sont invités à se faire connaître des services communaux qui alerteront les services compétents de l’agglo.

Reste à espérer, pour le bien commun, que cette campagne soit victorieuse !

29/11/2012

Un Noël pour tous les enfants

4448416-le-pere-noel-avec-ses-rennes-tirant-un-bus.jpg

L’ opération «  Un Noël pour tous les enfants » se renouvelle cette année. Elle se déroule au sein de toutes les communes de la communauté d’agglomération Perpignan Méditerranée, et donc à Espira, désormais bien ancrée  dans l’agglo de l’Archipel. C’est la compagnie des transports Perpignan Méditerranée qui se charge de la collecte des jouets pour les enfants qui en sont démunis.
A Espira, le bus de Noël fera halte devant l’école maternelle publique «  les lauriers roses », sur l’esplanade de l’espace Jean Teulière, et devant l’annexe de l’école primaire publique «  Jean Alio », place des autobus,  le vendredi 30 novembre au matin.
Tous les enfants du village sont invités à faire don de jouets  en bon état bien sûr, de toute taille, de toute forme , de toute couleur et de tout âge, de la « patrique-patroque » à la console de jeux, qui feront le bonheur d’autres enfants qui, sans cette chaîne d’union, en seraient privés.
Donc, appel à tous les enfants, dont on connaît la naturelle générosité, à leurs papas et à leurs mamans : tous au bus de Noël le vendredi 30 novembre  au matin !

07/10/2012

à propos du ramassage des ordures ménagères

camion poubelle a.jpg

L’expérience entreprise pour neutraliser l'augmentation des coûts du ramassage des ordures ménagères a été un succès dans toutes les communes de la communauté d’agglomération de l’archipel PMCA, qui ont mis en place ce procédé d’optimisation.

En effet, pendant la période hivernale et dans les secteurs pavillonnaires où les rues plus larges qu’aux cœurs de ville s'y prêtaient, les passages ont été réduits de deux à une fois par semaine après réadaptation des bacs là où le besoin s'est fait sentir.

Bien entendu, en période de fortes chaleurs le service est repassé à deux fois par semaine.

La conclusion a été conforme aux prévisions car pour la première année, ce service traditionnellement déficitaire est aujourd'hui équilibré. On peut donc penser que la taxe d'enlèvement des ordures ménagères ne verra pas d'augmentation et cela se ressentira bénéfiquement  sur la feuille d'impôt du contribuable local.

Avec l’arrivée de l’automne et  la baisse des températures, le service, dans les secteurs pavillonnaires, retrouve sa fréquence normale d'un jour par semaine, tous les vendredis, pour la poubelle verte.

En outre, afin de diminuer le volume des nos ordures, comme les déchets verts, et les verres usagés, la municipalité livre gratuitement des composteurs sur simple demande à la mairie, incite au tri sélectif dans les colonnes à verres situées en plusieurs endroits du village, ainsi qu’à I'utilisation maximale de la poubelle jaune.

Enfin, pour tout ce qui ne peut être ramassé par la collecte dans le village, la déchetterie de Rivesaltes est accessible gratuitement aux résidants espiranencs sur simple demande de laisser-passer en mairie.