03/12/2012

Retour de Bretagne pour les Rapariens

raparou bretagne 9-12.jpg

Les Rapariens, indécrottables catalans, ont quand même franchi le Pas de Salses pour un séjour vacancier d’une semaine chez leurs cousins bretons. Ils ont ainsi pu visiter, sous le ciel superbe de Bretagne dont on dit le bleu inégalable, le Morbihan, Vannes et ses vieux quartiers, Carnac et ses menhirs, La Trinité sur mer où plane l’ombre du grand Tabarly, Belle Île en mer et ses magnifiques côtes sublimées par Monet.

A la beauté du golfe du Morbihan, se sont ajoutés les goûts et les saveurs des huitres plates et creuses et de toutes ces richesses de la mer que sont crabes, homards, bigorneaux et autres coquillages.

La semaine est passée très vite, dans une ambiance des plus conviviales, et le retour en Catalogne était déjà plein de souvenirs et de projets, avec en ligne d’horizon le prochain voyage au long cours, dans les Vosges bleues. 

20/11/2012

Les rapariens ont la bougeotte

courant d'huchet.jpg

Même s’ils se sentent très bien dans leur antre du Raparou, sur l’agora du village, la place Edmond Jaupart, les Rapariens n’hésitent jamais à chausser leurs bottes de sept lieues pour partir en voyage, plus ou moins longs, plus ou moins lointains.

Ainsi, au printemps prochain, du 13 au 16 mai 2013, ils traverseront l’isthme pyrénéen pour aller tremper les pieds dans l’océan Atlantique.

Ils partiront d’Espira en Catalogne le lundi 13 mai à l’aube, vers 5 heures et demie, pour aller jusqu’à Hossegor dans les Landes, où ils feront une promenade au lac de Léon, et descendront le Courant d'Huchet "une des merveilles de la France pittoresque" chanté par nombre d’écrivains et poètes.

Le lendemain, la journée est gastronomiquement mémorable puisqu’ils s’attableront chez la célébrissime Maïté à Riom des Landes.

Le mercredi 15 mai, petite virée en Chalosse, remplie du souvenir des frères Boniface, halte-déjeuner dans une ferme-auberge et dégustation (avec modération) de l’armagnac local.

Enfin, le jeudi 16 mai, on se rend dans la cité voisine de Capbreton pour goûter le vin de sable, avant de reprendre la route de Catalogne en début d’après-midi.

Le voyage a un coût, bien sur, et c’est 425 euros pour chacun. On peut bien sûr payer en plusieurs fois auprès du grand argentier et chef de route Daniel Camenen ou de présidente Pilar, et pour s’inscrire, on appelle le 06.74.33.51.80 ou le 04.68.64.04.82 et cela avant la Saint Sylvestre.

( en photo, un avant-goût des merveilles du voyage: le courant d'Huchet)

11/05/2012

le Raparou en Septimanie

via domitia.jpg

Le foyer du troisième âge «  Al Raparou » devait conduire ses adeptes du côté de la Montagne Noire, mais des travaux d’infrastructure routière l’ont contraint à annuler l’excursion.

Qu’à cela ne tienne ! Si ce n’est pas la Montagne Noire, ce sera la Septimanie quand même, et sa capitale, l’antique cité romaine de Narbo Martius.

 En effet, les Rapariens sont conviés à une sortie le 22 mai 2012, qui conjuguera la quête des racines , la culture du patrimoine et le divertissement musical. On commencera donc le matin par la découverte à Narbonne de la via Domitia, cette voie romaine qui a amené les légions de Rome en Catalogne, on continuera avec la visite de la superbe cathédrale Saint Just, de son cloître et du célèbre jardin des archevêques, puis on parcourra les quelques kilomètres qui séparent les deux grandes cités rivales, Narbonne et Béziers, pour déjeuner dans la capitale du Biterrois, au «Cabaret history folies », qui, comme son nom l’indique, proposera à l’issue du repas un spectacle de music-hall haut en couleurs. Enfin, on clôturera l’après-midi en beauté par un thé dansant où les rapariens feront assaut de grâce, de glamour et de virtuosité sur le dancing floor.

Il sera temps, alors, venu le crépuscule, de rentrer en Catalogne.

Le ticket pour l’excursion est de 47 euros, et on s’inscrit avant le 15 mai auprès de la présidente du Raparou, Pilar Guix.

( en photo, la via domitia, au coeur de Narbonne)

20/04/2012

L'AVE de Carcassonne à Castelnaudary, des cathares au cassoulet

espira,espiranencs,ave,aveistes,voyage,cathares,cassoulet,canal du midi

Allez feuilleter l'album de la virée des Avéistes en pays cathare, de la cité de Carcassonne aux échoppes de Castelnaudary, en passant par la poterie Not et les écluses du canal du Midi

14/03/2012

Retrouvailles gourmandes à l'AVE

galette AVE 2012.jpg

Entre deux avions, les voyageurs de l’AVE ( association des voyages espiranencs) ont fait escale au foyer du troisième âge Al Raparou, qui est un peu leur port d’attache, pour sacrifier à la tradition et déguster ensemble la galette, évoquer les souvenirs du précédent voyage en Inde, échanger des photos, finaliser la prochaine excursion vers la cité de Carcassonne et la terrine de cassoulet, demain jeudi 15 mars, et commencer de préparer le prochain périple.

