17/09/2013

Les rebonds de l'ESC-BAC-ASP

rugby.jpg

On l’a déjà dit, c’est la rentrée, en Ovalie comme partout ailleurs. Et après les seniors, ce sont les tout-petits, les « minots » de l’Agly,  qui ont effectué la leur, crampons flambant neuf, et « samaretta » immaculée, au stade Serge Torreilles, à Baixas ce mardi 10 septembre, sur le coup de 6 heures de l’après-midi. Mais que les retardataires ne s’affolent pas, tous les mardis, on retrouvera l’école de rugby au même endroit et à la même heure, et l’ombre bienveillante du grand Serge veillera sur ces jeunes pousses. Donc, tous les enfants qui veulent pratiquer le rugby, ce sport où la main est le prolongement du cerveau, seront accueillis avec joie, attention  et toute la convivialité requise, jointe à la plus grande compétence, par l’équipe de Christophe Avila, le coordinateur charismatique de tout ce petit monde. Et leurs parents ne seront pas en reste, ils seront les bienvenus pour quelque tâche que ce soit.

Mais toute médaille a son revers : cette année, par défaut d’encadrement, la section féminine du club des Avens, pourtant toute auréolée de son titre de championne de France, se mettra en sommeil. Souhaitons que ce sommeil ne dure pas, comme pour la Belle au bois dormant, cent ans, mais une seule et courte petite saison !

Enfin, si le championnat des grands commence (en principe) le dimanche 15 septembre – de nombreux matchs sont déjà reportés, vendanges, champignons, et mutations obligent !-, les jeunes et sémillants dirigeants de l’entente , eux, ne chôment pas et jouent un match permanent autrement plus difficile, la recherche sans cesse renouvelée de nouveaux partenaires du club d’une part, qui apporteraient des réserves d’oxygène appréciées, mais aussi de dirigeants bénévoles pour soulager la tâche de ceux qui s’échinent déjà depuis plusieurs saisons, en dépit de leur jeune âge.

L’appel est lancé, et pour toutes les bonnes volontés, qui veulent aider, cuisiner, désaltérer, entraîner, discuter, soigner, écouter, consoler, faire quelque chose, quoi !, elles dirigent leurs pas vers le « Temple », le vieux et légendaire stade espiranenc de la rue Thiers, le mercredi ou le vendredi à partir de 19 heures 30 : elles pourront y rencontrer des gens d’excellente compagnie, trinquer ensemble, proposer leurs bons services, et refaire le monde, celui du rugby et tout le reste.

31/08/2013

Les filles se distinguent en Ovalie

FINALE FRANCE 2013.jpg

Juste avant la fin de la saison, les filles du rassemblement du pays catalan, qui regroupe des joueuses de plusieurs clubs avec une ossature à dominante ESC-BAC-ASP ont remporté le titre de championne de France des « moins de 18 ans » à XII, en l’emportant contre le club sudiste de La Valette. Ce parcours terminé en apothéose n’a pas été un long fleuve tranquille, puisqu’il a fallu se défaire, en demi-finale, du club basque de l’AS Bayonne, non seulement sur le pré  où la victoire a été sans bavure, mais aussi sur le tapis vert des bureaux de la FFR, puisque l’AS Bayonne avait fait appel de cette victoire mais a été débouté de cet appel par les instances fédérales.

Le retour à Espira, au temple, le port d’attache de cette jeune et jolie phalange a été bien sûr triomphal et la commune a fêté et honoré ces jeunes filles comme il se doit en remettant à chacune d’elles une médaille.

Pour une fois, il est juste de mettre aussi à l’honneur les hommes et les femmes de l’ombre qui ont « coaché » avec compétence et enthousiasme ces championnes : parmi ceux-ci, deux espiranencs « pur jus », Bernard Banet et Lionel Capa, qui est aussi président de l’ESC-BAC-ASP, et un espiranenc d’adoption par sa profession, Sébastien Munoz, qui exerce – exerçait, puisqu’à la rentrée prochaine il est appelé à exercer d’autres fonctions à Perpignan- le métier de professeur d’EPS au collège Notre Dame des Anges, le « couvent », dont sont élèves la plupart des joueuses championnes.

Et les crampons rangés pour un petit mois de repos estival, tout le monde pense déjà à la saison prochaine.

