27/09/2013

On va rebattre le carton

 

joueurs_de_cartes__fernando_botero_1988.JPG

Les cartes , c’est un peu comme les feuilles, on les ramasse à l’automne entrant.

Ainsi, les belotaris espiranencs, après une très courte pause estivale, le temps de changer les jeux( balles neuves, comme ils disent à Roland…), retrouvent le chemin de leur cercle préféré, le Raparou, pour reprendre le cycle des tournois de belote, aussi acharnés que conviviaux et gratuits (une obole de 5 euros est demandée pour l’année, ce qui est somme toute insignifiant).

Tous les amateur du noble jeu de la belote, qui a égayé les tavernes et les auberges depuis François Villon, sont donc conviés, tous les premiers mercredis du mois , aux alentours de 20 heures, au Raparou bien nommé, à venir partager les plaisirs du jeu, lors de tournois amicaux où les équipes sont tirées au sort, et où le lot du vainqueur est le sourire de tous et une vigoureuse poignées de mains, avec quelques gourmandises pour se restaurer après les durs efforts fournis.

Comme, en outre, tout le monde met la main à la pâte, et prépare des petits en-cas pour la soirée, tant liquides que solides, on comprendra que la chose est plus dédiée à la rencontre entre amis bons vivants, et contribue à consolider le lien social et augmenter la convivialité villageoise plus qu’à augmenter la fortune des gagnants.

09/09/2013

Alerte, Rapariens!

Le troisième âge, on le sait, est devenu l’âge de la réalisation, où l’on dispose enfin du temps pour s’adonner sans réserve aux activités, aux passions, aux loisirs et aux rencontres riches de tous les possibles  que le temps du travail ne permet pas toujours. Et les seniors, comme on les appelle souvent, partagent avec d’autres seniors, ceux des équipes sportives, dynamisme, esprit d’équipe, camaraderie, volonté d’entreprendre et envies de voyages.

Le troisième âge espiranenc, le foyer « Al Raparou »,  est dans cette ligne, et, comme pour les rugbymen, l’intersaison est très courte, que voilà déjà revenu le temps des activités et des animations multiples.

Donc, la rentrée des Rapariens s'est faite le mardi 3 septembre avec la reprise des rifles « trisemainiales », et le jeudi 5 septembre pour le retour des « après-midi de la semaine ».

Quant au voyage annuel des Rapariens, qui, cette année, les conduira au Nord-Est de la France, dans les mystérieuses, méconnues et envoûtantes Vosges, une réunion avant le départ s'est tenue toujours le jeudi 5 septembre, à 17 heures 30, au quartier général des Rapariens, le bien nommé « Raparou ».

Ainsi, tous les rendez-vous de début de saison sont donnés, et tout le monde est sur la ligne de départ. Le foyer du troisième âge espiranenc est une association non seulement dynamique, active et joyeuse, mais aussi ouverte, sans limite d’âge ni exclusive,  à tous ceux qui peuvent enfin bénéficier d’une retraite où ils pourront s’adonner en toute tranquillité à ce qui leur plaît de faire, et l’accueil y est convivial, sinon confraternel. Il suffit de laisser vos pas vous porter vers son repaire de la place Edmond Jaupart, se rendre aux réunions ou de rencontrer les membres du bureau qui se feront un plaisir de vous accueillir et de vous compter des leurs. Quant à la cotisation annuelle, elle est symbolique, sinon dérisoire : ça ne vaut donc pas la peine de s’en passer.

05/09/2013

Bon appétit, belotaris!

belote 7-2013 003.JPG

On peut adorer la belote, passer des nuits à taper le carton, mais aussi ressentir le besoin de la pause estivale et avoir le goût de petits « rapachous » entre amis. C’est ce que les belotaris d’Espira, qui se donnent rendez-vous tous les premiers mercredis du mois au Raparou pour partager leur passion commune de l’atout et du dix de der, pensent et pratiquent.

Ils viennent donc de se rassembler un soir de cet été  sous les arbres du Raparou, le bien nommé, pour clôturer la saison passée et déjà penser à la saison à venir, en partageant le pain et le sel lors d’une grillade sans apprêt ni cérémonie.

Entre roustes et saucisses, Ils se sont d’ores et déjà donné rendez-vous pour l’ouverture des tapis dès l’automne qui vient, et appellent tous les amateurs de belote à les rejoindre, sans distinction d’âge, de genre ou de goût. Ici l’essentiel, c’est de jouer dans la bonne humeur pour le plaisir du jeu et de la rencontre, en agrémentant le jeu de quelques sustentations apportées par les joueurs et joueuses eux-mêmes.

19/07/2013

Les Rapariens toujours prêts

004.JPG

Ils ont répondu nombreux à l’appel du 18 juin ! Sur l’amicale injonction de « Présidente Pilar », les militants du Foyer du troisième âge «  Al Raparou » ont couru à toutes jambes à la salle Joan Cayrol pour les agapes de fin de saison, qui servent d’AG,  régler leur cotisation, trinquer avec les copains et les copines, accueillir en chansons M. le maire et ses conseillers, puis esquisser quelques pas de danse, éclectiques bien sûr, du quadrille au rock and roll en passant par le tango et le madison.

001.JPG

Après un bel après-midi de convivialité, les Rapariens, plus dynamiques que jamais, se sont donné rendez-vous pour la rentrée où les attend un programme copieux et alléchant, des petits lotos entre amis aux excursions plus ou moins lointaines et plus ou moins aventureuses.

