26/09/2013

Les associations vont au forum

Chaque année, à l’entrée de l’automne, les associations espiranenques se rendent à l’espace Jean Teulière pour y tenir leur forum, et retrouver ainsi l’usage des anciens romains qui se réunissaient au forum de la ville éternelle pour y converser, échanger, débattre , proposer, se parler et s’entendre.

C’est donc le dimanche 29 septembre, toute la journée, sur l’esplanade de l’espace Jean Teulière que les nombreuses associations du village accueilleront les citoyens et les visiteurs, y présenteront leurs activités et leurs créations, et se tiendront à la disposition de tous pour y donner tous les renseignements utiles et nécessaires et éventuellement y prendre des adhésions.

Il s’agit d’un grand moment de la vie communale et républicaine, et une des meilleures occasions de rencontres et de palabres enjouées et sans fin : on se doute alors que les espiranencs ne manqueront pas cette opportunité, et de l’aube au crépuscule, ce dimanche 29 septembre, dirigeront leurs pas vers le cœur du village, à l’espace Jean Teulière, qui bruira de mille animations.

12/08/2013

Bientôt, la fête votive

photo_Fete_village1_edited.jpg

Le 15 Août, c’est l’Assomption, et c’est depuis toujours la fête votive au village. Et ce sont trois soirées de festivités qui sont proposées aux espiranencs.

Cela commence le 13 août, avec les Ass’xurits, qui, après leur vide-greniers réussi de fin juillet, remettent ça, avec le concours de la municipalité. Un apéritif est d’abord offert à la population, aux alentours de 19 heures 30. Puis ces jeunes gens servent un repas à la mode wallonne ( mais oui !) avec moules et frites à volonté. Ils ont d’ailleurs trouvé un slogan pour convaincre les indécis à participer : «  ayez la frite, mangez des moules ». Pour les festayres  qui veulent participer à ce repas, on s’inscrit en appelant le 06.79.50.57.94 ou le 06.84.02.11.28. Il en coûte 15 euros, et pour digérer, on écoutera le concert de rock and roll donné par « les Borones », un groupe vivifiant qui fera se déhancher jeunes et moins jeunes.

Le 14 août, c’est la tradition depuis des lustres, ce sont les rugbymen qui s’y collent. On se retrouve d’abord sous les platanes de l’esplanade de l’espace Jean Teulière pour un apéritif offert par la commune, puis on s’assied sous ces mêmes platanes pour un repas catalan concocté par les maîtres queux de l’ESC. Pour cela on s’inscrit auprès des dirigeants du club, et c’est toujours 15 euros.  Et la soirée se continue en rythme avec l’orchestre «  Making of ».

Enfin, le 15 août, le ballon ovale cède la place au ballon rond. En effet, c’est le BECE FC Vallée de l’Agly, le club de foot du village qui se charge de la soirée, avec l’aide de la municipalité.

A parti de 19 heures, le stand de la buvette et de la restauration rapide est ouvert, et à 22 heures, après avoir pris des forces, on dansera  avec la musique de l’orchestre «  Best of ».

Donc, pour continuer la tradition du 15 août au village, retrouver des amis un peu perdus de vue, participer à la vie de la commune et festoyer avec trois des plus dynamiques associations du village ( mais elles le sont toutes, au village !), on se dirige tous, pour ces trois soirées, vers l’épicentre ouvert et accueillant du village, l’espace Jean Teulière, son esplanade et son mail, en marchant, en courant ou en twistant.

photo_Fete_village2_edited.jpg

01/08/2013

Beaux-arts à Joan Cayrol

alio expo.JPG

Joan Cayrol, notre poète espiranenc , aurait été ravi. Les élèves des classes de CE2-CM1 etdeCM2 de l’école primaire publique Jean Alio ont investi la salle qui porte son nom, épicentre de toutes les grandes manifestions du village, pour y exposer en fin d’année, leurs créations graphiques, picturales et plastiques.

Cette exposition, qui a attiré la foule non seulement des parents, mais de tous ceux qui sont curieux de ce qui anime et enlumine la vie du village, était à la fois le point d’orgue et l’achèvement d’un projet pédagogique artistique conçu et mené par les professeurs des deux classes, Mmes Guix et Sabineu, en collaboration avec le musée de Céret et un artiste peintre et plasticien qui a travaillée « in situ » avec les petits créateurs.