01/06/2013

Les jolis rebonds de l'ESC-BAC-ASP

rugby.jpg

Les jeunes filles de moins de 18 ans qui pratiquent le rugby à l’ESC-BAC-ASP sont réunies avec quelques autres consœurs de clubs voisins au sein d’un rassemblement bien nommé « pays catalan ». Après moult péripéties et quelques recours d’adversaires aigris par une défaite pourtant indiscutable sur le terrain, elles se retrouvent en finale du championnat de France de leur catégorie, et sont opposées en finale au club varois de La Valette.

Cela a lieu ce dimanche 2 juin, à 15 heures, au stade de Lunel, en Languedoc.

On croise d’ores et déjà les doigts pour qu’un nouveau bouclier vienne bientôt reflotter sur les eaux de l’Agly et on félicite, quoiqu’il arrive, les « coaches » pour le parcours déjà effectué et qui est à lui seul un beau succès.

Un bus de supporteurs est organisé, qui partira d’Espira à 10 heures dimanche matin. Il en coûtera 10 euros. Il faut bien sûr prévoir le pique-nique. Pour s’inscrire, on appelle le président de l’ESC, Lionel Capa, au 0687086499 .

Les dirigeants, les parents et les joueuses elles-mêmes espèrent et attendent beaucoup de monde autour de cette jeune et joyeuse troupe afin que ces demoiselles d’ovalie  soient accompagnées et soutenues comme leur engagement, leur talent et le dévouement à leur club le méritent.

18/02/2013

Deux Espiranencs dans le Tournoi

Certains pourront chipoter, parce que ce n’est pas le GRAND Tournoi des 6 nations, celui des Saint-André, Dussautoir, Mas  et autres Michalak. Mais quand même ! c’est le Tournoi des 6 nations féminin, qui va opposer la grande équipe de France féminine à ses homologues anglo-saxonnes et italienne au cours du mois de février et de mars.

Et deux espiranencs sont , si l’on peut dire , en première ligne.

numérisation0001.jpg

La première, c’est au sens propre : Elodie Portaries, qui vient à peine de passer le cap de ses vingt ans, va donc se retrouver au poste de piler avec le maillot de l’équipe de France, et même si elle a quitté depuis quelques années L’Esc-Bac-Asp qui l’a vu grandir pour rejoindre les rangs de Montpellier, elle n’a jamais oublié son club d’origine , ses copains de l’école de rugby et ses éducateurs,  au premier rang desquels Jeanne Thomas, la correspondante de notre titre à Baixas, et qui à l’époque était la président de l’école de rugby du club des Avens.

Les espiranencs qui ont joué avec elle ou qui l’ont vu jouer pousseront avec elle et lui souhaitent un avenir glorieux en bleu et blanc : et finalement, cela ne la dépaysera pas trop, puisque les couleurs de son club formateur sont les mêmes que celles qu’elle portera chez les Bleues de France.

numérisation0002.jpg

Le deuxième espiranenc engagé dans l’aventure est un peu plus âgé : il s’agit d’Henri Estirac, que beaucoup d’espiranencs , et en particulier ceux de sa génération, qui viennent d’entrer dans la soixantaine, connaissent bien. Henri a usé ses culottes courtes sur les bancs de l’école du Sacré Cœur, avant de passer au « couvent », le collège Notre Dame des Anges, puis comme beaucoup de jeunes à cette époque est « monté » à Paris pour une carrière dans les PTT. Il s‘y est trouvé si bien qu’il y est resté. Lui qui a fait ses premiers pas de rugbyman à l’ESC, avant même la création de l’entente des Avens, et a passé ses premiers drops dans la cour de l’école qui jouxtait sa maison, a continué à pratiquer le rugby, joueur, éducateur, puis dirigeant. Et depuis quelque temps, il est l’intendant de l’équipe de France féminine et accompagnera donc Elodie dans l’aventure du Tournoi.

Les espiranencs pensent à eux, leur souhaitent un tournoi brillant et victorieux et les remercient de porter haut les couleurs du village.

18/05/2012

Les rebonds de l'ESC-BAC-ASP

 

RUGBY.jpg


Deuil

 

Le dimanche 6 ami restera dans l’histoire du club comme l’un de ces jours maudits, l’un de ces jours noirs qu’on voudrait pouvoir effacer, mais dont il faut garder la mémoire et le souvenir vivaces. Nicolas Idjellidaine nous a quittés brutalement dans la nuit, laissant sa famille dans la douleur et le désespoir, et ses amis de l’ESC BAC ASP dans le désarroi et la peine.

