17/09/2013

Les rebonds de l'ESC-BAC-ASP

rugby.jpg

On l’a déjà dit, c’est la rentrée, en Ovalie comme partout ailleurs. Et après les seniors, ce sont les tout-petits, les « minots » de l’Agly,  qui ont effectué la leur, crampons flambant neuf, et « samaretta » immaculée, au stade Serge Torreilles, à Baixas ce mardi 10 septembre, sur le coup de 6 heures de l’après-midi. Mais que les retardataires ne s’affolent pas, tous les mardis, on retrouvera l’école de rugby au même endroit et à la même heure, et l’ombre bienveillante du grand Serge veillera sur ces jeunes pousses. Donc, tous les enfants qui veulent pratiquer le rugby, ce sport où la main est le prolongement du cerveau, seront accueillis avec joie, attention  et toute la convivialité requise, jointe à la plus grande compétence, par l’équipe de Christophe Avila, le coordinateur charismatique de tout ce petit monde. Et leurs parents ne seront pas en reste, ils seront les bienvenus pour quelque tâche que ce soit.

Mais toute médaille a son revers : cette année, par défaut d’encadrement, la section féminine du club des Avens, pourtant toute auréolée de son titre de championne de France, se mettra en sommeil. Souhaitons que ce sommeil ne dure pas, comme pour la Belle au bois dormant, cent ans, mais une seule et courte petite saison !

Enfin, si le championnat des grands commence (en principe) le dimanche 15 septembre – de nombreux matchs sont déjà reportés, vendanges, champignons, et mutations obligent !-, les jeunes et sémillants dirigeants de l’entente , eux, ne chôment pas et jouent un match permanent autrement plus difficile, la recherche sans cesse renouvelée de nouveaux partenaires du club d’une part, qui apporteraient des réserves d’oxygène appréciées, mais aussi de dirigeants bénévoles pour soulager la tâche de ceux qui s’échinent déjà depuis plusieurs saisons, en dépit de leur jeune âge.

L’appel est lancé, et pour toutes les bonnes volontés, qui veulent aider, cuisiner, désaltérer, entraîner, discuter, soigner, écouter, consoler, faire quelque chose, quoi !, elles dirigent leurs pas vers le « Temple », le vieux et légendaire stade espiranenc de la rue Thiers, le mercredi ou le vendredi à partir de 19 heures 30 : elles pourront y rencontrer des gens d’excellente compagnie, trinquer ensemble, proposer leurs bons services, et refaire le monde, celui du rugby et tout le reste.

01/06/2013

Les jolis rebonds de l'ESC-BAC-ASP

rugby.jpg

Les jeunes filles de moins de 18 ans qui pratiquent le rugby à l’ESC-BAC-ASP sont réunies avec quelques autres consœurs de clubs voisins au sein d’un rassemblement bien nommé « pays catalan ». Après moult péripéties et quelques recours d’adversaires aigris par une défaite pourtant indiscutable sur le terrain, elles se retrouvent en finale du championnat de France de leur catégorie, et sont opposées en finale au club varois de La Valette.

Cela a lieu ce dimanche 2 juin, à 15 heures, au stade de Lunel, en Languedoc.

On croise d’ores et déjà les doigts pour qu’un nouveau bouclier vienne bientôt reflotter sur les eaux de l’Agly et on félicite, quoiqu’il arrive, les « coaches » pour le parcours déjà effectué et qui est à lui seul un beau succès.

Un bus de supporteurs est organisé, qui partira d’Espira à 10 heures dimanche matin. Il en coûtera 10 euros. Il faut bien sûr prévoir le pique-nique. Pour s’inscrire, on appelle le président de l’ESC, Lionel Capa, au 0687086499 .

Les dirigeants, les parents et les joueuses elles-mêmes espèrent et attendent beaucoup de monde autour de cette jeune et joyeuse troupe afin que ces demoiselles d’ovalie  soient accompagnées et soutenues comme leur engagement, leur talent et le dévouement à leur club le méritent.

05/11/2012

Une signature à l'espace muséal

269689a4183e68dbe854658fb45f5131.jpg

Bon sang ne saurait mentir ! Geneviève Barrère-Lhéritier , la sœur de l’écrivain-vigneron bien connu, Henri Lhéritier, à l’œuvre déjà abondante et riche, vient d’écrire et de publier à son tour un bel ouvrage où elle raconte avec art et émotion son enfance en pays catalan.