Cela a permis aux enfants de laisser libre cours à leur imaginaire, à leur talent, à leurs préférences et à la force créatrice qui habite chacun et qui ne demande qu’à se manifester.

Sur le thème de la conjugaison de l’art et de la nature, au gré des influences, des admirations et de l’inspiration, de l’immense Turner, le plus grand peintre paysagiste anglais, jusqu’à l’explosion des couleurs et des formes du pop’art, il y en a eu pour tous les goûts à Espira, où l’art, une fois encore, n’est pas resté lettre morte ou vœu pieux.

29/07/2013

Petits clowns

cirque sacré.JPG

Le dernier trimestre, aux écoles maternelles et primaires, est propice aux sorties et aux activés pédagogiques et péri-pédagogiques, et aussi à la présentation publique des projets construits tout au long de l’année scolaire.

C’est ainsi qu’à l’école privée du Sacré Cœur, on a, depuis 8 ans maintenant, établi une collaboration avec l’école de cirque cérétane, «  Couleurs du Monde », dont le nom est à lui seul, dans ses trois mots, tout un programme qui ne peut que susciter l’enthousiaste approbation  des enfants.

Les animatrices de cette école, Chloé et Delphine, ont travaillé toute l’année avec les élèves des classes de CP d’Emmanuelle Bourrat et de Sandrine Pommies. Les enfants s’y sont donné à cœur joie et ont tour à tour joué avec sérieux et passion les acrobates, les équilibristes, les fildeféristes et enfin les rois du cirque, c’est-à-dire les clowns.

Le spectacle qu’ils ont donné à la salle Joan Cayrol devant un parterre de parents, d’enseignants et d’élus communaux émerveillés et emportés avec ravissement dans ce voyage de retour vers l’enfance a trouvé l’adhésion et reçu l’éloge de tous et s’est terminé, comme tous les spectacles de crique et comme le proclament tous les « Monsieur Loyal » qui règnent  sur la piste aux étoiles, « sous vos applaudissements ».

19/07/2013

Les Rapariens toujours prêts

004.JPG

Ils ont répondu nombreux à l’appel du 18 juin ! Sur l’amicale injonction de « Présidente Pilar », les militants du Foyer du troisième âge «  Al Raparou » ont couru à toutes jambes à la salle Joan Cayrol pour les agapes de fin de saison, qui servent d’AG,  régler leur cotisation, trinquer avec les copains et les copines, accueillir en chansons M. le maire et ses conseillers, puis esquisser quelques pas de danse, éclectiques bien sûr, du quadrille au rock and roll en passant par le tango et le madison.

001.JPG

Après un bel après-midi de convivialité, les Rapariens, plus dynamiques que jamais, se sont donné rendez-vous pour la rentrée où les attend un programme copieux et alléchant, des petits lotos entre amis aux excursions plus ou moins lointaines et plus ou moins aventureuses.

002.JPG

11/07/2013

La tactique du gendarme

gendarmerie.JPG

Ce n’est pas un fantasme, ni un retour du refoulé : le sentiment d’insécurité, peut-être nourri par sa surmédiatisation, est prégnant, et les incivilités et les actes de délinquance qui affectent la vie des résidants excèdent la population du village, où elle aspire à trouver la paix et la tranquillité que l’on dit être l’apanage de la vie à la campagne, loin des risques et des déviances de la vie urbaine.

C’est un peu pour rassurer cette population, et pour expliquer le sens de ses missions que la gendarmerie est venue à la rencontre des citoyens espiranencs, au cours d’une réunion qui a trouvé un public nombreux, aussi attentif qu’inquiet, et dont les questions traduisaient parfois l’exaspération face à des faits et actes de délinquance qui semblent se multiplier et pouvoir être accomplis en toute impunité. C’est d’abord à ce ressentiment qu’ont voulu répondre les représentants de la maréchaussée, le lieutenant Harran et l’adjudant-chef Guisset, de la brigade de Rivesaltes. Ils sont venus à la rencontre des citoyens espiranencs à la sale Joan Cayrol, accompagnés du policier municipal, en présence du maire du village et de nombreux élus.