Rien ne laissait présager un tel drame : Nicolas était venu voter le matin, souriant, affable, disponible, comme d’habitude,  avant de monter dans le bus pour accompagner son équipe, lui l’entraîneur-joueur des seniors, lui le fidèle entre les fidèles, porteur du maillot bleu et blanc depuis les minimes, et qui cette année, venait d’apporter ses compétences et son savoir-faire de professeur d’EPS et de rugbyman chevronné sur le banc de touche, auprès de ses copains Lionel Perez et Lionel Sanchez.

Sa gentillesse, sa classe, son savoir, sa disponibilité, avaient conquis tout le monde. Une foule immense l’a accompagné pour son dernier voyage, et le club, joueurs et dirigeants ensemble, en cercle autour de son cercueil, lui ont rendu un silencieux, vibrant et émouvant hommage.

Nicolas aura rendu joyeux et meilleurs ceux qu’il a rencontrés, le club ne l’oubliera pas et saura maintenir la mémoire de cet homme de bonne et grande volonté.

A son épouse, Virginie, à ses parents si éprouvés, qui perdent leur fils bien-aimé, à Frank, son beau-frère qui le côtoyait au sein du club, à toute sa famille, l’ESC-BAC-ASP renouvelle l’expression de ses plus affectueuses condoléances et de sa plus vive sympathie.

La compétition continue

Après un tel drame, le reste paraît dérisoire. Et pourtant la vie continue. Les compétitions suivent leurs cours.

 Ainsi les féminines sont encore en course : les U18 ( moins de 18 ans) à XII vont participer le 20 mai aux demi-finales triangulaires du championnat de France, et rencontreront les landaises de Herm et les basques de l’AS Bayonnaise, quelque part dans le comité Midi-Pyrénées.. Si le sort leur est favorable, elles participeront à la finale qui a lieu le 3 juin à Bourg en Bresse. Elles joueront le cœur serré, mais vaillant et essaieront de ramener une victoire qui ne pansera pas la plaie mais serait comme un hommage.

Vide-greniers de l’école de rugby

C’était inscrit au calendrier, et le club, malgré qu’il en ait,  maintient son vide-greniers qui n’a pour lui aucun but commercial mais contribue à aider l’école de rugby, que Nicolas a connu comme jeune joueur et avec laquelle il a fait ses premières armes d’éducateur.

C’est le dimanche 20 mai à l’espace Jean Teulière. Les inscriptions pour les exposants sont ouvertes à la salle des jeunes, à côté de la salle Joan Cayrol,, les lundis, mercredis et vendredis, de 16 heures 30 à 19 heures, jusqu’au 18 mai.

Il en coûte 10 euros pour un emplacement de 4 mètres. Il est impératif de présenter une photocopie de sa carte d’identité. On se renseigne en appelant le 06.87.08.64.99

25/04/2012

Le rugby UNSS à Espira

UNSS France benja 28-3-12 a (3).JPG

L’UNSS ( l’union nationale du sport scolaire) a choisi Espira et son stade de la Porte de l’Agly, au confluent de grandes voies de circulation qui irriguent les Pyrénées-Orientales, pour organiser des rencontres départementales de rugby scolaire à XV pour la catégorie « benjamins » ( et « benjamines »), même si le rugby à XV n’est que la dénomination générique puisque les matchs se jouent en effectif réduit, à 7, catégorie d’âge et dimension de terrain obligent.

UNSS France benja 28-3-12 a (2).JPG

Ces rencontres s’étalent sur trois journées, et qualifient pour les finales départementales qui se tiendront le 9 mai, sûrement en ce même lieu de la porte de l’Agly, avec les 8 meilleures équipes masculines et les 4 meilleurs équipes féminines .