C’est d’ailleurs le titre du livre, « Une enfance en Pays Catalan », publié aux éditions Talaia, et les espiranencs vont avoir le plaisir et la chance de découvrir cet ouvrage où ils retrouveront leur pays, et même leur village, puisque Geneviève dédicacera son livre le lundi 5 novembre 2012 à partir de 17 heures 30, à l’espace muséal de l’hôtel de ville.

Les espiranencs, et au-delà les riverains de la basse vallée de l’Agly, et tous les amoureux de la belle littérature de terroir,  seront nombreux à se presser pour dévorer des pages où ils se reconnaitront et où il voyageront, grâce à lui, dans des paysages familiers et enchanteurs, sur les bords de l’Agly, dans les vignes et chemins aux alentours du village, autour du Moulin, sur les hauteurs du Crest et encore du côté de la Méditerranée si proche. Et ils repartiront avec une dédicace personnalisée de l’auteur en plus : un petit air d’ «Apostrophes » au village !

23/08/2012

du nouveau dans l'accueil au village

         Le pays catalan n’est pas encore la Côte d’azur, mais la venue de plus en plus fréquente des « people » ( dont notre journal L’indépendant se fait régulièrement l’écho) montre à quel point les Pyrénées Orientales deviennent un lieu de vacances et de résidence de plus en plus apprécié et de plus en plus renommé.

Et pour optimiser cette réputation montante, l’hébergement et sa qualité doivent suivre.

Ainsi, si Espira n’ a pas encore son hôtel Martinez, de plus en plus de gîtes et de chambres d’hôtes offrent aux voyageurs et aux touristes une formule de plus en plus appréciée par sa souplesse, sa convivialité et son coût. Et donc, rue du Pont, un nouveau gîte vient de se constituer au mas Grandiflora dans une ancienne grange du village, complètement et superbement  restaurée, et c’est une famille d’origine anglaise, les Groom ( et cela ne s’invente pas) qui s’est lancée dans l’aventure.

Le gîte, sous le nom de « mas Grandiflora », offre trois logements à la location, un premier appartement qui peut accueillir jusqu’à 10 personnes,  un autre qui peut en recevoir 4 et enfin une charmante petite maisonnette pour un couple désireux de tranquillité dans le charme de la campagne au pied de l’église Sainte Marie, chef d’œuvre incontournable de l’art roman.

Il en a pour tous les prix, cela varie bien sûr en fonction des périodes et des saisons, il y a tout le confort et touts les aménagements désormais nécessaires, de la climatisation à la wifi, on peut faire de bonnes grillades catalanes grâce à un barbecue rustique, et on peut bien sûr barboter dans la piscine.

Pour réserver on s’adresse à Julia et James Groom, en appelant au 04.68.66.77.48 ou on envoie un courriel à cette adresse :

julia@roussillonbreaks.com.

On peut au préalable aller faire un petit surfing sur leur site, en tapant www.roussillonbreaks.com.

Et l’accueil, bien sûr, est déjà, et pour cause, parfaitement bilingue, en attendant d’y ajouter, bientôt, le catalan.

( en photo, la famille Groom devant leur superbe mas)

gîte Groom.jpg

28/04/2012

Les rebonds de l'ESC-BAC-ASP

 

rugby4.jpg

Les tournois de l’école

 

Le challenge Authier auquel participe régulièrement l’école de rugby de Avens touche à sa fin.

Ça ne veut as dire pour autant que l’école est en vacances, puisque arrive maintenant le temps des tournois de printemps. Et l’un des plus anciens et des plus connus est celui de l’entente de la Têt.

 Traditionnellement celui se  déroulait le 1er mai, mais pour des raisons de logistique et de commodité dans les transports, il a été déplacé au dimanche précédent la fête du travail. C’est donc ce dimanche 29 avril que l’école de rugby de l’EC BAC ASP  se rend au bord de la Têt, du côté de Pézilla et Corneilla pour participer à cette grande fête du rugby et de la jeunesse. Et qui sait, peut-être ramènera-telle quelque chose sur les bords de l’Agly ?

 

 En l'honneur de Christian Belascain

 

espira,espiranencs,stade,porte de l'agly,esc-bac-asp,ovalie,pays catalan,pays basque,finale,avens,école de rugby,basque,aviron bayonnais


Le trophée Belascain, ainsi nommé en l'honneur du grand trois-quart centre de l'Aviron Bayonnais, pièce maîtresse de la fameuse ligne arrière basco-landaise de l'équipe de France au début des années 80,  et disparu trop tôt sur ses terres, propose aux jeunes joueurs de moins de 21 ans des clubs de fédérale et de séries  de partciper à une belle et très relevée compétition nationale.