Ils ont essayé de répondre aux questions et ressentiments de citoyens excédés par les incivilités, par une recrudescence des cambriolages, et plus récemment à cause des incessantes ruptures des réseaux numériques et téléphoniques dus, à ce qu’on sait, à des voleurs de câble ( le cuivre, paraît-il, se négocie cher)impénitents, dont le sentiment d’impunité provisoire semble aller de pair avec une morgue qui semble se rire des efforts des forces de l’ordre et de la colère des citoyens. Les gendarmes, ont-ils affirmé avec force, sont constamment sur le terrain et œuvrent sans relâche. Ils avancent, lentement, certes, aux yeux des victimes de cette délinquance, mais avec persévérance, et des progrès réels dans la  résolution des certaines affaires.

Les espiranencs excédés par cette délinquance, qui s’étaient rendus en nombre à ce rendez-vous, ont exprimé leur inquiétude et leur colère. Mais ils ont écouté pour être rassurés, ont obtenu certaines réponses, ont entendu avec attention les conseils de bon sens. Ainsi, les représentants des forces de l’ordre ont exposé leur manière de travailler, qui fait appel aux techniques les plus sophistiquées. Ils ont aussi donné quelque ficelles pour mieux se protéger, ont suggéré aux citoyens de se fédérer, de mettre en place une participation citoyenne, de créer en quelque sorte une veille collective, une collaboration vicinale, une communication avec les services communaux et les élus, pour signaler les incidents, les comportements suspects. Ils ont recommandé  aux citoyens d’utiliser le service de pré-plainte en ligne, et de se faire connaître à la mairie lors de départs en vacances, le domicile faisant ainsi l’objet d’une surveillance accrue. Ils ont aussi beaucoup insisté sur la prévention des risques, qui est primordiale, en recommandant précaution et vigilance. Les gendarmes ont répondu patiemment à toutes les questions, en reconnaissant que tout n’était pas possible, que certains problèmes restaient pour le moment sans solution. , que le risque zéro n’existait pas. Ils ont aussi mis en garde contre les tentations de l’auto-défense, lourde de conséquences.

S’il n’est pas certain que les espiranencs présents soient sortis rassurés et convaincus, voire apaisés, il est sûr que cette rencontre a été appréciée de tous, que d’autres sont souhaitées, que des liens ont été tissés, que des mesures concrètes sont avancées, que des projets citoyens sont ébauchés. Cela suffira-t-il pour dissuader les malfaiteurs, à défaut de les effrayer ?

09/07/2013

Passez, piétons!

016.JPG

A la salle Joan Cayrol, une petite cérémonie à la fois pédagogique et citoyenne a réuni les élèves des deux écoles, l’école privée du Sacré Cœur et l’école publique Jean Alio.   80 enfants se sont pressés auprès du maire, Gérard Bile, de son adjointe Christiane Monier, du délégué départemental de l’éducation nationale Luc Hernandez, également représentant local de l’association «  Victimes et citoyens », pour recevoir le permis « piétons », après avoir suivi en cours d’année une formation et brillamment passé les épreuves d’un examen.

Cette formation diplômante, qui a été dispensée aux élèves de CE 2 et de CM 1 de Mmes Baco, Castells et Sabineu, s’est étalée sur deux mois, à raison d’une heure hebdomadaire, par Serge Pairet, chef de la brigade motorisée de Perpignan, en partenariat avec l’éducation nationale, la MAÏF, représentées par Antoine Mersin, son vice-président, la commune et son maire, et la sécurité routière.

Elle a reposé sur le volontariat et avait plusieurs objectifs. Si la valorisation apportée  par le diplôme a ajouté de la motivation ludique, l’essentiel était d’ordre pédagogique, civique et sécuritaire : le respect des codes et des règles, pour le bien de tous et de chacun, avec comme fil rouge cet objectif majeur : se déplacer en sécurité, à pied ou à vélo, dans les rues qui mènent à l’école.

La fierté de ces jeunes à la remise des diplômes témoignait de leur application et de leur sérieux. Le goûter offert par la commune à l’issue de cette petite cérémonie a réjoui les corps et les cœurs.