UNSS France benja 28-3-12 a (4).JPG

Le premier mercredi, le 28 mars, il y avait donc, sur le pré plus de 240 jeunes gens, composant 19 équipes de garçons et 4 équipe de filles, et ces jeunes gens, venus des trois vallées, représentaient 12 collèges, de la côte à la montagne, de l’est à l’ouest, et du sud au nord, puisqu’on trouvait entre autres des collégiens de Canet et de Bourg Madame, de Céret et de Saint Paul de Fenouilet, plusieurs envoyés des collèges perpignanais, jusqu’aux lointains cousins d’Andorre, et bien sûr les locaux et locales du collège Notre dame des Anges qui avaient le (petit) avantage de jouer chez eux.

UNSS France benja 28-3-12.jpg

Cette belle jeunesse a fait plaisir à voir, dans le plus pur esprit du rugby scolaire. Et le moindre plaisir n’était pas de les voir encadrés, conseillés, chouchoutés par leurs professeurs d’EPS, parmi lesquels certaines grandes figures du rugby catalan, comme Philippe Caritg, entraîneur heureux et joyeux du Céret sportif, Gilles Coronat, entraîneur des cadets de l’USAP, Franck Poncet, directeur de l’école de rugby de l’USAP, Brice Huillet, entraîneur de ‘équipe de fédérale B de l’ES Catalane, sans oublier le régional de l’étape, Sébastien Munoz, professeur au collège Notre Dame des Anges, ancien directeur sportif des Dragons, et entraîneur de la section féminine de l’ESC-BAC-ASP. Ici, ils n’étaient que des professeurs d’EPS comme les autres, soucieux d’abord de la transmission pédagogique, du message  éducatif et du respect des règles éthiques de l’UNSS. La route continue donc , jusqu’au 9 mai pour les finales catalanes : on reviendra voir ces jeunes gens, avenir de l’Ovalie.

UNSS France benja 28-3-12 a (5).JPG

26/03/2012

Les filles de l'ESC-BAC-ASP lancent leur deuxième partie de saison

filles ESC BAC 3-2012.jpg

C’est autour d’un bon repas et sous un  soleil printanier que les filles de l’ESC-BAC-ASP viennent de  lancer leur deuxième partie de saison.

En effet, après avoir fini premières de  leur poule  dans le championnat du Grand Sud, elles se sont qualifiées pour la phase éliminatoire d’accession aux championnats de France. Elles ont donc accédé à cette  dernière phase en éliminant les prestigieux clubs que sont Montauban, Millau, Condom, Decazeville et Albi . Elles doivent maintenant finir au deux premières places d’une poule regroupant les 4 meilleures équipes du Grand Sud, qui sont Saint-Orens ( près de Toulouse), Narbonne et l’USAP pour espérer participer aux phases finales du championnat de France le 3 juin à Paris. 

Afin de préparer au mieux les échéances à venir, le club et ses dirigeants, toujours aux petits soins de ces demoiselles, et plus particulièrement le sémillant président Lionel Capa et son épouse Véronique,  leur ont préparé et servi un excellent civet de sanglier. Comme à l’accoutumé,  les parents des joueuses ont donné un précieux coup de main pour que cette journée soit une pleine réussite.

C’est tout naturellement que le maire d’Espira, Gérard Bile, premier supporteur du club,  s’est joint aux convives, a félicité la jeune équipe et  a  incité ces jeunes filles  à poursuivre  leurs efforts en vue de continuer à développer cette section féminine déjà riche de quarante licenciées et à persévérer pour porter le plus haut possible les couleurs du village .

On peut relever en outre que cette section féminine accueille des filles de tous les âges et participe à différents championnats. Les minimes, nées en 2000,,1999,,1998,,1997, occupent la première place de la coupe Catalane et les cadettes, nées en 1996,1995 et 1994, sont donc engagées dans le championnat de rugby à 7 mais aussi dans la compétition de rugby à 12 où, avec leurs camarades de Villelongue de La Salanque, elles vont essayer de conserver leur deuxième place devant les équipes de l’USAP, Narbonne, Béziers , Montpellier et Fonsorbes.

On  souhaite la meilleure continuation à toutes ces jeunes filles passionnées de rugby ainsi qu’à leurs entraîneurs, afin de continuer à figurer parmi les meilleures équipes du Grand Sud, mais aussi et surtout de continuer à acquérir et à transmettre les valeurs éducatives exemplaires et uniques transmises par le rugby, que les anglais, qui en sont peut-être les inventeurs ( même si le grand sud français en revendique la chose, avec l’ancêtre du rugby qu’est la soule !) appellent le sport-roi.