002.JPG

05/06/2013

Ave Madère!

espira, espiranencs, raparou, ave, aveistes, voyages

Le village compte, c’est une richesse, plusieurs associations qui proposent aux espiranencs et à leurs amis et voisins, des voyages au long cours comme à moyen courrier, comme disent les voyagistes.

L’AVE (association des voyages espiranencs) est l’une de ces associations, présidée par Christine Mouche, et animée, en quelque sorte par deux « vieux » routards, Pierre Cuillé et Marcel Loubat.

Cette année, l’AVE ne propose pas moins de deux voyages à ceux qui ont des fourmis dans les jambes. Le second emportera les nouveaux Ulysses au bout de la terre, puisqu’ils partiront en septembre pour un périple de 12 jours en Californie.

Quant au premier, il est moins lointain mais non moins exotique, puisqu’il conduira les Avéistes à l’île enchanteresse de Madère pour une semaine de découverte et de ressourcement. Les voyageurs pour Madère viennent de se réunir au Raparou pour recevoir les dernières consignes, ont reçu leur  carnet de voyage et préparent d’ores et déjà leurs valises pour le départ ce 6 juin. Ils espèrent trouver là-bas soleil et beau temps qui font un peu défaut en Catalogne en cette fin de printemps.

espira, espiranencs, raparou, ave, aveistes, voyages

03/06/2013

Le 8 mai au village

8 mai 2013.JPG

Malgré le long pont de l’Ascension propice à l’escapade, le beau temps enfin installé en Catalogne et la fête du miel qui attirait le monde à l’espace Jean Teulière, c’est un cortège d’une belle cinquantaine de personnes qui s’est rendu au monument aux morts du cimetière pour célébrer la victoire de la France libre et de ses  alliés contre le nazisme, scellée le 8 Mai 1945.

Une gerbe fleurie a été déposée au pied du monument aux morts par deux jeunes filles représentant les écoles du village, entourées du maire Gérard Bile et du président du comité espiranenc du Souvenir français, Joseph Albafouille.

Après une minute de silence respectée par l’assistance recueillie, Joseph Albafouille a chanté a capella le fameux «  Chant des partisans » de Joseph Kessel et Maurice Druon à la gloire de l’armée des ombres qui s’est levée contre l’occupant.

Puis, Monique Dauré, adjointe, a lu le message de Kader Arif, ministre des anciens combattants rendant hommage à la Résistance.

Le cortège est ensuite retourné au cœur du village, pour partager quelques moments de convivialité au Raparou, autour d’un vin d’honneur offert par la commune.

31/03/2013

La FNACA commémore le 19 mars

DSC04003.jpg

Au-delà de toute polémique et dans le respect de la loi de la république, le comité espiranenc de la FNACA a commémoré le 19 mars, qui marque, pour les appelés du contingent, la fin de ce que l’on appelait alors les « événements » et qui depuis est connu comme la guerre d’Algérie, qui a causé tant de douleurs et de déchirements des deux côtés de la Méditerranée.

Un cortège fourni s’est d’abord rendu au monument aux morts pour une cérémonie sobre et respectueuse, a honoré un temps de silence avant d’écouter dans le recueillement une brève allocution du maire de la commune , Gérard Bile, et la lecture du communiqué du chef des armées de l’époque annonçant le cessez-le-feu par Joseph Albafouille, appelé du contingent sur le théâtre des opérations à ce moment-là.

DSC04004.JPG

Après la montée des couleurs au carré militaire du Souvenir français, l’assistance s’est rendue au Raparou, où la cérémonie est devenue moins solennelle et plus conviviale, avec Roger Capa, président du comité local, comme maître de cérémonie.

DSC04008.JPG

C’est d’abord Joseph Albafouille, président du comité local du Souvenir français , qui a lu une lettre que le maire, Gérard Bile, avait envoyé aux anciens d’Algérie, il y a quelques années, pour regretter de ne pas être présent lors de la commémoration du 19 mars et leur rappeler ce qu’avait été cette période troublée pour les espiranencs, pour ceux qui étaient appelés et ceux qui étaient restés au village.

DSC04009.JPG

Roger Capa a ensuite pris la parole, avec sa faconde et son phrasé inimitables, pour faire un rappel historique, et honoré, comme chaque année, quelques militants méritants de l’association.

C’est ainsi qu’Alfred Amiel a reçu le diplôme de porte-drapeau de la FNACA, attribué par l’ONAC (office national des anciens combattants), qui lui fut remis par Sauveur Navarro, son camarade, ancien porte-drapeau. Ce fut ensuite le tour de Roger Riu, un peyrestortenc, mais adhérent au comité local, de recevoir le diplôme d’honneur.  Et le dernier (the last but not the least !) à être distingué fut la cheville ouvrière du comité, Marcel Loubat, qui reçut lui aussi le diplôme d’honneur.

037.JPG

038.JPG

Il est revenu au maire Gérard Bile de conclure. Il félicita d’abord les impétrants, s’abstint de toute polémique en rappelant que la loi instituant le 19 mars, votée, devenait la loi de la république, et que son souci était la reconnaissance du sacrifice de tous ces jeunes gens appelés du contingent, dont un grand nombre n’était pas revenu, laissant leurs familles dans le deuil et la détresse. Cela n’enlevait rien aux souffrances de tous ceux qui avaient vécu ces événements tragiques, et le respect s’imposait pour tous.

040.JPG

Après ces paroles graves et émouvantes, le président Capa appela à retrouver la gaité de la vie qui continue malgré tout, et invita à se rapprocher de la table commune pour trinquer ensemble avec ceux qui avaient été honorés ce jour et tous les citoyens, quels que soient leur âge et leur origine, qui avaient participé à cette commémoration.