Cette fois, ils ne traverseront ni les mers ni les continents, mais iront visiter – et admirer – les grandes capitales de l’Europe centrale, Vienne, Prague et Budapest.

C’est en septembre, il reste encore quelques places de caravaniers.

Alors, pour celles et ceux qui ont des fourmis dans les jambes, et souhaitent aller danser dans la capitale de la valse, ils s’adressent en courant au grand timonier, Marcel Loubat, en l’appelant au 04.68.64.68.39.

25/02/2012

L'AVE au pays des maharanis, des vaches sacrées et du tigre royal

espira, espiranencs, ave, voyage

Pour son périple annuel, après la Turquie au printemps dernier, l’AVE ( association des voyageurs espiranencs) avait choisi de partir loin des frimas européens et de faire route vers le pays des maharadjahs et des maharanis, des éléphants blancs, des tigres et cobras royaux et des vaches sacrée , en Inde du Nord, dans le légendaire Rajasthan.

Pendant quinze jours, les 34 voyageurs de l’AVE ont sillonné l’Etat des princes et des palais des mille et une nuits,  ont été confrontés à la beauté des paysages et des édifices en même temps qu’à l’étonnant spectacle de l’Inde moderne en plein bouleversement, où l’extrême richesse voisine avec l’extrême pauvreté.

Arrivés à Delhi, ils ont pris d’abord la direction de Mandawa et son bazar étonnant de couleurs, bruits et de senteurs innombrables,  puis Bikaner, cité fortifiée, pour traverser le désert de Thar et arriver à Jaisalmer, à la frontière du pays des purs, le Pakistan.

Ils se sont ensuite rendus à Jodhpur, Udaipur et Jaipur, cités mythiques  aux palais extraordinaires, ont pu deviner les contreforts des montagnes népalaises, et ont terminé leur périple à Agra, au pied du Taj Mahal, le mirifique mausolée édifié par l'empereur Moghol Shâh Jahân, fou de douleur, à son épouse favorite Mumtaz-i Mahal qui venait de mourir : un pur  joyau de marbre blanc, incrusté de pierres semi-précieuses, et baigné par le fleuve YAMUNÂ.

Puis, c’est le retour vers Delhi, l’embarquement et le retour en Catalogne, émerveillés et étonnés d’un voyage dans un pays immense, tout en contrastes, des palais les plus somptueux aux  villes étonnamment peuplées,  où les vaches, entre autres animaux en liberté,  ont droit de cité et regardent paisiblement l’agitation d’une population sans cesse en mouvement.

Après un tel dépaysement, pour les voyageurs émerveillés, pleins de souvenirs mais fourbus, le retour au pays natal est bienvenu, et les chevilles ouvrières de l’AVE, Marcel et Pierre, ont mis à profit le long voyage du retour pour commencer à préparer la prochaine pérégrination de la bande, moins lointaine à coup sûr.

11/02/2012

Le Raparou à la grotte

Tourisme-Grottes-Bétharram.jpg

Les Rapariens, quand ils sont restés un peu trop longtemps à demeure, ont des fourmis dans les jambe, et s’ils se trouvent bien dans leur foyer du troisième âge, « Al Raparou », ils aiment bien le transporte avec eux, périodiquement, hors du village, pour partir découvrir d’autres horizons.

 Donc, avant la grande pérégrination annuelle, en septembre, du côté de l’Armorique, ils longeront le piémont pyrénéen jusqu’en son cœur pour un petit séjour de fin de semaine à Lourdes et dans ses alentours.

C’est du 18 au 20 mai, le départ est fixé au vendredi matin 18 mai pour se rendre d’abord à la bastide de Lestelle au pied du sanctuaire de Betharram, où les Rapariens seront logés non dans les célèbres grottes mais au superbe hôtel « trois étoiles » du Vieux Logis, où ils passeront l’après-midi et la soirée.

Le samedi matin, les pèlerins se rendront à Lourdes, se recueillir  au pied d’une autre grotte, celle de Massabielle.

Dans l’après-midi, ils feront les quelques lieues qui séparent la cité mariale de la capitale du Béarn, et iront visiter le château d’Henri IV à Pau, où le Vert Galant est né, sur les hauteurs qui surplombent le Gave

Puis, après le déjeuner, ils partiront visiter le musée du foie gras à Bénéjacq où le pèlerinage deviendra gastronomique.

Le retour en Catalogne se fera le dimanche 20 mai.

Il en coûtera 255 euros pour chacun, et on se dépêche de s’inscrire parce que les places sont limitées, en appelant le skipper Daniel au 06.74.33.51.80 ou au 04.68.64.04.82, et cela avant le 15 février.