On en est aux quarts de finale, et la FFR a confié au comité du pays catalan l'organsiation de l'un de ces quarts.

C'est demain dimanche à 14 heures, au stade de la Porte de l'Agly, en ouverture de la finale de 1ère série, et ce match opposera les basques de Mouguerre aux savoyards de Montmelian. Pour la petite histoire, on peut noter qu'Espira est à peu près le centre du monde pour les deux équipes, puisque l'une fera un à la fois long et court périple de 977 kms pour venir jouer en Catalogne, tandis que l'autre n'en fera gère que 5 de plus, avec 982 kms au compteur. C'est le rugby: le brassage de la jeunesse et des régions, et peut-être chantera-t-on basque, savoyard et catalan à l'issue du match...

 ( en photo, une superbe attitude de Christian Belascain,un jour où l'Aviron affrontait le grand Béziers...)


Une finale aux portes de l’Agly

 

espira,espiranencs,stade,porte de l'agly,esc-bac-asp,ovalie,pays catalan,pays basque,finale,avens,école de rugby,basque,aviron bayonnais


Non, on ne va pas refaire la finale perdue de haute lutte dimanche passé , face aux valeureux combattants du FLHV.

L’ESC-BAC-ASP, de compétiteur, va se transformer ce même dimanche 29 avril, en organisateur. En effet, le comité du pays catalan lui a confié la tâche et l’honneur de recevoir en son stade de la porte de l’Agly, au bord de la route de Bayonne, la finale du championnat du Pays catalan de 1ère série de séries territoriales, qui oppose PIA XV à Latour- Saint Cyprien.

 L’an dernier, les presque voisins de Pia ont survolé la compétition, et ont emporté le titre suprême de champion de France sans coup férir. Cette année, ils reviennent aussi forts, invaincus, et aussi déterminés. Leurs adversaires de la côte ne viennent pas toutefois en victimes expiatoires, et on peut s’attende  à une belle empoignade. C’est dimanche à 16 heures, au stade de la porte de l’Agly. Toutes les entrées sont payantes, 5 euros, et la recette est entièrement versée aux clubs participants, ceux qui jouent et celui qui organise. Aucune carte d’abonné, de dirigeant ou d’officiel ne donne donc droit à l’entrée du stade.

 Ajoutons que l’arbitre de la finale est l’internationale Cathy Devillers, qui, tout en continuant sa riche carrière de joueuse à Villelongue, a embrassé une carrière d’arbitre qu’elle conduit avec toute la classe qu’on lui connaît.

Donc, si le temps veut bien jouer le jeu, on devrait assister à un bel après-midi ce dimanche, à l’ombre de la Tour del Far, en souhaitant qu’une habituée des lieux, la tramontane,  se fasse un peu discrète, le temps d’un match.

25/04/2012

Le rugby UNSS à Espira

UNSS France benja 28-3-12 a (3).JPG

L’UNSS ( l’union nationale du sport scolaire) a choisi Espira et son stade de la Porte de l’Agly, au confluent de grandes voies de circulation qui irriguent les Pyrénées-Orientales, pour organiser des rencontres départementales de rugby scolaire à XV pour la catégorie « benjamins » ( et « benjamines »), même si le rugby à XV n’est que la dénomination générique puisque les matchs se jouent en effectif réduit, à 7, catégorie d’âge et dimension de terrain obligent.

UNSS France benja 28-3-12 a (2).JPG

Ces rencontres s’étalent sur trois journées, et qualifient pour les finales départementales qui se tiendront le 9 mai, sûrement en ce même lieu de la porte de l’Agly, avec les 8 meilleures équipes masculines et les 4 meilleurs équipes féminines .

UNSS France benja 28-3-12 a (4).JPG

Le premier mercredi, le 28 mars, il y avait donc, sur le pré plus de 240 jeunes gens, composant 19 équipes de garçons et 4 équipe de filles, et ces jeunes gens, venus des trois vallées, représentaient 12 collèges, de la côte à la montagne, de l’est à l’ouest, et du sud au nord, puisqu’on trouvait entre autres des collégiens de Canet et de Bourg Madame, de Céret et de Saint Paul de Fenouilet, plusieurs envoyés des collèges perpignanais, jusqu’aux lointains cousins d’Andorre, et bien sûr les locaux et locales du collège Notre dame des Anges qui avaient le (petit) avantage de jouer chez eux.

UNSS France benja 28-3-12.jpg

Cette belle jeunesse a fait plaisir à voir, dans le plus pur esprit du rugby scolaire. Et le moindre plaisir n’était pas de les voir encadrés, conseillés, chouchoutés par leurs professeurs d’EPS, parmi lesquels certaines grandes figures du rugby catalan, comme Philippe Caritg, entraîneur heureux et joyeux du Céret sportif, Gilles Coronat, entraîneur des cadets de l’USAP, Franck Poncet, directeur de l’école de rugby de l’USAP, Brice Huillet, entraîneur de ‘équipe de fédérale B de l’ES Catalane, sans oublier le régional de l’étape, Sébastien Munoz, professeur au collège Notre Dame des Anges, ancien directeur sportif des Dragons, et entraîneur de la section féminine de l’ESC-BAC-ASP. Ici, ils n’étaient que des professeurs d’EPS comme les autres, soucieux d’abord de la transmission pédagogique, du message  éducatif et du respect des règles éthiques de l’UNSS. La route continue donc , jusqu’au 9 mai pour les finales catalanes : on reviendra voir ces jeunes gens, avenir de l’Ovalie.

UNSS France benja 28-3-12 a (5).JPG

31/03/2012

Les rebonds de l'ESC-BAC-ASP

 

LOGO-ESCBAC.jpg

Les résultats de la semaine passée

 

Le temps des tournois revient avec le printemps : samedi, l’école de rugby a donc participé au tournoi des « amics » où elle a très bien figuré : les poussins sont resté invaincus , les premiers pas s'en sont bien sortis , et les benjamins ont connu s de victoires que de défaites. On attribue une mention particulière aux deux poussins, Théo et Alex qui sont allés avec brio prêter mains fortes aux benjamins.

Les demoiselles , elles, ont connu des fortunes diverses, et si elles ont vaincu l’ogre de la poule, Saint Orens, elles se sont inclinées de justesse contre Narbonne, et plus lourdement contre leur meilleure ennemie, l’USAP féminin : les trois petits villages résistent bien face aux grandes cités !

Quant aux seniors, leur très belle prestation face à l’US Bages-Villeneuve avec une belle victoire bonifiée et un comportement des joueurs enfin accompli les a réconciliés avec leur public et surtout avec eux-mêmes.

Avec le fond de jeu, la confiance revient, et l’équipe est en route vers les demi-finales du championnat du pays catalan.

 

Les rencontres du cap de setmana

Pour l’école de rugby, ce samedi 31 mars, c’est le grand rassemblement annuel de fin de saison, avec le challenge Torcatis, qui comme à l’accoutumé, se déroule à Thuir.

Les juniors, en rassemblement avec l’entente de la Têt, commence une nouvelle compétition, avec le premier match du challenge Languedoc-Roussillon, et se déplace ce samedi 31 mars à Canet pour affronter les juniors de Salanque côte radieuse.

Les seniors, quant à eux, dimanche 1 avril, et ce n’est pas un poisson, vont jouer leur dernier match, de poule contre l’équipe en forme du moment, le Foyer laïque du Haut-Vernet, et iront essayer de ramener un résultat, ne serait-ce que le point de bonus défensif…

Enfin, et surtout, ce samedi 31 mars, le stade de la porte de l’Agly, sur la route de Bayonne, accueille deux grandes demi-finales du championnat Languedoc-Roussillon : à 15 heures, les cadets de Salanque joueront une place en finale contre ceux de l’US Millas ; deux cultures différentes seront sur le pré, et gageons qu’il y aura du spectacle et du suspens.

Juste après, à 16 heurs 30, place à une demi-finale en juniors Balandrade, avec le classique affrontement des meilleures équipes catalanes de la compétition, l’ES Catalane et son rugby de grand large, et l’US Thuir, au jeu très élaboré et très structuré.

Un bel après-midi de rugby s’offre ainsi aux espiranencs, et va permettre à  deux équipes catalanes, en cadets et en juniors, de porter la bannière sang et or en finale, samedi prochain 7 avril, peut-être en Catalogne, peut-être même à Espira – mais cela n’est pas encore assuré- contre des clubs du Languedoc : une question de suprématie régionale, en quelque sorte !